Jérusalem capitale d’Israël : Recep Tayyip Erdogan déplore la «mentalité sioniste» de Donald Trump

post_thumb_default

 

L'onde de choc provoquée par la reconnaissance de Jérusalem par Donald Trump le 6 décembre 2017 continue de se propager dans le monde musulman. Lors de l'ouverture d'un sommet extraordinaire de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Istanbul, ce 13 décembre 2017, le président turc Recep Tayyip Erdogan n'a pas tari de critiques à l'encontre de son homologue américain, Donald Trump.  «Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. Monsieur Trump veut que tout cela soit Israël», a-t-il lancé, poursuivant : «C'est le produit de l'évangélisme et d'une mentalité sioniste.»

«Ni paix, ni stabilité sans Jérusalem capitale de la Palestine»

Qualifiant Israël d'«Etat d'occupation» et d'«Etat terroriste», Recep Tayyip Erdogan a en outre exhorté la communauté internationale à reconnaître Jérusalem-Est comme la capitale de la Palestine. «J'invite les pays qui défendent le droit international et la justice à reconnaître Jérusalem occupée comme capitale de la Palestine», a déclaré le chef de l'Etat turc lors du sommet.

Accusant encore Donald Trump d'avoir offert Jérusalem comme un «cadeau [...] au mouvement sioniste», le président turc a disqualifié les Etats-Unis comme acteur du processus de paix entre Israël et la Palestine. «Nous n'acceptons aucun rôle des Etats-Unis», a-t-il encore martelé.

Les pays arabes à l'unisson avec Erdogan, Netanyahou «pas impressionné»

«Ni paix, ni stabilité sans Jérusalem capitale de la Palestine», a quant à lui prévenu le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. 

Dans un communiqué commun, les pays arabes conviés au sommet d'Istanbul ont repris la ligne du président turc. «Nous proclamons Jérusalem-Est capitale de l'Etat de Palestine et appelons les autres pays à reconnaître l'Etat de Palestine et Jérusalem-Est comme sa capitale occupée», ont déclaré les dirigeants des pays musulmans à l'issue du sommet.

Des propos auxquels Benjamin Netanyahou, Premier ministre israélien, a réagi en ces termes : «Toutes ces déclarations ne nous impressionnent pas [...] Les Palestiniens feraient mieux de reconnaître la réalité et d'agir en faveur de la paix, et non de l'extrémisme.» Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a pour sa part qualifié de «déclarations provocatrices» le communiqué final de l'OCI sur le statut de Jérusalem.

Lire aussi : La Bible selon «Bibi» : comment Netanyahou justifie la politique israélienne par l'Ancien testament

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Vivi le

    Avec preuve à l’appui, un important journal turc lâche une bombe : “Erdogan a reconnu Jérusalem capitale d’Israël bien avant Trump”

    Le site d’information turc Cumhuriy, un des journaux de référence en Turquie, a rappelé mercredi dernier que le président turc Recep Tayyip Erdogan a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël lors de la signature en 2016 de l’accord de normalisation des relations entre la Turquie et Israël.
    Le site d’information turc a rendu public l’accord signé entre les deux pays. Au dernier alinéa de l’accord, il est clairement stipulé “cet accord a été conclu à Ankara et à Jérusalem le 28 juin 2016 en double exemplaire en turc, en hébreu et en anglais, chacun d’entre eux faisant également foi. En cas d’interprétation différente, le texte anglais prévaudra”.

    Les termes de l’accord signé font que diplomatiquement Jérusalem a reçu le caractère de “capitale”.
    LIEN:
    https://www.lemondejuif.info/2017/12/preuve-a-lappui-important-journal-turc-lache-bombe-erdogan-a-reconnu-jerusalem-capitale-disrael-bien-trump/

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.