Armes. L’UE veut nous brider. Prise de position de Céline Amaudruz, v-pdte UDC suisse

Céline Amaudruz
Conseillère nationale UDC

 

Céline Amaudruz

Conseillère nationale

Vice-présidente UDC Suisse

Avenue Krieg 44

1208 Genève

+41 79 874 83 97

celine.amaudruz@parl.ch

 

Bundesamt für Polizei

Stab/Rechtsdienst

CH-3003 Bern

 

Genève, le 11 décembre 2017

 

 

Concerne :           Reprise de la directive européenne 2017/853 relative aux armes dans le

                            droit suisse.

 

Madame, Monsieur,

 

Dans le cadre de la consultation relative à l'objet cité en titre, je me permets de vous faire part de mes observations.

 

En préambule, j'aimerais relever que la directive 2017/853 suinte la défiance que la Commission européenne éprouve à l'égard de chaque citoyen en qui elle voit un délinquant potentiel. Une telle philosophie politique heurte de plein fouet la nôtre basée sur la confiance que l'Etat place dans le citoyen qui, en retour, s'en montre digne. On ne saurait donc bouleverser un pilier fondamental de nos institutions pour complaire à la commission à qui le terme confiance est étranger; la traduction en droit suisse ne peut dès lors être envisagée sous l'angle voulu par Bruxelles.

 

Autre remarque préliminaire, le durcissement voulu par Bruxelles n'a pas la moindre chance d'atteindre son but, à savoir lutter contre le terrorisme. A l'heure actuelle, aucun attentat commis au moyen d'une arme à feu ne l'a été au moyen d'une arme détenue légalement. Les dispositions actuelles suffiraient largement dès lors qu'on voudrait bien les appliquer. La France connait une législation particulièrement restrictive, pourtant elle est volontiers la cible des terroristes. Avec sa directive, la commission européenne s'en prend aux détenteurs respectueux des lois qui ne présentent évidemment aucun danger. C'est pourtant eux qui feront les frais d'une directive liberticide, les terroristes n'ayant bien sûr que peu de respect pour l'arsenal législatif. Le but visé n'ayant aucune chance d'être atteint, le texte est ainsi inutile et doit donc être rejeté.

 

 

 

Enfin, pour terminer cette entrée en matière, je rappelle qu'en 2005, lorsque nous nous sommes prononcés sur les accords de Schengen/Dublin, le Conseil fédéral avait rassuré la population, affirmant que les craintes relatives à un durcissement drastique de notre droit étaient infondées. Il est évident que le gouvernement n'a aucune envie de tenir les engagements pris à l'époque, ce qui laisse à penser que la parole fédérale ne vaut guère. C'est fâcheux.

 

Je souhaite maintenant évoquer les aspects constitutionnels mis à mal par cette directive. L'article 107, chiffre 1 de notre constitution prévoit que la Confédération légifère afin de lutter contre l’usage abusif d'armes, d'accessoires d'armes et de munitions. C'est bien l'usage abusif qui est évoqué et l'usage abusif seul. Avec la prise en compte de la directive, on entend réglementer l'usage normal des armes, chose qui contrevient à notre charte fondamentale. L'article 23 chiffre 3 est également mis à mal par la directive qui oblige les détenteurs d'armes à faire partie d'une société de tir. Notre constitution précise que nul ne peut être contraint d'adhérer à une association ou d'y appartenir. La reprise du texte européen dans notre droit n'est pas compatible avec notre constitution, il convient donc d'en supprimer les dispositions litigieuses.

 

Je relève également que la directive prévoit que les armes semi-automatiques conservées au terme des obligations militaires devront être annoncées à l'autorité et enregistrées a posteriori malgré plusieurs décisions démocratiques contraires. De plus, il faudra pour demeurer propriétaire faire non seulement partie d'une société de tir comme déjà évoqué plus haut mais aussi justifier d'une pratique régulière du tir. On ne précise pas la fréquence "régulière", pas plus que l'organe chargé de vérifier la régularité imposée. Il convient également de signaler que les stands de tir, dans leur immense majorité, sont conçus pour accueillir exclusivement des armes d'ordonnance et de sport. Compte tenu de cet élément, on voit mal comment un détenteur d'autres armes semi-automatiques pourrait remplir la condition de tir régulier.

 

Les complications et chicanes introduites ne manqueront pas de dissuader un militaire de conserver son arme au terme de ses obligations. Face aux exigences nouvelles, il renoncera, ce qui aura un impact sur les sociétés de tir qui reçoivent de nombreux tireurs occasionnels intéressés par l'un ou l'autre tir, obligatoire, en campagne ou autre.

 

Le sport de masse, racine du sport d'élite, verra ses adeptes fondre comme neige au soleil au vu des difficultés prévues. Le succès que le tir rencontre auprès des adolescents et jeunes tireurs sera fortement remis en cause eu égard aux conditions imposées à la relève qui se détournera du tir alors qu'à Genève, de nombreux candidats ne peuvent être admis faute de moniteurs. C'est bien le nombre de moniteurs qu'il faut augmenter et non baisser celui des candidats.

 

En résumé, le projet qui nous est soumis en consultation n'atteint pas ses objectifs de sécurité, est anticonstitutionnel et met en péril notre tradition du tir ainsi que notre droit libéral concernant les armes. Il convient ainsi de rejeter le texte proposé dans sa totalité.

 

En vous remerciant d’avance pour l’attention que vous donnerez à la présente, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à mes sentiments distingués.

 

 

Céline Amaudruz, 12.12.2017

12 commentaires

  1. Posté par Juan Pablo le

    La Suisse, comme toute l’Europe est en guerre de religion, alors n’est-il pas normal qu’on désarme les citoyens pour que l’idéalisme de l’UE ait moins de résistance? Avec les politiciens que nous ne méritons pas, il y a toujours plus de brèches qui s’ouvrent à nos frontières. Faisons de la résistance! La Suisse actuelle n’est plus MA Suisse, mais un souk mal géré.

  2. Posté par Schwander Dominique le

    Niccolo Machiavelli, le penseur humaniste italien de la Renaissance (1469-1527) a écrit dans son « Il principe »: «gli Svizzeri sono armatissimi e liberissimi» (les Suisses sont les plus armés et les plus libres). Ne l’oublions pas et soyons fiers de nos traditions, de nos vertus, de nos libertés et de nos armes de service à domicile ou mieux sur nous. Notre légendaire héros Tell dans « Wilhelm Tell » de Schiller a dit: « Celui qui veut se frayer un chemin a travers la vie doit avoir une arme pour la défense et pour l’attaque. » … « Le bras me manque quand l’arme me manque. » Qu’attendent nos centaines de milliers de soldats de milice vétérans pour adhérer à Pro Tell?
    De plus, Suisses, armez-vous parce ce que votre armée ne pourra pas vous défendre comme pendant la deuxième guerre mondiale parce que, d’une part, comme l’a écrit Sun Tzu, dans L’Art de la guerre il y a plus de 2000 ans, « Un espion vaut dix mille soldats » et d’autre part, lors de guerre assymétrique, un seul terroriste vaut même plus qu’un seul espion, soit plus qu’une division d’armée classique.

  3. Posté par Christian Hofer le

    Il serait important que les politiciens UDC et les différentes organisations qui militent se souviennent que la France permet à des fichés S de posséder des armes:

    https://lesobservateurs.ch/2017/07/06/france-port-darme-et-fiches-s-une-centaine-de-cas-recenses/

    Encore une fois, la Suisse mettrait sur pied un système avec une rigueur inouïe afin d’être la première de la classe pendant que la France fait ce qu’elle veut alors que ce pays est à la racine de la loi liberticide.

    Je m’étonne que cet argument ne soit pas évoqué.

  4. Posté par Sergio le

    Avec mes remerciements à Céline Amaudruz. Les frontières et les libertés ne cessent de s’effondrer puis de disparaître. Le mal que nous subissons aujourd’hui dépasse toutes les plaies que l’Égypte a connues, il s’agit du socialisme. Nous n’y survivrons probablement pas.

  5. Posté par Zendog le

    Félicitations à Mme Amaudruz et si cette interdiction passe, il faudra un referendum. La Suisse ne fait pas partie de l’UE et pourtant n’arrête pas de se coucher devant ses ukases. C’est inadmissible

  6. Posté par top gun le

    Un GRAND bravo à Céline Amaudruz pour cette belle lettre. Une piqure de rappel pour ces lâches applaventristes! Guillaume Tell stpl, refait surface, nous avons des armes modernes pour toi!
    Allons sur cette place Fédérale avec toutes les sociétés de tir de suisse pour montrer notre force et surtout… NOS convictions, ce serait mieux de le faire savoir nous-même, car on est encore chez nous, bande de lopettes d’UERSS.

  7. Posté par AZRAEL le

    Depuis 1989 l’armee est passee de 700 000 hommes mobilisables a 80 000 . Dans le meme temps, le nombre d’etrangers criminels musulmans et potentiellement dangeureux en cas de problemes geopoltiques majeurs, a explose.
    Cette volonte du gouvernement de vouloir desarmer le peuple n’est pas innocente mais releve a mon humble avis de la haute trahison.
    Quoiqu’il en soit, je doute que les Suisses reagissent ; malheureusement tant que le frigo est plein….

  8. Posté par Nicolas le

    Que ceux qui acceptent de se soumettre au bailli de Bruxelles se posent une seule question. Qu’adviendra-t-il en cas de catastrophe, lorsqu’ils feront face à des délinquants armés et que les lâches qui prétendent nous gouverner se seront tous enfui? Pour mémoire, entre autres, des astéroïdes menacent régulièrement la terre.

  9. Posté par pepiou le

    Clair, précis et concis. Excellent texte. Félicitations.

  10. Posté par jean le

    Mes compliments et mes remerciements M. Amaudruz.

  11. Posté par Maurice le

    Bravo ! C’est une belle lettre et en plus un bon résumé de la situation !

  12. Posté par Christian Hofer le

    Un ami français m’a déclaré que la France pourrait établir une dérogation contre l’interdiction des armes courtes:

    En clair, la France, qui est à la racine de cette loi, règlementera comme bon lui semble. D’ailleurs il est bon de se souvenir qu’en France des islamistes possèdent légalement des armes. Et c’est ce pays qui veux imposer ses lois à l’Europe entière…

    https://www.marianne.net/societe/une-centaine-de-fiches-s-radicalises-detiennent-une-arme-legalement

    Connaissant les autorités suisses, cette loi serait appliquée de la plus stricte des manières, notre administration essayant sans cesse d’être l’élève modèle aux yeux du monde entier.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.