Moscou accuse l’aviation américaine de tenter de l’empêcher de bombarder Daesh en Syrie

post_thumb_default

 

En conférence de presse le 9 décembre, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major-général Igor Konachenkov, est revenu sur un incident qui reflète selon lui l'attitude de l'armée armée américaine sur le théâtre des opérations en Syrie.

Le porte-parole a ainsi décrit les manœuvres d'un avion de combat américain F-22, le 23 novembre dernier près d'une base du groupe terroriste Etat islamique à l'ouest de l'Euphrate. Il a raconté comment ce dernier avait tenté d'empêcher deux Su-25 russes de mener des frappes aériennes contre cette position de l'Etat islamique. «Le F-22 a lancé des leurres pyrophores [une technique permettant de détourner les armements hostiles en les dirigeant vers un objet dégageant une forte chaleur] et utilisé ses freins aérodynamiques tout en manœuvrant constamment [près des avions russes], simulant un combat aérien», a déclaré le porte-parole, avant de préciser que le F-22 n'avait mis un terme à ses dangereuses manœuvres qu'après l'apparition d'un Soukhoï russe Su-35S.

Un comportement qui illustrerait parfaitement l'attitude de l'armée américaine, selon le major-général. Igor Konachenkov a en effet confié que la plupart des incidents aériens dans la zone de l'Euphrate venaient du fait que l'aviation américaine essayait de «se mettre en travers de la route» de son homologue russe lorsqu'elle celle-ci bombardait l'Etat islamique.

«La Syrie est un Etat souverain» : Moscou met les points sur les «i»

Ce récit sur les coulisses de la guerre contre l'Etat islamique intervient alors que Washington s'étend sur sa propre vision du conflit. Sur la chaîne CNN le 9 décembre, le lieutenant-colonel Damien Pickart, un porte-parole de l'armée américaine, a en effet dénoncé «une augmentation du comportement dangereux des avions russes». «Nous avons constaté entre et six et huit incidents par jour fin novembre, où des avions russes ou syriens ont pénétré dans notre espace aérien, à l'est de l'Euphrate», a-t-il déclaré en toute simplicité.

Igor Konachenkov s'est montré «dérouté» que Washington puisse considérer qu'«une partie de l'espace aérien syrien appartienne aux Etats-Unis». Le porte-parole russe a ainsi rappelé : «La Syrie est un Etat souverain, membre des Nations unies, cela signifie que [...] les Etats-Unis ne peuvent pas y avoir d'espace aérien "à eux".»

Ultime mise au point, Igor Konachenkov a fait remarquer que contrairement à l'armée de l'air russe, la coalition menée par les Etats-Unis opérait en Syrie «sans base légale», le Pentagone ne bénéficiant pas de l'approbation du gouvernement syrien pour intervenir sur son sol.

Washington nie

Si la guerre contre l'Etat islamique est en passe d'être totalement gagnée en Syrie, le combat de l'information est toujours, lui, bien présent. Pour le Pentagone, tout est bon pour minimiser l'influence russe aux yeux de l'opinion publique et mettre en valeur l'action américaine.

Revenant sur les propos d'Igor Konachenkov, un responsable de la coalition menée par Washington, sous couvert d'anonymat, a ainsi catégoriquement nié que l'aviation américaine entravait les opérations militaires russes en Syrie, déclarant au contraire que seules les actions des pilotes américains avaient permis de vaincre les terroristes. «La coalition internationale, pas la Russie ni le "régime" syrien, est la seule force qui a fait des progrès significatifs [contre Daesh]», a déclaré sans ciller ce responsable, dans des propos rapportés par Sputnik le 10 décembre.

Une ligne de conduite qui n'est pas nouvelle, puisqu'elle avait déjà été adoptée par l'administration américaine précédente. «[Les Russes] n'ont rien fait», avait ainsi affirmé le secrétaire à la Défense Ash Carter, dans un entretien à la chaîne télévisée américaine NBC le 8 janvier, à quelques jours du terme du mandat de Barack Obama. «Ils sont venus et ont dit qu'ils allaient combattre [Daesh] et aider dans la guerre civile en Syrie, [...] ils n'ont fait ni l'un ni l'autre. Par conséquent évidemment, nous combattons [Daesh] nous-même», avait-il affirmé.

Lire aussi : Avec l'accord tacite des Etats-Unis, des centaines de terroristes auraient fui Raqqa avant sa chute

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Loulou le

    En 1945 déjà, les USA gagnaient la guerre contre l’armée la plus puissante du monde avec 10’000 hommes. Alors que la Russie a perdu 20 millions de personnes dans le conflit.
    10’000 gosses sans aucune expérience…Et c’est ce que l’on nous apprend à l’école.

  2. Posté par Vautrin le

    Les Yankees, au contraire des Russes, n’ont jamais été appelés en Syrie, ni par le gouvernement légitime, ni même par la très illégitime ONU. Ils ont armé des groupes terroristes qu’ils font mine de combattre maintenant, tout en permettant aux criminels encerclés de s’échapper. On voit nettement leur jeu : essayer de reprendre pied en Syrie, car il se pose une question de stratégie commerciale (projet d’oléoduc) et de stratégie militaire (renforcer leur présence en Méditerranée Orientale). Comme à leur habitude, ils interviennent avec arrogance et cynisme. Espérons que la Russie sera assez puissante diplomatiquement pour tenir en lisière le pays des monopoles.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.