No Billag. Un ex-employé de la SSR demande pardon: « 450 francs, c’est cher pour un service que les gens n’ont pas commandé. »

samuel hofmann

Parmi les défenseurs du No-Billag, il y a Samuel Hofmann, un ancien employé de la SSR. Il explique comment il a changé d'avis.

Il se bat en première ligne: Samuel Hofmann (29 ans) agit dans l'association Oui à No Billag visant l'abolition des droits TV et radio. Hofmann a travaillé au service de la SSR! L'économiste d'entreprise, qui travaille actuellement à la "Weltwoche" a été stagiaire au département d'étude de marché de la télévision suisse en 2009.

Il n'y a pas de stress à la SSR

Le Zurichois décrit son travail au BLICK: « Là-bas, avec une macro Excel que j'avais écrite, j'ai fait (entre autre) en sorte que l'évaluation journalière des quotas ne dure plus que 20 minutes au lieu de 2 heures. Il pense que la SSR peut gérer le travail à accomplir avec moins de personnel. « Du moins en ce qui concerne mon service. Selon moi, le stress ne régnait en tout cas pas. Et j'ai toujours automatisé mes tâches jusqu'à présent, ce qui m'a permis de gérer les commandes de manière efficace et donc de rester assis là sans davantage de travail."

Selon Hofmann, l'automatisation de l'évaluation des quotas aurait pu être « faite plus tôt par quelqu'un ». "Je pense que le manque de pression économique, à laquelle les entreprises normales sont exposées, s'est fait ressentir." Cependant il ne nourrit pas de ressentiment contre son ancien employeur.

"Je m'entendais bien avec les collaborateurs et les superviseurs et j'ai également reçu un bon certificat professionnel."

La raison pour laquelle Hofmann est devenu un adversaire de la SSR

Son changement est survenu parce qu'il ne pouvait pas concilier le modèle économique actuel de la société de diffusion, qui repose sur des abonnés involontaires, avec sa conscience. Hofmann va encore plus loin sur Facebook . Il s'excuse pour avoir travaillé par le passé au siège principal de production de la SSR de Leutschenbach.

Dans une lettre, il déclare: "Je suis désolé! En 2009, en tant que stagiaire, j'ai vécu au détriment de nombreux abonnés involontaires de produits médiatiques fabriqués par mon entreprise. » Et plus loin:« Je suis devenu plus intelligent. Et je voudrais sincèrement m'excuser auprès de tous les abonnés forcés de la SSR. »Son credo: « Pour les personnes qui utilisent les chaînes de la SSR seulement de manière occasionnelle ou pas du tout, 450 francs, c'est beaucoup d'argent pour un service qu'ils n'ont pas commandé.

Et que pense la SSR du "judas" Hofmann? "Nous ne voulons ni ne pouvons interdire l'opinion de quiconque", a déclaré Andrea Wenger, porte-parole de la SSR.

Source Traduction libre Les Observateurs.ch

5 commentaires

  1. Posté par philippe le

    Pour ma part c’est un vaste chantier qui nus attend. Moi le petit suisse constate que la taxe n’a plus lieux d’être sous cette forme c’est un empire de monopole qu’il faut réorganiser. J’ai remarquer aujourd’hui l’air narquois de Mme , Leutardt au 12.45 de midi.. Les responsables disent qu’il n’y a pas de plan B. , mais ils se fichent de nous . ce n’est pas pour rien qu’ils ne veulent pas partager le patrimoine audio-visuel qui ne leur appartient pas donc il faut un changement de structure, C’est un partage scandaleux qui empêche un pluralisme démocratique et honnête .

  2. Posté par aldo le

    Apparemment LES PEDOPHILES DANS LA RTS ne sont pas autant pourchassés par les médias que DANS L’EGLISE CATHOLIQUE (et elle ose soutenir Billag, de qui se moque-t-on ?) https://www.rts.ch/info/suisse/1180819-rsr-des-fichiers-pedophiles-punissables-.html Et visiblement on préfère poursuivre les dénonciateurs et les priver d’emploi, plutôt que de faire le ménage.

    Dans cette église cathodique, est-ce qu’il n’y aurait pas aussi des adaptes d’autres déviances cultivées grâce à l’Omerta ? Qu’est-ce qui différencie un pédophile d’un PD ? Un attrait plus fixé sur la chaire fraîche, plus naïve ?. Tornare régulièrement cité comme arbitre et procureur des attaques du Matin pourrait peut être nous informer de sa position, si le mot n’est pas inconvenant ? Et bien oui, malheureusement vu ce qui précède je peux citer aussi une autre affaire qui démontre si besoin était que la RTS n’est pas qu’un panier à crabes.http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Allenbach–cope-de-trois-ans-avec-sursis-23569541

    PAS BESOIN D’UNE OPERATION BALANCE TON PORC POUR FAIRE LE MENAGE, VOTER EN MASSE POUR NO-BILLAG SUFFIRA ! On attend patiemment que les associations contre la pédophile se manifestent et soutiennent aussi NO-BILLAG, à moins qu’elles s’abstiennent parce qu’elles ne sont qu’alibis politiques à la recherche de subventions.

  3. Posté par Antoine le

    Je remercie de M. Hofmann de sa franchise. Se rendre compte qu’il y a une erreur c’est bien, en parler et en faire son mea culpa c’est mieux ! M. Hofmann n’est PAS coupable et il n’a rien à se reprocher !
    La RTS (Radio TV Socialiste) a l’obligation de se restructurer et se ressourcer. Toute l’administration est sclérosée !
    Je voterai OUI à no billag.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.