Paris offre 700 000 € aux migrants mineurs marocains. « Ils volent, ils cambriolent, ils arrachent les colliers. »

marocains

Devant l’afflux de mineurs marocains en errance dans les rues de la Goutte d’or (XVIIIe), la ville débloque un dispositif exceptionnel chiffré à près de 700 000 €.

Multiplication des maraudes, dispositif de prise en charge nuit et jour, suivi physique et psychiatrique, avec à la clé, une enveloppe de près de 700'000 €. Et une demande de renforcement policier et judiciaire. A situation inédite, mesures exceptionnelles.

Devant l’ampleur qu’a pris, ces derniers mois, l’afflux des enfants migrants marocains, réfugiés dans le quartier populaire de la Goutte-d’Or (XVIIIe), leur toxicomanie, leur violence, et l’échec des dispositifs déployés depuis le printemps dernier, la Ville a décidé de mettre en place un plan d’ampleur, sous convention avec le Centre d’action sociale protestant (CASP) qui travaillera en partenariat avec des associations rompues à la prise en charge des jeunes en errance : Aux Captifs la Libération et Trajectoires.

Lundi, lors du prochain Conseil de Paris, une subvention de 684 967 € sera soumise au vote de l’assemblée.

Depuis le mois de février 2016, le quartier voit affluer ces silhouettes juvéniles. Les premiers arrivants avaient 9 ou 10 ans. La seconde vague, entre 14 et 17 ans. Certains sont à peine majeurs. Aujourd’hui, ils sont une soixantaine. Ces enfants des rues venus du Maroc via l’enclave espagnole de Melilla, à bord de camions, puis de bateaux de marchandises, ont souvent transité par l’Espagne avant d’échouer sur les trottoirs de la Goutte-d’Or.

Dans quel but ? Totalement livrés à eux-mêmes, ils sniffent de la colle, boivent, agressent les passants, volent et refusent les prises en charge proposées. Beaucoup se disent orphelins. « Ceux qui ont accepté d’être hébergés ont fugué rapidement, ou commis des actes violents », souligne Dominique Versini, adjointe de la maire de Paris Anne Hidalgo à la protection de l’enfance. « Ils sont dangereux pour eux-mêmes et les autres. En piètre état physique, en proie à différentes addictions… Je ne promets pas de résultats dans les huit jours, mais nous allons tenter un dispositif expérimental inédit face à ces profils qui sont connus en Afrique ou en Amérique latine, mais que nous découvrons seulement en France. C’est un véritable défi. »

Pour tenter de relever ce défi, les associations mandatées assureront une présence quotidienne auprès des jeunes, dans la rue, pour tenter d’instaurer un lien de confiance. Et les convaincre de gagner l’accueil de jour qui sera prochainement mis en place, pour se réchauffer, se reposer, prendre une douche. Un lieu d’hébergement de nuit ouvrira prochainement ses portes, en proche banlieue. « Le plus compliqué, souligne Dominique Versini, est de créer un lien avec ces enfants qui ont erré dans leur pays, puis à travers l’Europe, sans aucun référent adulte, le plus souvent ».

Une réponse judiciaire difficile

« Des orphelins des rues, on n’avait pas vu ça à Paris depuis la Seconde Guerre mondiale », assure Valérie Goetz, la commissaire principale du XVIIIe. « Au début, ils se contentaient de menus larcins mais maintenant, ils sont passés aux vols à la tire, aux arrachages de colliers, aux cambriolages. Ici, mais également dans les départements de petite couronne. Et ils commencent à se mélanger avec les délinquants plus âgés, les trafiquants de cigarettes de contrebande. »

Que faire face à ces très jeunes gens, dépourvus de papiers, qui mentent le plus souvent sur leur âge et leur identité ? « Au-delà de 13 ans, lorsqu’ils sont pris en flagrant délit ils sont placés en garde à vue », souligne-t-on au parquet des mineurs, « mais même lorsqu’un placement suit, ils retournent systématiquement à la rue. Ils ont une grande capacité de résistance. Et, en l’absence de parents, le suivi judiciaire et éducatif est extrêmement compliqué. Tous les jours, une dizaine d’entre eux sont interpellés… Et des ordonnances de placement provisoire sont signées quotidiennement ».

Source

10 commentaires

  1. Posté par Marie-Jo Fressard le

    Qui est responsable de cette situation, sinon le régime marocain et son roi qui ne s’occupe que des enfants de Betz, il faut bien soigner son image ! Un gouvernement qui délaisse les enfants, qui se satisfait de voir les enfants de familles aisées profiter de l’enseignement privé, et dont les élèves laissés pour comptes sont les cancres sur le plan international. Il ne faut pas s’étonner que des milliers de gosses de la rue qui n’arrivent plus à survivre dans leur pays essaient de le faire dans un autre pays. Sans instruction, sans éducation, sans repères, sans modèles ils se sont installés dans la violence, et, bien sûr, sont considérés comme dangereux.
    A qui la faute ?

  2. Posté par Gabriel Zallas le

    Ouvrir des camps tout simplement ; les enfermer et informer les Etats concernés que la France n’entretient plus les délinquants et que c’est aux ambassades étrangères des ressortissants d’en assurer les soins et la nourriture ou de les rapatrier à leurs frais ; dans le cas contraire laisser faire la nature… et les épidémies. Brutal mais efficace et AUCUN pays ayant laisser filer ses délinquants n’osera élever la voix ni protestation car ayant refusé eux-mêmes assistance à leur ressortissants.

  3. Posté par Tommy le

    C’est vrai que , dans ce quartier de l’ Égout d’ Or, peuplé de noirs illettrés et de maghrébins, ils se trouvent comme chez eux .
    Ces hominidés au QI de 70, à l’âge éternellement bloqué au curseur de 13 ans, doivent être sans attendre expédiés au bled.
    Des siècles d’ inceste, de mariages entre cousins, …..vous avez dit  » dégénérés « ?

  4. Posté par Sitting bull le

    merci a la politique qui a conduit a cette dérive totalement folle

  5. Posté par Mady le

    Marre de toute cette racaille. Qu’on les renvoie dans leur pays le plus rapidement possible.

  6. Posté par jsg le

    Puisqu’on sait qu’ils sont marocains, on peut pas les refiler à Hassan ?

  7. Posté par pierre frankenhauser le

    « Allez tiens gamin, un peu d’argent de poche pour aller t’acheter un couteau et des armes à feu. Si tu veux, je peux même te refiler les clés de ma camionnette pour aller écrabouiller quelques mécréants qui l’ont bien mérité. » Juste histoire de tuer… le temps.

  8. Posté par Christian Hofer le

    « Ils ont une grande capacité de résistance. »

    Traduction: Ils utilisent systématiquement la violence contre les policiers, les éducateurs et autres assistants sociaux en sachant qu’ils ne peuvent pas être sanctionnés par la loi.

  9. Posté par poulbot le

    Une seul et unique solution , arrestation et renvoi dans leur pays d’origine qui par l’envoi de ces pseudo ado en Europe essai de semé le cahot en France pour commencer puis en Europe. Le Maroc sous ses airs de pays accueillant est en réalité un des fer de lance de la colonisation de l’Europe par les Arabes. L’ex ministre de l’éducation belkacem en est un bel exemple puisque par se réformes elle a essayer de détruire le système éducatif français.

  10. Posté par Nicolas le

    L’Europe devient la décharge à ciel ouvert du Maghreb.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.