Le nouveau coup d’éclat de Trump

post_thumb_default

 

En finir avec l’invasion.

Le président américain et son équipe l’ont bien compris : reconquérir sa souveraineté et rendre le pouvoir au peuple, cela commence avant tout par rompre avec ces instances supranationales qui imposent aux Etats des directives établies en catimini par des technocrates. Aussi, après avoir jeté aux orties l’Accord de Paris qui gênait ses ambitions économiques et quitté l’UNESCO en raison de ses « préjugés anti-israéliens », Washington a officiellement annoncé samedi le retrait des Etats-Unis du funeste Pacte mondial sur les migrants et réfugiés.

Rappelons que ce pacte, proposé par le Haut-commissaire aux Réfugiés, est l’émanation directe de la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants, adoptée par les membres de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2016 et dont l’objectif officiel est d’« améliorer la gestion internationale des migrants et des réfugiés ». Autrement dit, d’encourager par les biais habituels l’invasion migratoire de tous les pays occidentaux, comme c’est actuellement le cas en France et en Europe.

Or, comme chacun sait, Trump, qui s’est engagé lors de sa campagne électorale à mettre fin à l’immigration massive vers son pays, est bien décidé à ne rien laisser passer. Ainsi avait-il tenté à plusieurs reprises d’interdire l’entrée sur le sol américain de ressortissants originaires de huit pays musulmans jugés « à risque ». La justice avait bloqué les versions successives de ce « Muslim Ban », mais ce lundi la Cour suprême a levé les restrictions à son application, ce qui est une victoire pour Trump. Quant au mur qu’il s’est juré d’édifier à la frontière américano-mexicaine, les représentants américains viennent tout juste de voter un budget de 1,6 milliard de dollars pour sa construction.

« Incompatible avec la souveraineté américaine »

Aussi l’annonce par Washington de son retrait du Pacte mondial sur la migration de l’ONU ne constitue-t-elle pas une surprise. L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a d’ailleurs rappelé que, si « l’Amérique est fière de son héritage en matière d’immigration », l’approche mondiale de la Déclaration de New York est « incompatible avec la souveraineté américaine ». Car, a-t-elle judicieusement souligné, « nos décisions sur la politique migratoire doivent toujours être prises par les Américains et les Américains seuls ». Et « nous déciderons nous-mêmes de la meilleure manière de contrôler nos frontières et de qui est autorisé à entrer dans notre pays ». Un discours que l’on aimerait entendre de la part de nos dirigeants.

En attendant, cette annonce a bien sûr immédiatement mis en ébullition les professionnels de l’immigration et autres enragés anti-Trump. A commencer par le président slovaque de l’Assemblée générale de l’ONU, Miroslav Lajcak, qui a expliqué – sans rire – que « le multilatéralisme reste le meilleur moyen pour faire face à des défis mondiaux ». Pour sûr ! On en voit aujourd’hui le résultat en Europe…

Cet article Le nouveau coup d’éclat de Trump est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par JeanDa le

    Pensez-vous qu’il serait d’accord de venir donner un cours magistral à notre conseil fédéral ? Enregistré, il pourrait ensuite être diffusé en boucle auprès de nos élus à tous les niveaux !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.