Le groupe UDC rejette le contreprojet à l’initiative « entreprises responsables »

2000px-SVP_UDC.svg

Communiqué de presse UDC suisse, le 5 décembre 2017

 

Les auteurs de l'initiative populaire "Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement" veulent imposer aux entreprises des entraves uniques au monde. Toutes les entreprises, les grandes, les moyennes et les petites, seraient responsables de prétendues atteintes aux droits de l'homme ou à l'environnement. L'UDC rejette aussi bien cette initiative extrême qu'un éventuel contreprojet. Par ailleurs, les parlementaires UDC ont décidé de déposer plusieurs interventions. Il s'agit par exemple de retirer au Conseil fédéral la compétence de fixer de sa propre autorité des contingents de réfugiés devant être accueillis en Suisse.

Une responsabilité des entreprises sans qu'il n'y ait faute de leur part et s'étendant de surcroît aux éventuels délits commis par des fournisseurs dépendants ou des filiales serait unique au monde et fatale pour l'économie suisse. Les entreprises sises en Suisse devraient être constamment à même de faire la preuve qu'elles ont manifesté "une diligence raisonnable", faute de quoi elles seraient tenues de verser des dommages et intérêts. Une telle construction juridique et l'inversion du fardeau de la preuve qu'elle entraîne seraient tout simplement insupportables pour les entreprises suisses. La Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats a composé un contreprojet à l'initiative extrême sur la responsabilité des entreprises. Ce texte prévoit également un examen obligatoire de la diligence des entreprises ainsi que la responsabilité d'un grand nombre d'entreprises domiciliées en Suisse pour d'éventuelles violations des droits de l'homme à l'étranger. Le groupe UDC a examiné aujourd'hui ce contreprojet et il a décidé à l'unanimité de le rejeter. Cet objet sera traité lundi 11.12.2017 à la Commission des affaires juridiques du Conseil national.

Le groupe a ensuite adopté plusieurs interventions dans le domaine de l'asile. Une initiative parlementaire demande que le regroupement familial pour les personnes admises provisoirement soit provisoirement stoppé. Une autre intervention vise à interdire le versement de plusieurs aides au retour à des requérants dont la demande d'asile a été refusée. En outre, l'UDC souhaite retirer au Conseil fédéral la compétence de faire venir de sa propre autorité des grands groupes de réfugiés en Suisse. Ce genre de décision devrait à l'avenir être prise par le Conseil national et le Conseil des Etats et non plus par le seul Conseil fédéral.

Il arrive régulièrement que des invalides simulateurs obtiennent frauduleusement des prestations de l'assurance-invalidité ou de l'assurance-accident. Plusieurs communes ont donc décidé de surveiller les assurés et elles ont eu du succès. La Cour européenne des droits de l'homme a cependant statué que la Suisse avait besoin d'une base légale détaillée pour pouvoir effectuer ce genre d'observation. Le groupe UDC a apporté aujourd'hui son soutien unanime à une initiative parlementaire qui propose une base légale pour la surveillance de personnes soupçonnées de percevoir abusivement des prestations d'assurance.

Un commentaire

  1. Posté par hausmann. conrad le

    Cette initiative est tellement énorme qu’elle devient une provocation. Provocation des écolo-gauchistes qui veulent détruire toutes nos industries. Les mèmes milieux voulaient à plusieurs reprises « casser » Pilatus cette seule marque d’avions qui fait le renom de la suisse dans le monde entier.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.