Allemagne : les migrants transforment un haut lieu touristique de Berlin en zone interdite

dorug9uwsaadpkp

Alexanderplatz (Alexander Square) était autrefois une attraction touristique dynamique visitée chaque année par des milliers de personnes. Maintenant, cependant, elle est devenue une ruche de délits qu’il serait judicieux d’éviter.

En moyenne, il y a plus de 18 délits par jour à Alexanderplatz. Le nombre de délits commis au cours des dix premiers mois de 2017 s’élevait à 5.631.

Malgré une présence accrue de la police, les vols et les agressions, ainsi que les crimes liés à la drogue, ont tous augmenté. Elle a été officiellement classée comme la zone la plus criminalisée dans toute l’Allemagne.

Juste ce week-end 61 personnes ont été arrêtées là-bas, plusieurs cas de consommation d’alcool par des mineurs et une agression sexuelle ont eu lieu (…)

Surtout les week-ends, Alexanderplatz est devenu synonyme de repaire de migrants et de zone de trafic de drogue. Les attaques aux couteaux et les bagarres de masse, autrefois rares, sont presque quotidiennes.

Le seul espoir est que la police espère endiguer le flot de la criminalité avec des opérations de plus en plus importantes et rende la région une fois de plus propice au tourisme. En conséquence, elle a réussi à réduire le vol à la tire de 46% (…)

Au total, 5.980 personnes ont été arrêtées de janvier à octobre cette année. Parmi ceux-ci, 1.662 ont reçu des ordres d’expulsion et 118 ont été détenus en prison.

Source : https://voiceofeurope.com/2017/11/germany-migrants-turn-berlins-tourist-hotspot-into-no-go-area/#.WhWnaxeT0j4.twitter

 

Via CivilWarInEurope

 

7 commentaires

  1. Posté par elsaesser le

    Alexanderplatz…Cela évoque à présent le bon temps où l’ancienne RDA n’était pas infestée de vermines criminogènes mahométanes. Aujourd’hui la grosse truie merkel aux mains rouges du sang de ses semblables a fait de l’Allemagne une énorme cour des miracles. On peut regretter amèrement l’époque de Heinrich Honecker soutenu par l’URSS. C’est dire !!!!

  2. Posté par maury le

    Allemagne : Epidémie d’Attaques au Couteau

    par Soeren Kern
    24 novembre 2017

    Traduction du texte original: Germany: Spike in Stabbings
    Transmettre
    Partager
    43

    Les politiques migratoires de la chancelière Angela Merkel ont enclenché une spirale de violence qui s’alimente elle-même ; de plus en plus de personnes s’arment de couteaux au quotidien – y compris pour se défendre.

    Un homme de 40 ans a poignardé à mort sa femme, 31 ans, qui était aussi la mère de leurs trois enfants. L’homme n’aurait pas apprécié qu’elle soit présente sur les réseaux sociaux a dit la police.

    Depuis que la chancelière Angela Merkel a ouvert les portes de l’Allemagne en 2015, à plus d’un million de migrants d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient, la situation sécuritaire du pays s’est détériorée. L’envolée des agressions à l’arme blanche en est le témoin.

    Ces derniers mois, des personnes armées de couteaux, de haches et de machettes ont semé la terreur dans chacun des 16 États fédéraux allemands. Les couteaux ont servi aussi bien à perpétrer des attaques djihadistes, que des homicides, des vols, des effractions de domicile, des agressions sexuelles, des crimes d’honneur et une grande variété d’autres violences pénales.

    Des agressions au couteau ont eu lieu sur des pistes cyclables, dans des parcs d’attractions, des hôtels, des jardins publics, des places publiques, des transports publics, des restaurants, des écoles, des supermarchés et des gares. Nombre d’Allemands ont aujourd’hui le sentiment que le danger rode partout ; et que la sécurité n’est plus assurée, nulle part.

    La police reconnait qu’elle est dépassée, voire submergée et se dit incapable de maintenir l’ordre public – aussi bien le jour que la nuit.

    Aucune statistique fiable ne permet de mesurer la vague de violence au couteau qui sévit en Allemagne – et la police est même accusée de ne pas signaler de nombreux crimes, dans le but de ne pas « troubler » l’opinion publique.

    Une recherche menée à partir des registres de la police allemande est toutefois en passe de faire de 2017, une année record pour le nombre des délits commis au couteau et à l’arme blanche. Entre janvier et octobre 2017, la police a dénombré plus de 3 500 agressions au couteau, contre 4000 pour l’année 2016 – et seulement 300 en 2007. Au cours des dix dernières années, les agressions à l’arme blanche ont augmenté de plus de 1.200% en Allemagne.

    Les médias allemands ne signalent généralement pas ce type de violences. Et les crimes, quand ils sont relatés, sont traités à la rubrique des « faits divers », sans lien avec l’immigration de masse. Quant aux études sur la criminalité, y compris celles établies à partir des registres de la police, elles gomment toute référence à la nationalité – celle des auteurs comme celle des victimes – dans le but évident de ne pas enflammer le ressentiment anti-immigration au sein de la population.

    Photo : la police allemande sécurise une scène du crime après une attaque au couteau qui a eu lieu le 10 mai 2016 à la gare de Grafing. Un homme a poignardé quatre personnes en criant « Allahu Akbar » (« Allah est le plus grand »). Une des victimes n’a pas survécu. (Photo par Johannes Simon / Getty Images)

    Les politiques migratoires de Merkel ont cependant enclenché un cycle de violence qui s’alimente lui-même ; de plus en plus de personnes portent des couteaux en public – y compris pour se défendre.

    L’épicentre de la violence au couteau est Berlin ; certains quartiers sont maintenant si dangereux qu’ils ont pris les caractéristiques d’une « no-go-zone ». À Neukölln et dans tous les quartiers où réside une vaste population de migrants, les coups de couteau sont une caractéristique de la vie quotidienne. Selon le Berliner Morgenpost, en 2016, les migrants étaient responsables d’au moins 45% des crimes commis dans la capitale allemande.

    Les villes du nord comme Brême et Bremerhaven sont également devenues des foyers de la violence au couteau. En 2016, pas moins de 469 personnes – soit plus d’une par jour – ont été poignardées à Brême, selon des documents officiels obtenus par Bild. Toujours à Brême, plus d’une douzaine de personnes sont décédées des suites d’une blessure à l’arme blanche. Dans la ville voisine de Bremerhaven, 165 attaques au couteau ont été enregistrées soit une hausse de 75% depuis 2014. Selon Bild, les responsables de ces violences sont, dans la plupart des cas, des migrants.

    La Rhénanie-du-Nord-Westphalie est un autre point chaud de la violence au couteau ; les agressions à l’arme blanche sont désormais endémiques à Bielefeld, Bochum, Bonn, Cologne, Dortmund, Düsseldorf et Essen ; et le centre-ville de Düsseldorf semble particulièrement touché. Et encore, il ne s’agit là que des villes principales.

    La plupart des attaques au couteau sont menées de manière aléatoire, comme à l’aveugle, contre des passants innocents – notamment dans les gares et les transports en commun :

    Munich, 21 octobre. Sur Rosenheimer Platz, un homme de 33 ans a poignardé au hasard huit personnes, dont un enfant de 12 ans,. La police « croit » que l’agresseur, un délinquant multirécidiviste, serait un « déséquilibré ».
    Mönchengladbach, 16 octobre. À la gare centrale, un Algérien de 18 ans, entré en Allemagne illégalement, a menacé de son couteau un invalide de 65 ans dans son fauteuil roulant.
    Hambourg, 15 octobre. Un homme de 23 ans a été poignardé dans un restaurant suite à « un contact visuel accidentel » avec son agresseur.
    Berlin, 11 octobre. Deux passants ont été poignardés à la station de métro Neukölln. La police a déclaré que l’attaque était aléatoire et sans motif apparent.
    Cologne, 2 octobre. Une femme de 24 ans a été menacée d’un couteau et volée par un homme à la peau sombre (dunklen Teint) dans le train qui la menait à l’aéroport de Düsseldorf.
    Mannheim, 30 septembre. Un homme de 31 ans a poignardé des passants au hasard. La police a tiré un coup de semonce après que les gaz au poivre se soient révélés impuissants à le maîtriser.
    Leipzig, 27 juillet. Un groupe de jeunes afghans a attaqué une famille dans un parc d’attractions. Le père, 46 ans, a été poignardé et gravement blessé.

    Les agressions au couteau impliquent de plus en plus d’adolescents et d’enfants ainsi que des femmes :

    Giessen, 15 Novembre. Deux hommes « d’apparence méditerranéenne » (südosteuropäisch Aussehen) armés d’un couteau ont menacé deux enfants dans une cour d’école pour dérober l’argent de leur déjeuner.
    Dormagen, 15 novembre. Sur la Helmut-Schmidt-Platz, un homme de 39 ans a menacé un adolescent de son couteau. L’agresseur a été transféré dans un service psychiatrique.
    Wiesbaden, 14 novembre. Sur une aire de jeux, une femme et ses enfants ont été menacés en plein jour, par un homme armé d’un couteau. La femme a déclaré que l’homme avait essayé de voler son chien et qu’il l’a attaquée quand elle a résisté.
    Cologne, 2 novembre. Une femme de 39 ans a été poignardée par un homme qui était visiblement sous l’emprise d’une drogue.
    Singen, 4 octobre. Deux adolescents de 14 ans s’exprimant en turc, ont agressé plusieurs enfants sur un terrain de jeux. Ils étaient armés d’un couteau.
    Dortmund, 1er octobre. A l’école Gustav-Heinemann, un adolescent de 15 ans a été poignardé après avoir tenté de mettre fin à une bagarre entre un garçon de 13 ans et un autre de 16 ans.
    Fribourg, 29 septembre. Une femme de 34 ans a été poignardée par une autre femme à l’issue d’une altercation sur un parking.
    Hermannsburg, 29 août. Un homme a menacé de son couteau une femme de 22 ans au motif qu’elle bloquait la circulation dans un garage.

    Dans les rixes entre nationalités et groupes ethniques, les armes blanches sont un classique :

    Erfurt, 11 novembre. Un Afghan de 22 ans a été poignardé et gravement blessé lors d’une altercation avec d’autres Afghans dans un centre d’accueil multifamilial.
    Rüdersdorf, 11 novembre. Dans un centre d’accueil multifamilial, un jeune homme de 19 ans a été grièvement blessé à l’issue un combat au couteau.
    Hambourg, 9 novembre. Trois hommes ont été poignardés au cours d’une rixe à l’arme blanche à Eimsbüttel.
    Berlin, 7 novembre. Un vietnamien de 21 ans a été poignardé à mort alors qu’il quittait l’épicerie de son père dans le quartier de Wilmersdorf. Le tueur est toujours en liberté.
    Brême, 2 novembre. Un homme de 20 ans a été poignardé à mort dans une échauffourée qui a éclaté devant un restaurant kebab. Quelques heures auparavant, un autre homme était tué par balle dans un supermarché voisin.
    Hoyerswerda, 25 octobre. Un Libyen de 23 ans a eu le visage lacéré à l’issue d’un affrontement avec un Libyen de 28 ans et un Tunisien de 23 ans.
    Bad Wildungen, 16 octobre. Un homme de 18 ans a été poignardé et gravement blessé au cours d’une échauffourée au couteau.
    Eschwege, 15 octobre. Un Afghan de 23 ans a poignardé un Algérien de 23 ans dans un centre d’accueil pour réfugiés à l’occasion d’une rixe qui a mêlé plus de 40 personnes.
    Dortmund, 14 octobre. Plus de 40 migrants se sont battus au couteau dans un centre d’accueil pour réfugiés. Quand les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont été victimes d’une « attaque en masse ». La police a dû recourir à des chiens pour rétablir l’ordre.
    Cologne, 14 octobre. Un migrant africain âgé de 22 ans a été poignardé à mort sur l’Ebertplatz au cours d’un combat au couteau impliquant six autres Africains.
    Öhringen, 12 octobre. Un Allemand d’origine turque âgé de 17 ans, a poignardé et gravement blessé un Polonais de 19 ans lors d’un combat au couteau.
    Bielefeld, 2 octobre. Sur une aire de skateboard, un homme de 21 ans a été blessé de plusieurs coups de couteau; il s’était porté au secours d’un couple agressé par un groupe d’Afghans. Plus de 20 personnes se sont joint à la bagarre. Le suspect est un Kurde irakien de 18 ans.
    Naumburg, 1er octobre. Un Afghan de 18 ans et un Marocain de 19 ans ont été poignardés lors d’une rixe entre personnes d’origine étrangère.
    Dortmund, 3 septembre. Un Bulgare de 34 ans a poignardé un Turc de 54 ans devant un restaurant.

    Les couteaux servent également à régler des crimes « d’honneur » et des conflits domestiques :

    Bad Homburg, 30 octobre. Un homme de 40 ans a poignardé à mort sa femme âgée de 31 ans, laquelle était aussi la mère de leurs trois enfants. Selon la police, l’homme ne supportait pas qu’elle soit présente sur les réseaux sociaux.
    Oldenburg, 14 octobre. Le procès d’un Irakien de 37 ans accusé d’avoir poignardé sa femme à mort a commencé. Les cinq enfants du couple étaient au domicile au moment du crime. Selon l’acte d’accusation, l’Irakien a assassiné sa femme en vertu du « code d’honneur » de la famille. Il croyait que sa femme avait une liaison alors qu’elle suivait simplement des cours d’allemand.
    Eggenfelden, 4 octobre. Un Kurde de 47 ans a castré un Ukrainien de 28 ans dans un centre d’accueil pour migrants ; la victime a saigné à mort sur les lieux.
    Leipzig, 11 août. Un Afghan de 37 ans a poignardé à mort sa femme de 34 ans, enceinte de leur troisième enfant. Les deux enfants du couple ont assisté au crime.
    Riederich, 9 juillet. Un Macédonien de 35 ans a poignardé un autre Macédonien de 30 ans lors d’un mariage. Ils appartenaient chacun à un clan rival
    Herzberg, 29 juin. Mohammad Hussain Rashwani, un émigré syrien de 38 ans, a tenté de décapiter Ilona Fugmann, 64 ans, dans son salon de beauté. Fugmann avait offert à Rashwani un poste de coiffeur et les médias allemands avaient cité son cas comme un exemple d’intégration réussie. Mohammad n’aurait pas supporté d’être sous l’autorité d’une femme.
    Cologne, 14 juin. Un Syrien de 33 ans a poignardé et gravement blessé son ex-femme dans un supermarché de Cologne. Il a également poignardé son fils de 13 ans qui intervenait pour protéger sa mère.
    Cottbus, 9 juin. Un Tchétchène de 32 ans a été condamné à 13 ans de prison pour avoir égorgé sa femme et l’avoir défenestrée du deuxième étage de leur appartement. L’homme a été accusé d’homicide involontaire plutôt que de meurtre, le tribunal ayant estimé que le « crime d’honneur » avait été commis sous le coup de la passion. L’homme croyait que sa femme lui était infidèle.

    Des attaques au couteau ont également eu lieu contre des travailleurs sociaux et des fonctionnaires :

    Pfaffenhoffen, 11 novembre. Un Allemand d’origine kazakh âgé de 28 ans, a menacé d’un couteau et pris en otage pendant plus de cinq heures un employé du Bureau d’aide à l’enfance, âgé de 31 ans. Le preneur d’otage entendait ainsi protester contre la décision des services sociaux de placer en famille d’accueil, sa fille de un an.
    Göppingen, 26 octobre. Un homme à la peau foncée (dunklem Teint) a sorti un couteau quand la chef de train, âgée de 54 ans, a voulu contrôler son billet.
    Ahaus, 12 octobre. Un Nigérian de 28 ans a été condamné à 13 ans de prison pour avoir poignardé l’assistant, 22 ans, d’un centre d’accueil pour réfugiés.
    Sarrebruck, 7 juin. Un Syrien de 27 ans a poignardé un psychologue de 30 ans dans un centre d’aide aux réfugiés traumatisés de la Croix-Rouge. La dispute a éclaté au cours d’une séance de thérapie.

    Les agresseurs sont souvent des récidivistes au casier judiciaire chargé :

    Giessen, 15 novembre. Un Kosovar de 29 ans et un Albanais de 19 ans ont menacés d’un couteau l’agent de sécurité qui les avait pris en flagrant délit de vol à l’étalage. La police a déclaré que le Kosovar était recherché et faisait déjà l’objet d’un mandat d’arrêt.
    Bielefeld, 31 octobre. Un homme de 39 ans a menacé d’un couteau un policier qui procédait à un contrôle d’identité de routine. La police a dit que le casier judiciaire de l’agresseur était chargé et comprenait plusieurs mises en examen pour cambriolage et trafic de drogue.
    Düsseldorf, 17 octobre. Un migrant de 27 ans, Khudeda Jamal Jindi, originaire d’Irak, a tailladé le visage d’un homme sur la Burgplatz. La police a déclaré que casier judiciaire de l’agresseur était lourdement chargé en matière d’agressions à l’arme blanche ; nul ne sait pas pourquoi il n’a jamais été expulsé.
    Arnschwang, 4 juin. Mostafa J., un demandeur d’asile âgé de 41 ans originaire d’Afghanistan, a poignardé un enfant russe âgé de cinq ans dans un centre d’accueil pour réfugiés. Il est apparu plus tard que l’homme avait des antécédents criminels en Allemagne. Une procédure d’expulsion prise en 2011 n’a jamais été appliquée.

    Attaques au couteau de type jihad :

    Hambourg, 28 juillet. Un Palestinien de 26 ans, Ahmed A., a poignardé mortellement une personne et blessé plusieurs autres dans un supermarché de Barmbek. Bien qu’il ait hurlé « Allahou Akbar » à plusieurs reprises et déclaré qu’il voulait mourir en martyr, Die Welt a écrit : « On ne sait toujours pas si le meurtre de Barmbek est l’œuvre d’un islamiste convaincu ou l’acte de désespoir d’un déséquilibré. Son comportement apparait de type schizophrénique – à moins que l’on ait affaire à un simulateur ? »

    Pendant ce temps, d’autres crimes au couteau ont été signalés en octobre ; notamment à :

    Hagen, 1er octobre. Un homme non identifié a tailladé un autre homme à la machette à la gare centrale. Speyer, 1er octobre. À la gare centrale, un homme de 27 ans, a attaqué la police au couteau à l’occasion d’une vérification d’identité. Werl, 1er octobre. Un homme « d’apparence méditerranéenne » (südländischer Typ) a menacé de son couteau un homme âgé de 20 ans pour le voler. Wilhelmshaven, 1er octobre. Un homme parlant l’allemand avec un accent d’Europe de l’Est a cambriolé une station-service au couteau.

    Fribourg, 2 octobre. Sur une place publique, deux adolescents qui avaient « l’air turc » (türkisches Aussehen) ont volé deux autres adolescents en les menaçant de leur couteau. Ulm, 2 octobre. Trois hommes « à la peau foncée » (dunkle Hautfarbe) ont sorti un couteau pour voler un homme de 20 ans.

    Soest, 4 octobre. Un Somalien de 18 ans a poignardé un Allemand de 39 ans dans une gare. Hambourg, 5 octobre. L’agent de sécurité d’un magasin de vêtements, âgé de 24 ans, a été poignardé par l’un des deux voleurs à l’étalage qu’il avait pris sur le fait. Wolfsburg, 6 octobre. Deux hommes ont été tailladés au couteau lors d’une bagarre dans le quartier de Hochring. Wiesbaden, 6 octobre. Un homme de 23 ans a été poignardé dans le centre-ville.

    Johanngeorgenstadt, 7 octobre. Cinq adolescents se sont vus confisquer leurs couteaux lors d’un contrôle à la frontière germano-tchèque. Münster, 7 octobre. Deux hommes ont volé un jeune homme de 16 ans à un arrêt de bus sous la menace de leur couteau. Brême, 8 octobre. Deux hommes ont été poignardés lors d’une bagarre dans le centre-ville.

    Weinheim, 9 octobre. Un vendeur de 24 ans a été poignardé dans un magasin par un client âgé de 46 ans. Hofheim, 10 octobre. Un agent de sécurité a été tailladé lors d’une Oktoberfest. Cologne, 10 octobre. Un homme de 36 ans a été poignardé par un homme de 26 ans dans un kiosque du quartier de Zollstock.

    Stade, 11 octobre. Un homme d’apparence « méditerranéenne » (südländischem Aussehen) a poignardé et grièvement blessé un homme de 38 ans. Berlin, 13 octobre. Un homme a été grièvement blessé à l’issue d’un combat au couteau sur l’Alexanderplatz. Kassel, 15 octobre. Dans le quartier de Wesertor, deux hommes « parlant arabe » ont menacé de leur couteau une femme de 43 ans avant de la dévaliser.

    Niederstetten, 17 octobre. Un homme de 19 ans a poignardé à l’estomac un homme de 30 ans à l’intérieur d’un restaurant. L’homme de 30 ans aurait « offensé » la jeune épouse de l’agresseur, elle aussi âgée de 19 ans. Brême, le 19 octobre. Un homme de 25 ans a été poignardé par une bande de jeunes dans le quartier de Huchting. Quand les policiers sont arrivés, ils ont été immédiatement entourés par une foule menaçante de 30 à 40 hommes. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des chiens pour rétablir l’ordre. Berlin, 19 octobre. Un roumain de 19 ans a été poignardé dans le quartier de Tiergarten.

    Halle, 19 octobre. Un homme a été poignardé à l’occasion d’un conflit lié au trafic de drogue. Düsseldorf, 21 octobre. Deux hommes ont été poignardés par quatre assaillants devant un McDonald’s du centre-ville. Stemwede, 21 octobre. Trois personnes d’une même famille ont été poignardées au cours d’une dispute. L’homme de 43 ans qui a provoqué la bagarre n’appréciait pas le petit ami de sa belle-fille.

    Hambourg, le 22 octobre. L’employé d’un magasin de téléphonie mobile, âgé de 18 ans, a été poignardé par un homme de 21 ans qui se disait mécontent du service. Hambourg, 22 octobre. Un homme de 30 ans a été poignardé au ventre à l’entrée d’une station de métro. Düsseldorf, 22 octobre. Un homme de 21 ans a été poignardé alors qu’il tentait de mettre fin à une algarade.

    Rheine, 22 octobre. Un Roumain de 20 ans a poignardé un autre Roumain de 44 ans à la suite d’un désaccord. Berlin, le 23 octobre. Un homme de 59 ans a été poignardé dans un magasin du quartier de Schöneberg. Il est gravement blessé. Leipzig, le 23 octobre. Un homme de 21 ans a été poignardé au cours d’une bagarre à la gare centrale.

    Solingen, le 23 octobre. Un homme de 19 ans a été poignardé au cours d’une bagarre. Berlin, 24 octobre. Un homme de 39 ans a poignardé un homme de 20 ans à l’hôpital juif du quartier de Wedding. Hünstetten-Bechtheim, 27 octobre. Un homme de 18 ans a été poignardé au cours d’un festival.

    Wangen, 29 octobre. Dans un restaurant, un homme de 56 ans a poignardé un autre homme de 52 ans avec qui il se disputait. Chemnitz, 29 octobre. Un Libyen de 27 ans a été poignardé au cours d’un combat au couteau entre migrants originaires d’Afrique du Nord.

    Giessen, 30 octobre. Deux demandeurs d’asile syriens qui avaient une altercation avec un autre Syrien ont été poignardés en plein centre-ville. Waldshut, 30 octobre. Un homme de 32 ans a été poignardé et gravement blessé au cours d’une dispute à la gare routière du quartier de Tiengen. Francfort, 30 octobre. Le responsable d’une société immobilière a été poignardé et gravement blessé alors qu’il procédait à l’expulsion d’une famille.

    Kulmbach, 31 octobre. Un Turc de 38 ans a poignardé un Allemand de 33 ans au cours d’une dispute. Berlin, 31 octobre. Dans un magasin du quartier de Schöneberg, trois hommes ont été blessés au cours d’un combat au couteau qui a impliqué six individus. Le Berliner Zeitung a fourni un compte-rendu inhabituellement détaillé du combat, y compris l’âge de chacun des protagonistes. Seule manquait leur nationalité.

    Soeren Kern est Senior Fellow de l’Institut Gatestone de New York .

  3. Posté par Sitting bull le

    1662 ordre d expulsion mais combien réellement quitte l Allemagne d Adolphine pour rentrer chez eux …certainement pas beaucoup

  4. Posté par Panache l'Écureuil le

    Jusqu’à la chute du Mur, la Place Alexandre se trouvait dans Berlin-Est, c’est-à-dire dans la RDA communiste. Preuve s’il en fallait qu’aujourd’hui c’est non seulement l’ex-Allemagne de l’Ouest qui est infestée par la caillera mahométane & consorts, mais l’Allemagne tout entière. Plus d’espace pour les éviter, la pieuvre verte est partout!

  5. Posté par fred le

    partout où un musulman s’installe il en résulte désolation, chao.

  6. Posté par Jacques R le

    Ben quoi ? C´est que les policards POURRIS appellent l´enrichissement !

  7. Posté par Antoine le

    Je cite :  »1.662 ont reçu des ordres d’expulsion et 118 ont été détenus en prison. »
    Sur les 1’662 qui ont reçu l’ordre d’expulsion, combien ont été RÉELLEMENT EXPULSE ? Je pense AUCUN ! C’est un scandale !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.