12 commentaires

  1. Posté par Eric le

    Bientôt le passeport suisse ne servira plus qu’à une chose: se torcher les fesses après être passé aux toilettes!

  2. Posté par Schwander Dominique le

    Pour les multiculturalistes supra-nationalistes et mondialistes Sommaruga, Amarelle, Mara, Hodgers…, la détention de différents passeports n’est absolument pas problématique étant donné qu’ils suppriment les frontières et la Souveraineté de la Suisse ; pour eux, il n’est pas gênant de se sentir loyal vis-à- vis de plusieurs États-nations, voir de n’avoir aucune loyauté et aucun attachement particulier à son pays, le trahir et ne pas respecter sa Constitution. Seuls les multiculturalistes supra-nationalistes angéliques ou ignorant l’histoire croient qu’il est tout à fait possible d’avoir la nationalité sans pour autant être loyal à son pays, et vice versa. N’est-ce pas problématique de ne pas ressentir de loyauté vis-à-vis de sa nationalité, voire de posséder plusieurs nationalités ? N’existe-t-il pas une connexion logique et nécessaire entre la loyauté politique et la nationalité ? Une double nationalité de deux nationalités aux cultures et valeurs éloignées est logiquement aussi absurde qu’un double sexe ou une double religion. C’est une absurdité qui ne devrait pas être déclarée normale par la Loi, parce que la nationalité signifie être sujet d’un État-nation souverain spécifique; aussi parce que la Loi est universelle puisqu’elle est appliquée à l’ensemble des citoyens d’un Etat- nation qui partagent une destinée commune. Mais la Loi est aussi particulariste puisqu’elle est l’expression de ce peuple particulier, vivant sur ce territoire particulier, avec une histoire, des coutumes, des valeurs et des vertus particulières. Une personne ayant une double nationalité est sujet de deux souverainetés, de deux systèmes juridiques, de deux systèmes de devoirs, voir même de deux temporalités. Ce n’est possible que si les deux nations concernées ont des cultures et une temporalité très semblables et équivalentes et n’ont aucun conflit entre elles. Pour qu’un gouvernement démocratique, son Souverain et l’état de droit fonctionnent, ils n’exigent pas qu’une simple loyauté, à partir du moment où celles-ci entrent en conflit, mais une loyauté excluant toutes les autres. De plus si un réfugié conserve le passeport de son pays d’origine, cela implique que son assimilation demeure conditionnelle et qu’il peut utiliser son passeport pour retourner dans son pays d’origine, en vacances par exemple, ce qui est une absurdité et une trahison à l’égard du pays qui l’a accueilli.

  3. Posté par Derek Doppler le

    Le conseil féodal se rit de ses gueux, tant l’inéluctable Jacquerie lui semble encore loin.

  4. Posté par Maurice le

    Le Conseil fédéral se fiche de la Suisse et des Suisses ; il roule pour d’autres…
    Il vient d’ailleurs de lâcher 1,3 milliard de notre argent pour ces autres.
    La devise de la Suisse n’est plus : « Unus pro omnibus, omnes pro uno », mais : « les autres avant les nôtres » (big others).

  5. Posté par UnOurs le

    « Ceci doit relever d’une décision du Souverain. »

    Très bientôt, il n’y aura plus de Peuple, plus de peuple suisse.
    Il leur suffit d’être patients.

  6. Posté par coocool le

    Ce n’est pas au Conseil Fédéral de décider cela – car il ne peut pas être juge et partie. Ceci doit relever d’une décision du Souverain. Une initiative doit absolument être lancée dans ce sens.

  7. Posté par UnOurs le

    Ce n’est plus le Conseil fédéral, c’est la junte de Berne.

  8. Posté par Jack Palance le

    Il suffit de voir le véritable désastre que sont les parlementaires binationaux chez nos voisins pour en avoir un parfait exemple…..c’est déjà aussi un désastre chez nous ou pullulent à grande majorité des femmes bien évidement de la peste de gauche, qui n’ont comme objectif que de détruire notre souveraineté, notre identité, notre neutralité et qui se foutent royalement du respect du pays qui à hébergé leurs géniteurs….pour la plupart déjà des fouteurs de merde dans leurs pays d’origine et que leur progéniture ne font que suivre l’exemple !…qu’il soient journalistes (la liste de ces crapules qui foisonnent à la RSR & TSR est trop longue), politiciens (Amarelle, Mara, Ruiz, Sommaruga, Hodgers, Mazzone, etc…toutes et tous de gauche), artistes (Stress entre autre) cinéaste (l’insignifiant Melgar) et j’en passe encore et encore….pire qu’une cinquième colonne et qu’un cheval de Troie réuni et comme si les exemples ne suffisent pas, le peuple d’imbécile lui, les élis !….dans moins de 20 ans, et comme l’a dit cette engeance d’Ada Mara, « la Suisse n’existe pas (plus) »….

  9. Posté par Lucas le

    Oui, il faut absolument activer cette clause de la nationalité unique (suisse) pour les fonctions de Conseiller fédéral! Il est également impératif de ne pas déroger au critère de la nationalité suisse pour toute fonction politique. De même, le droit de vote et d’éligibilité est une prérogative du citoyen qui est citoyen suisse, justement en raison de sa nationalité suisse!

  10. Posté par Antoine le

    Soit on est Suisse, soit on ne l’est qu’à moitié !
    Il est facilement vérifiable que donner la nationalité suisse  »au rabais » (M. Maudet à Genève par exemple) va déboucher rapidement sur des incompatibilités.
    Au niveau du CF, cela ne faut AUCUN doute que les élus/ues ne doivent avoir qu’un SEUL passeport !

  11. Posté par rikiki le

    Naturellement qu’avec 7 petits rois qui se foutent des exigences de leur peuple ce sera difficile à avaler…

  12. Posté par Loulou le

    C’est pourtant le cas dans la majorité des pays de cette planète et pas des moindres…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.