Berne: Un requérant d’asile Somalien a tué le videur suisse d’un club. Il possédait déjà de graves antécédents.

«Dead End»-Club

Christian Hofer: A noter que malgré les délits graves, la protection du Somalien a primé sur la sécurité de notre population.

Cette année, le Conseil fédéral avait même accepté qu'il n'y ait pas de limite à la protection des personnes admises provisoirement.

Visiblement, les assassins peuvent rester sans problème en Suisse, contrairement à ce que prétendait Sommaruga.

L'islam est la religion très majoritaire des Somaliens à 99,8%.

**********

Le tribunal régional Berne-Mittelland a condamné vendredi un Somalien de 34 ans à une peine privative de liberté de 14 ans. Il a intentionnellement tué le videur du «night club» bernois «Dead End» en décembre 2016, a conclu le tribunal.

Le Somalien, qui avait été arrêté dans la région de Genève, habite en Suisse depuis 2008; il a obtenu le statut de personne admise à titre provisoire. Il a déjà eu des démêlés avec la police et la justice. Le tribunal bernois l'a déjà condamné pour incendie intentionnel et pour violence et menace contre les autorités et des fonctionnaires.

(...)

Source

 

 

16 commentaires

  1. Posté par bonardo le

    Et ne pas bruler un feu rouge ,ne pas oublier de mettre la ceinture ,ne pas oublier de payer les taxes ,ne pas oublier de se comporter correctement ,avoir du respect ,de la politesse ,de la compassion ,envers nos semblables ,mais il n`est pas question d`accepter ce genre d`individu dans notre pays ,cette personne devrait aller directement en prison pour 30 ans ,ou renvoyée dans son pays ,nous n`avons et nous ne voulons pas des criminels sur notre sol mais je crois que nous avions voté, non ?? Que fait le conseil fédéral ? A part mentir au peuple ,le multiculturel est un atout et une richesse pour notre pays ,selon moi ,c`est tout le contraire ,notre pays sera détruit et appauvri par ce genre de gens.

  2. Posté par pepiou le

    Nos lois sont faites pour réprimer les crimes et délits commis par des individus civilisés et éduqués ayant par leurs actes transgressé les normes sociales judéo-chrétiennes en vigueurs. Elles ne sont pas faites pour lutter contre la barbarie de certains peuples arriérés, incapables de s’adapter à un monde laïque et civilisé. Qu’on les jugent selon leurs coutumes tribales et religieuses ; les mêmes coutumes qu’ils désirent tant perpétuer ici. Commençons donc par leur appliquer leurs lois et peut-être comprendront ils enfin ce que signifie les bienfaits du respect et de la tolérance. Mais à mon avis c’est peine perdue.

  3. Posté par Antoine le

    Mais qu’on foute dehors toutes ces merdes!

  4. Posté par Blocus le

    Dans les centres commerciaux des villes romandes, des tablées de bistrots sont occupées, à la longueur d’année et durant les heures de travail, par des Erythréens et des Somaliens. Ils papotent entre eux et traitent les serveuses comme leurs larbins.
    Les femmes de ces communautés, bâchées de la tête au pied, sont très peu adaptées à la vie en Suisse.
    Les Somaliennes font beaucoup d’enfants et très rares seront celles qui travailleront en Suisse.
    Pourquoi ces gens ont-ils obtenu l’asile, ou le droit de résidence, en Suisse, cela reste un mystère total ?
    Par contre, ce qui est patent, c’est qu’ils n’ont aucune velléité de s’assumer. Parmi eux, très peu arrive à maîtriser une langue nationale, la plupart sont analphabètes.
    Et avec tout cela, les Somaliens ont un sentiment de supériorité envers les Blancs, toutes les prestations sociales reçues, indispensables à leur survie, sont considérées comme un dû.
    La mise en esclavage (sic) des contribuables suisses au profit de ces arrogants parasites devrait susciter une nouvelle St-Barthélemy.

  5. Posté par Palador le

    Il possédait de graves antécédents mais les autorités n’ont pas pensé à l’expulser. Ils attendaient qu’il fasse quelque chose de plus grave…Maintenant c’est bon ils peuvent l’emprisonner et l’expulser. Mais non ce serait la double peine et c’est une violation des droits humains. Somalien machin chose, meurtrier toujours en Suisse, comme l’affiche de l’UDC que les journalistes comme l’Hebdo, le Temps, Saturne et la féministe Ariane Dayer ont toujours moqué. Bizarre quand même que tout ces journaux n’existent plus. Ben m…alors !

  6. Posté par Dupond le

    Cest toute l’europe qui est vérolée par la socialie !!! Pour le moment l’économie tient encore tant bien que mal ,mais les affaires ne s’arrangent pas , et dans quelques temps nous pourrons dire  » quand il n’y a plus de foin au ratelier les cheveaux se battent « 

  7. Posté par rikiki le

    La pianiste et ses petits copains sont décidément des sacrés vendus. Ce serait le moment de réagir !

  8. Posté par bigjames le

    On se fout de nous. Vraiment.
    SS dehors !

  9. Posté par Christian Hofer le

    Voici la situation en Suisse pour les personnes admises à titre provisoire:

    Les personnes frappées d’une décision de renvoi obtiennent une admission
    provisoire de la part de la Confédération lorsqu’elles ne peuvent pas retourner
    dans leur pays d’origine. Elles reçoivent alors un livret F.

    • Lors de l’octroi de l’admission provisoire, trois critères sont déterminants : le
    renvoi doit être 1. illicite (p. ex., lorsque les droits fixés dans la Convention
    européenne des droits de l’homme sont concrètement bafoués), 2. inexigible
    (entre autres en cas de guerre ou de situation de détresse personnelle
    grave) ou 3. impossible (notamment lorsque le voyage ne peut techniquement
    pas avoir lieu au moment du rapatriement).

    • La durée du séjour n’est pas déterminée. L’intéressé est autorisé à rester en
    Suisse tant que l’un des critères susmentionnés est applicable. Très souvent, le
    séjour de ces personnes dure plusieurs années. Ainsi, une grande partie des
    personnes admises à titre provisoire séjournent durablement en Suisse.

    https://www.sem.admin.ch/dam/data/sem/integration/berichte/va-flue/info-va-arbeitsmarkt-f.pdf

  10. Posté par Le Taz le

    @Christian Hofer
    Vous avez absolument, Sommaruga est une criminelle! Mais ça ne doit pas la déranger plus que ça, psychopathe un jour, psychopathe toujours…

  11. Posté par Bussy le

    34 ans, il sortira de prison dans 8 ans, à 42 ans, et ensuite on devra l’entretenir jusqu’à sa mort, et bien sûr de temps à autre il retournera à la case prison.
    Il coûtera aux Suisses des millions !
    Ohé les ploucs, on aurait peut-être dû l’expulser en 2008, non ?

  12. Posté par bigjames le

    Et çe genre de connard assassin se promène dans des night club avec nos impôts …..

  13. Posté par hausmann. conrad le

    Le droit-de-l’hommisme des socialos a encore causé un mort. Cette protection des criminels étrangers est un scandale monstre et une dicrimination par rapport aux Suisses jugés pour des méfaits semblables.

  14. Posté par Christian Hofer le

    Combien de manifestations en faveur de ce Suisse?

    Quelle réaction a eu la commission contre le racisme face à l’assassinat de l’un des nôtres par un Africain musulman?

    Laissez-moi deviner!

  15. Posté par Christian Hofer le

    Ce sont nos propres autorités qui ont assassiné ce portier car elles savaient pertinemment le danger qu’il représentait.

    Et spécifiquement la gauche, des organisations comme l’Osar et autres entités extrémistes.

    A noter qu’une commission présente ces « admissions provisoires » comme étant de la souffrance:

    « Un statut provisoire qui se prolonge est une atteinte à l’intégration »

    https://www.rts.ch/info/suisse/8483584–un-statut-provisoire-qui-se-prolonge-est-une-atteinte-a-l-integration-.html

  16. Posté par Le Taz le

    Il faut leur organiser des visites du conseil fédéral, avec un peu de chance…

    Encore une information qui ne sera pas relayée au journal de la désinformation officielle de Darius Kochebin!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.