18 000 noms figurent dans le fichier de signalement des radicalisés

post_thumb_default

 

Depuis sa prise de fonction en juillet 2017, le directeur général de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Laurent Nunez, ne s’était quasiment pas confié aux médias. Au micro de RTL, le 14 novembre, le haut responsable a évoqué la «montée en puissance de la menace endogène» terroriste et révélé un total de 18 000 noms figurant au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSTRP). 4 000 d'entre eux, «les individus les plus dangereux», font l'objet d'une surveillance particulière (sans autre précision).

L'ancien préfet de Marseille a en outre évoqué la mutation des opérations terroristes : la multiplication des cas de radicaux n'allant pas rejoindre la Syrie, mais souhaitant passer à l'acte en France. «Ce sont des individus qui répondent à la propagande de Daesh et qui passent à l’action avec des moyens parfois très rudimentaires», explique-t-il. 

Nous avons environ 4 000 objectifs suivis actuellement par nos services

«La volonté de Daesh et d’Al-Qaïda de frapper la France est intacte»

De nouvelles attaques comme celle du 13 novembre 2015 seraient-elles encore possibles ? «Elles sont moins probables, mais jamais vous ne m’entendrez dire […] que ça ne peut pas se reproduire, il faut qu’on soit extrêmement vigilant», assure le chef du renseignement. «La volonté de Daesh et d’Al-Qaïda de frapper l’Occident et de frapper la France est intacte», estime-t-il. 

On évite des attentats grâce à ces échanges d’informations avec les partenaires européens

Laurent Nunez a également expliqué que la coopération entre les services de renseignement de différents pays, en échangeant de manière multilatérale, permet de mieux suivre les passages de frontières des terroristes en puissance. «On évite des attentats grâce à ces échanges d’informations avec les partenaires européens, mais également les partenaires de l’ensemble des pays du monde en matière de renseignement intérieur» déclare-t-il. Illustration de cette coopération, selon Laurent Nunez : un «groupe antiterroriste» a été créé en 2016 entre les Etats membres de l'Union européenne, la Suisse et la Norvège, afin d'échanger des informations et de partager une base de données répertoriant les individus suspects.

La crainte de «formation accélérée» à la fabrication et l’usage d’explosif

Dans un entretien au Figaro le 13 novembre, Laurent Nunez a également fait référence aux pistes suivies par ses équipes dans leur traque de la menace terroriste. «Nous pouvons [...] craindre l’envoi de tutoriels très aboutis permettant à des "novices" de suivre une formation accélérée à la fabrication et l’usage d’explosif», explique-t-il. Au sujet des «revenants» (les djihadistes de retour des terres du djihad irako-syriennes), le chef du renseignement a tenu à se montrer rassurant, estimant que la plupart des combattants de l’Etat islamique allaient se replier dans des zones locales. «Actuellement, le scénario privilégié n’est pas celui d’un retour massif», assure-t-il. «Le robinet s’est tari : depuis janvier, neuf cas de retour ont été répertoriés, dont les deux tiers sont des femmes accompagnées d’un ou plusieurs enfants», détaille-t-il.

Enfin, au sujet de la lutte antiterroriste depuis le début du développement des filières syro-irakiennes, en 2013, Laurent Nunez annonce le bilan : «46 attentats ont été déjoués, 17 ont échoué et 10 ont eu lieu. La DGSI a procédé à 798 gardes à vue dans 581 dossiers judiciaires. 357 personnes ont été écrouées et 115 placées sous contrôle judiciaire.»

Lire aussi : Deux ans après les attentats de Paris, la menace terroriste «reste très élevée» selon Gérard Collomb

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Robert le

    En France nos ennemis se préparent sur notre territoire sans être inquiétés..
    C’est pire qu’en 1939, à l’époque nous les mettions en prison, aujourd’hui non seulement nos ennemis sont libres mais certains ont même l’autorisation de porter une arme.
    Et naturellement ils touchent le RSA et assiègent les CAF.
    Ils seraient 18.000, combien sont-ils en réalité ?
    Peut-être des millions et des renforts arrivent tous les jours, pas pour nous soutenir.

  2. Posté par jsg le

    Toujours la même rengaine, et ce pauvre et brave ministre de l’intérieur toujours obligé d’éponger les conneries des anciens patrons depuis Giscard ! Il n’en sortira pas, et ses troupes le savent, elles savent que ces « radicalisations » ne sont que du verbiage à l’attention des débiles. la radicalisation est dans l’esprit de ceux qui lisent le coran et font silence au regard des sourates qui galvanisent le « courage (la haine) » des musulmans qui rêvent tous que l’occident s’islamise.
    Alors, j’ai un profond respect pour les troupes de ce ministre, qui savent et ne se découragent pas, pendant que ceux qui pourraient faire bouger les lignes font silence ou proposent des solutions idiotes, histoire de ne pas prendre la vraie décision, dénoncer le livre des musulmans ou obliger ceux-ci à le faire. Il faudra en arriver là, ou se sera la fin de notre culture !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.