France: L’homme qui a fauché 3 étudiants chinois a déjà été condamné dix fois. Son frère est un islamiste.

france

Un homme âgé de 28 ans au volant d'une Renault Clio a foncé sur un groupe de piétons devant le campus IGS situé 186 route de Grenade à Blagnac, ce vendredi après-midi peu avant 16 heures.

Ce campus rassemble plusieurs écoles post-bac de commerce, d'informatique, de communication, de journalisme, de communication ou encore d'immobilier.

Deux personnes ont été blessées et transportées à l'hôpital Purpan dans un état grave. Elles souffrent d'un traumatisme crânien, pour la première, et d'un traumatisme thoracique, pour la seconde. Mais leur pronostic vital n'est pas engagé. Les deux victimes sont des étudiantes de l'IGS de nationalité chinoise, âgée de 22 ans et 23 ans.

Une étudiante française qui ne présentait pas de blessures mais qui était en état de choc a également été transférée à l'hôpital, dont elle a pu ressortir ce soir.

Les victimes ont été fauchées alors qu'elles se trouvaient sur un passage piéton pour traverser la route de Grenade et accéder à l'arrêt de bus se trouvant en face du campus.

Lors de son interpellation, il a reconnu avoir foncé délibérement sur le groupe. Il a expliqué aux policiers "avoir entendu des voix" lui intimant "de faire du mal à quelqu'un".

(...)

Source

Le frère de l'automobiliste qui a renversé sciemment un groupe d'étudiants vendredi 10 novembre, route de Grenade, à Blagnac, a été interpellé dans la nuit de vendredi à samedi et placé en garde à vue dans les locaux de la sûreté départementale.

A la suite des faits commis par son frère, atteint de schizophrénie et écroué depuis dimanche soir 12 novembre, il est soupçonné d'avoir menacé avec une arme son colocataire, à Blagnac.

Adepte d'un islam rigoriste

Il a été arrêté pour "violence volontaire avec arme" et s'expliquera ce mardi devant le tribunal correctionnel, en audience de comparution immédiate.

Cet homme de 32 ans, radicalisé et adepte d'un islam rigoriste, s'en serait pris à son colocataire l'accusant de l'avoir dénoncé aux policiers après la tentative d'assassinat perpetré par son frère cadet.

Deux des trois victimes encore hospitalisées

Le SRPJ de Toulouse en charge de l'enquête sur la tentative d'assassinat poursuit ses investigations. Deux des trois victimes, blessées lors dans la collision, sont toujours hospitalisées mais leurs jours ne sont pas en danger.

Les trois étudiantes blessées suivaient une formation au sein de l'ICD, l'International business school installé sur le campus IGS.

Source

5 commentaires

  1. Posté par Un chapon cha pond pas le

    On pourrait peut-être ressortir la guillotine, puisque nous sommes en guerre…

  2. Posté par Claire le

    Rien que des disiquilibrés, en somme….

  3. Posté par J-J. le

    Si vous ne savez pas quoi en faire donnez-les aux Chinois ils vont bien s’amuser : )

  4. Posté par Vautrin le

    Oui, oui, la « Clio » était même schizophrène, vous vous rendez compte ? Ah m’âme Michu, ousqu’on va ? Je commence a regarder d’un œil inquiet mon vieux fourgon, il tourne les phares ailleurs quand on parle des musulmans. Et même il fait des avances cochonnes à la Primera du voisin. C’est pour dire !

  5. Posté par Sergio le

    Encore un véhicule fou blessant plusieurs personnes.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.