Un professeur d’université aux États-Unis condamné à suivre une formation à la liberté d’expression

post_thumb_default

 

Aux Etats-Unis, la liberté d’expression (le « free speech ») est un principe sacré. Un professeur d’université, apparemment orienté à gauche, de l’État de Californie, qui avait restreint la liberté d’expression dans son université, devra suivre une  formation en matière de liberté d’expression. Cela fait partie d’un règlement dans une affaire judiciaire.

Le professeur Dr. Gregory Thatcher de la Fresno State University en Californie avait recruté des étudiants de ses cours pour l’aider à détruire les messages d’un groupe conservateur écrits avec des craies sur certains trottoirs de l’université. Le groupe conservateur lésé, un mouvement anti-avortement, a estimé n’avoir pas enfreint les règlements de l’université. En plus de la destruction des messages, le professeur avait également menacé les étudiants de s’opposer à leur propagande conservatrice à l’université.

En outre, Thatcher a prétendu que les étudiants devraient seulement exercer leur liberté d’expression dans des secteurs spéciaux de l’université, que la liberté d’expression aux Etats-Unis s’appliquait seulement dans certains espaces géographiques et que les universités dans leur ensemble ne sont pas un tel espace. Le président du groupe conservateur a informé le professeur que ses allégations étaient incorrectes et que la liberté d’expression permettait au groupe de transmettre son message à travers toute l’université.

Le groupe conservateur a poursuivi le professeur Thatcher, qui a ensuite tempéré ses intentions et souhaité ne pas aller de l’avant dans son combat, probablement parce qu’il savait qu’il allait perdre. Le groupe conservateur et Thatcher se sont réunis, et sous la direction d’un tribunal de district un règlement a conduit le professeur à payer 2 000 $ d’amende à deux étudiants et suivre une formation sur la liberté américaine. Thatcher a également été condamné à payer les frais d’avocat de la partie adverse. Les frais et l’amende s’élèvent à 17 000 $.

Il s’agit d’un cas parmi d’autres où des professeurs de gauche et d’autres autorités universitaires aux États-Unis utilisent des menaces et des mesures répressives pour restreindre la liberté d’expression. Un cas notable concerne Melissa Click, qui a finalement été expulsée de son poste de professeur après avoir tenté de restreindre la liberté d’expression à travers les menaces et la violence à l’Université du Missouri.

Source : Fox News

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

L’article Un professeur d’université aux États-Unis condamné à suivre une formation à la liberté d’expression est apparu en premier sur GrandFacho.com.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Aude le

    Pourquoi ne fait-on pareil en Suisse.
    L’UNI est une nurserie de formation gauchiste!

  2. Posté par JDV le

    Thank God, wonderful USA.
    Je connais bien, j’y ai vécu de nombreuses années, j’ai connu avant et après le 11 Septembre. J’y ai connu de nombreuses personnes remarquables ainsi que les formidables fêtes comme le Thanksgiving Day et surtout les mois de Décembre avec l’approche de Noël et les maisons décorées comme nulle part ailleurs.
    Au lieu de cracher dessus, il y a certains points où l’on devrait prendre de la graine. (je suis un lecteur de Fox News entre autre).
    Merci à Les Observateurs de nous relater ce fait.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.