Jade Lindgaard, journaliste à Médiapart: « L’islamisme n’est pas une chose grave »

Jade Lindgaard

C l’hebdo – France 5 – 11/11/17

Via Fdesouche.com

 

 

13 commentaires

  1. Posté par poulbot le

    Sans aucuns doute , une très bonne copine de Caroline Fourest qui vu ses opinions anticlérical , anti-droite est aussi peux recommandable Vlad l’empaleur .

  2. Posté par rikiki le

    Elle n’a pas encore connu les « avantages » de l’islam. (Elle doit rester chez elle !)

  3. Posté par maury le

    Bataclan : je n’oublierai jamais ce que j’ai vu, il y a 2 ans, ni la suite…
    Publié le 13 novembre 2017 – par Louise Langlois – 57 commentaires – 2 674 v
    SMS
    Facebook Messenger
    Email
    Share

    Nous avions publié dans un premier temps la photo avec un carré blanc au milieu. Mais à la demande de l’auteur de l’article, qui a perdu beaucoup d’amis et voisins ce soir là, nous publions la vraie photo du carnage du Bataclan, pour que nos compatriotes voient de quoi sont capables les islamistes.

    En ce jour anniversaire, je prends la plume à la mémoire des victimes et des blessés des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Deux ans après ces tragiques événements, c’est une triste commémoration que nous célébrons ce jour, une tristesse qui se mêle à de la colère face au laxisme de nos dirigeants politiques qui n’ont pas pris les mesures qui s’imposaient pour répondre à ces actes terroristes.

    Domiciliée pendant dix ans dans l’immeuble de l’administration du Bataclan, juste à côté de la salle de concerts, nous avons été confrontés à des personnes décédées le soir du 13 novembre 2015 et à de véritables scènes de chaos sur nos trottoirs. Les terroristes avaient garé leur voiture au pied de notre immeuble avant de tirer sur la foule à la terrasse du café du Bataclan et de s’engouffrer dans la salle de concerts armés de kalachnikovs.

    Au lendemain de ce drame, nos espoirs se sont tournés vers la classe politique, espérant de la fermeté et un sursaut de nos élites qui ne sont jamais venus.

    Notre première déception est apparue face à l’attitude des médias et des nombreux journalistes qui se pressaient devant le Bataclan. Seuls les passants et les voisins du quartier qui tenaient un discours politiquement corrects retenaient l’attention des journalistes. A l’inverse, tous les témoignages dénonçant le caractère islamique de cet attentat étaient rejetés par les médias, témoignages qui provenaient pourtant de témoins directs de la tragédie ou de proches de victimes. C’est à partir de ce moment que j’ai rendu mon poste de télévision, ne voulant plus payer une redevance audiovisuelle pour financer les mensonges et les manipulations médiatiques.

    Au sein de notre association de victimes, nous étions réunis en groupes de parole pour évoquer nos traumatismes après les attentats. A notre grand étonnement, la psychologue désignée par l’association pour animer ces groupes de parole était de confession musulmane et il fut impossible de prononcer le mot « islam » au cours de nos échanges. Dans ces conditions, comment réparer un traumatisme s’il est interdit de nommer l’ennemi qui vous a meurtri et qui a tué vos amis ? Notre surprise fut également de taille lorsque Mme Juliette Méadel, alors Secrétaire d’Etat chargée de l’aide aux victimes, donna des instructions aux associations de victimes afin que leurs membres ne votent pas pour Marine Le Pen lors des élections présidentielles de 2017. De quel droit, le vote des victimes pouvait-il être confisqué de la sorte par une représentante de l’Etat, de surcroit chargée du suivi de nos dossiers, alors que nous souhaitions élire librement le meilleur candidat pour répondre à la barbarie islamique qui frappe notre pays ?

    Concernant les mosquées, le gouvernement n’a pas tenu ses promesses et a refusé de fermer les mosquées salafistes sur tout le territoire. A titre d’exemple, nous pouvons citer la mosquée Omar située à une centaine de mètres du Bataclan et qui est un haut lieu de l’islam radical à Paris. De nombreux protagonistes des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher ont fréquenté cette mosquée, notamment Farid Benyettou, le mentor des frères Kaouachi ainsi que des fidèles qui ont protégé la femme d’Amédy Coulibaly. Une filière djihadiste a été démantelée au sein de cette mosquée et plusieurs imams ont été condamnés pour prêches antisémites. Au lendemain de l’attentat du Bataclan, les responsables de la mosquée Omar se sont contentés d’afficher une grande banderole avec le slogan « Pas en Mon Nom » sur les murs du lieu de culte et ils n’ont pas été inquiétés par le gouvernement. Des personnalités politiques comme François Vauglin, Maire du 11ème arrondissement de Paris (arrondissement dans lequel est situé le Bataclan), se rendent régulièrement à la mosquée Omar pour rencontrer l’imam et les fidèles à l’occasion de fêtes religieuses.

    L’attentat du Bataclan comme tous ceux qui frappent l’Europe n’ont pas permis de mettre un frein à l’islamisation de la France et de l’Europe. Qu’ont fait nos hommes politiques pour interdire le port du burkini au lendemain de l’attentat de Nice ? Qu’attend le Ministre de l’Intérieur pour condamner les prières de rue et leurs paroles de haine envers les non musulmans ? Pourquoi les préfets ne dénoncent-ils pas les camps décoloniaux interdits d’accès aux blancs sur notre territoire ? En plein état d’urgence, quelles mesures ont été prises à l’égard des femmes musulmanes habillées en voile intégral et qui peuvent cacher des couteaux ou des ceintures d’explosifs sous leur tenue vestimentaire ? Enfin, pourquoi aucune sanction d’emprisonnement n’a été envisagée envers les membres de la filière « Artigat » en Ariège, une nébuleuse de terroristes dangereux dont faisaient partie Mohamed Mérah et le djihadiste Fabien Clain, celui qui depuis la Syrie a revendiqué les attentats du Bataclan au nom de Daesh ?

    Mais ce qui m’a conduit à écrire cet article, ce sont les dernières déclarations de nos dirigeants et de la presse sur le sort des djihadistes qui souhaitent revenir en France avec leurs femmes et leurs enfants. Au lieu de poser un principe d’interdiction pour le retour de ces combattants ou de les emprisonner pour intelligence avec l’ennemi, nos élites considèrent qu’il faut prévoir des mesures alternatives avec un traitement des dossiers au cas par cas. La France propose d’accueillir ces djihadistes avec des stages de déradicalisation pour permettre leur désembrigadement et leur réinsertion au sein de la société française. Le dispositif prévoit également l’aide d’associations en collaboration étroite et quotidienne avec les services sociaux au profit des djihadistes et de leurs familles. Doit-on rappeler que ces soldats de Daesh sont les commanditaires de l’attentat du Bataclan et qu’ils ont sur les mains le sang des 130 victimes du 13 novembre 2015 ? La France va donc accueillir sur son territoire des ennemis de notre République, des assassins qui ont servi l’idéologie criminelle de l’Etat Islamique. Pour quelles raisons nos dirigeants n’ont-ils pas consulté préalablement les survivants et les proches des victimes des attentats avant de se prononcer sur le sort de ces djihadistes ? Faudra-t-il verser des allocations familiales à ces familles avec l’argent du contribuable français, notamment avec l’argent des proches des victimes du Bataclan qui payent leurs impôts comme chaque citoyen français ? Est-on réellement à l’abri d’un nouvel attentat sanglant par ces djihadistes de retour en France ? Autant de questions restées en suspens et pour lesquelles nos hommes politiques n’apportent aucune réponse. Ce qui est certain, c’est que chaque djihadiste qui foulera le sol français est une insulte à la mémoire des morts du Bataclan et de toutes les victimes des attentats islamiques commis en France.

    Louise Langlois

  4. Posté par fred le

    Sur rtl.fr ce jour d’anniversaire des attentats à Paris (bataclan et terrasses de café) deux articles ; l’un pour raconter les derniers messages d’un assaillant à sa mère « maman je t’aime », et l’autre article, la santé de abdelslam incarcéré en france dans une prison dorée;

  5. Posté par Sergio le

    Celle-ci, elle est en dessous de la moyenne !

  6. Posté par poulbot le

    Cette greluche a la tête aussi vide qu’une calebasse , qu’elle aille faire un tour dans ces pays dont elle chérit visiblement les habitants et la pseudo religion ; elle verra la condition de vie des femmes . Elle regrettera vite son deux-pièces cuisines avec eau a tous les étages. De toute façons faut pas être bien net pour travailler a mediamerde.

  7. Posté par kitty le

    Quelle conne :  » on n’est pas là pour dire ça c’est grave et ça c’est pas grave  » et c’est exactement ce qu’elle dit  » l’islamisme n’est pas une chose grave  » .

  8. Posté par Humour Humour le

    faut l’expédier faire un reportage sur la place « t’as ka rire » au Caire ; m’est avis que ça va lui en boucher un trou (ou deux) ; connasse !

  9. Posté par bonardo le

    Madame ,merci de ne plus nous donner votre opinion aussi débile.

  10. Posté par hmj le

    Quand une journaliste fait ce genre de déclaration c’est qu’elle est sous la coupe d’un étalon musulman !!

  11. Posté par Le Taz le

    Quelque part j’ai envie de dire : ferme-la! Comment est-ce possible d’être aussi stupide??? Le travail de fond des zelites mondialistes porte ses fruits, ils ont rendu les gens complètement cons… On est mal barré, car ouvrir les yeux à des gens qui ne sont plus capables de raisonner logiquement, ça n’est pas gagné! J’ai envie de vomir tellement l’humanité est déplorable. Nous vivons sur une petite planète qui gravite autour d’un système solaire tout à fait banal, en banlieue d’une galaxie tout aussi banale, dans un univers ou un multivers gigantesque, nous avons une durée de vie limitée et nous ne sommes même pas capables de créer une civilisation dans laquelle nous pouvons profiter du peu de temps qui nous est imparti! Que dire de plus? L’être humain est pitoyable, il a besoin de croire en des histoires abracadabrantesques (religions) car il n’arrive pas à accepter que nous ne sommes que les éphémères véhicules de nos gènes et en plus nous passons notre temps à nous entre-tuer. Voilà tout est dit!

  12. Posté par Claire le

    On rêverait d’envoyer ces donzelles vivre en Afghanistan ou au Pakistan, etc. Elles verraient ce que c’est que l’islam, surtout pour les femmes. A part cela, les milliers d’attentats dus à l’islam sur toute la planète, circulez, y a rien à voir?
    https://www.thereligionofpeace.com/attacks/attacks.aspx?Yr=Last30

  13. Posté par miranda le

    Heureusement qu’elle est entourée de journalistes qui ont encore des neurones qui fonctionnent.
    Aux ordres de quels SOUMIS, tient-elle ce discours?
    Quand la vérité se fera, qui la prendra comme journaliste?
    Peut-être au Qatar ou en Arabie Saoudite (si ce pays existe encore vu les tensions dans la région).

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.