Puigdemont – Aller simple Barcelone / Bruxelles

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Catalogne-3

Catalogne-1

Michel Garroté  --  Neuf dirigeants séparatistes de Catalogne étaient entendus, jeudi 2 novembre 2017, au siège de l'Audience nationale, la Haute cour de justice espagnole, à Madrid, où ils doivent répondre d'accusations de rébellion, sédition et détournement de fonds publics (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : le parquet espagnol a requis la prison pour huit des 14 membres du gouvernement catalan destitué.
-
Les faits :
-
Comme annoncé, Carles Puigdemont, le président destitué de l'exécutif régional catalan  --  qui a gagné Bruxelles en début de semaine  --  n'a pas répondu à la convocation, mais il a fait savoir par son avocat belge qu'il se tenait prêt à témoigner depuis la Belgique. Le tribunal constitutionnel a accepté la demande (des neuf dirigeants séparatistes de Catalogne entendus) de report de l'audition au 9 novembre 2017.
-
Il s'agit maintenant de déterminer s'il y a lieu d'engager des procédures judiciaires en bonne et due forme susceptibles d'aboutir à des procès. Il s'agit également de trancher sur la question d'un éventuel placement en détention provisoire des prévenus ou des mesures alternatives de contrôle judiciaire (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
La fuite :
-
A propos de la fuite, Dominique Dunglas écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : la fuite avait été bien préparée. Le président de l'exécutif catalan  --  avec 5 des 11 ministres de son gouvernement dissous par l'État central (l'exécutif catalan est un gouvernement de coalition indépendantiste ou la gauche et l'extrême gauche occupent une place prépondérante)  --  a en effet gagné Marseille en voiture et, de là, a pris un avion pour Bruxelles.
-
Au début de la fuite, Puigdemont avait posté sur Twitter une photo de la Generalitat qui donnait à penser qu'il était, à ce moment-là, dans son bureau. Quelques heures plus tard, son conseiller du territoire, Josep Rull, avait affirmé l'avoir rencontré à Barcelone dans la matinée. Une photo de Rull, postée sur les réseaux sociaux, le montrait dans son bureau de la Generalitat.
-
La fuite de Puigdemont intervient quelques heures après la présentation d'une plainte pour « sédition, malversation et prévarication » contre les membres du gouvernement catalan qui ont proclamé l'indépendance de la région. Ces derniers risquent des peines pouvant aller jusqu'à 30 ans de prison. Le président destitué de la Catalogne a tenu une conférence de presse mardi 31 octobre à midi.
-
"Je ne suis pas là pour demander l'asile politique. Je suis à Bruxelles comme capitale de l'Europe. Ici, pour agir en toute liberté et en toute sécurité". Carles Puigdemont conteste avoir pris la fuite. En revanche, il attend des garanties de la part de la justice espagnole, qu'il a vivement critiqué, ajoute Dominique Dunglas (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
Troubler la mer mais refuser les vagues :
-
Concernant cette fuite en Belgique, Philippe Bilger écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Puigdemont veut bien troubler la mer mais refuse les vagues. Il a rejoint la Belgique. D’aucuns disent que c’était organisé de longue date. Si c’est vrai, ce serait encore plus triste. Avoir préparé ses arrières alors qu’il flamboyait un temps tout devant.
-
Puigdemont verra son aura s’étioler. L’épopée quitte la Catalogne et va se protéger en Belgique. Le sauve-qui-peut succède à l’incandescence qui, aussi minoritaire qu’elle soit, était porteuse d’une flamme. Sa fuite en Belgique l’a éteinte, ajoute Philippe Bilger (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
Michel Garroté pour LesObservateurs.ch, 2.11.2017
-
https://www.challenges.fr/monde/europe/espagne-les-separatistes-catalans-devant-la-justice_510598
-
http://www.lepoint.fr/monde/carles-puigdemont-une-fuite-bien-preparee-30-10-2017-2168653_24.php
-
http://www.bvoltaire.fr/carles-puigdemont-masque-de-lheroisme-tombe/
-

8 commentaires

  1. Posté par SERTORIUS le

    COMME TOUT LES ROIS, LE ROI D’ESPAGNE AUSSI A SON FOUS! APRES AVOIR JOUER AVEC LA RENNE DE CATALANE, IL SE TROUVE DANS L’OUBLIETTE MAINTENANT!

  2. Posté par Sergio le

    C’est ce qu’il est convenu d’appeler un révolutionnaire de salon.

  3. Posté par top gun le

    En tous cas, je ne sais si c’est voulu de la part de Puigdemont ou si c’est une magistrale erreur de sa part!? Car aller à Bruxelles, demander plus de démocratie à un régime dictatorial!? Fallait oser le faire et on voit la suite… L’UE est morte de sa lente, lente agonie.

  4. Posté par Jacques le

    La Crimée s’est libérée du Roi du chocolat par un referendum. Pourquoi conteste-t-on ce droit à la Catalogne ?? Comme le souligne Vladimir Poutine, le cas du Kosovo a ouvert la boite de Pandore… Reste à voir le cas de l’Ecosse, que l’UE serait enchantée de voir quitter le Royaume Uni…

  5. Posté par André Marcel le

    Chassez le naturel, il revient au galop. Je constate que 40 ans après Franco les méthodes restent les mêmes, déni de la démocratie, utilisation de la force et menaces. Les catalans sont un peu sonnés, mais leur détermination est intacte, et ce ne sera pas le déferlement de haine contre eux qui les fera reculer. Je constate tous les jours que leur engagement non violent est intact, et ce combat du petit poucet contre la violence et l’injustice ne peut qu’attirer la sympathie.

  6. Posté par Jacques le

    culmination du conflit (svp corriger )

  7. Posté par Jacques le

    Petite question: pourquoi Madrid a-t-il refusé aux Catalans les privilèges qui ont été accordés aux Basques ? Parce que ceux ci avaient recourru au actes terroristes, contrairement aux Catalans ? C’est là l’origine de la culmination du conflit. La fuite de Puigdemont est un acte d’élémentaire prudence, qui empêche que Madrid musèle totalement le séparatisme.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.