La lapidation des femmes adultères bientôt d’utilité publique dans le canton de Neuchâtel.

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
o-LAPIDATION-facebook

Comme à son habitude, le canton de Neuchâtel entend faire œuvre de pionnier et souhaite octroyer le statut d'institution d'utilité publique à cette religion qui ne conçoit son avènement qu'à travers la mort de tout ce qui lui est étranger. Bien évidemment, les disciples d'Allah sont aux houris et rivalisent d'arguments visant à démontrer que nous serions tous gagnants si d'aventure pareille faveur leur était concédée.

C'est ainsi que Jemal Chérif, porte-parole de l'Union neuchâteloise des organisations musulmanes fait savoir que le canton de Neuchâtel pourrait ainsi marquer à nouveau son ouverture en matière de politique d'intégration. Ouverture, certes, réussite, le doute est permis. Il convient à ce propos de se souvenir que l'ouverture version islamique consiste à réclamer des facilités qu'on refuse aux autres. Il s'agit simplement de la promotion unilatérale de valeurs qui visent à éliminer tout ce qui n'est pas conforme au Coran, à commencer par les Chrétiens, suprêmes souillures que les tenants d'amour et de paix sont invités à tuer selon la sourate 4, verset 89 : "Ne les prenez pas pour alliés tant qu'ils n'auront pas émigré pour la cause de Dieu (de leur dieu, donc) et s'ils se détournent, emparez-vous d'eux et tuez-les où que vous les trouviez". Pour le moins clair !

Notre porte-parole ajoute que la reconnaissance peut améliorer la relation entre la communauté et les autorités. On voit mal comment, étant entendu que les autorités sont déjà à genoux face aux représentants de cette religion qui ont pour habitude d'obtenir régulièrement ce qu'ils exigent. Comment nos autorités pourraient-elles faire plus pour les ennemis de la Chrétienté et de bien d'autres communautés ?

Ce n'est pas fini puisque notre homme souligne l'importance de cette reconnaissance qui pourrait prévenir les dérives et rassurer les membres qui se sentent victimes de l'image stigmatisée de leur religion. Donc l'image de l'islam est stigmatisée. Dans la mesure où les fidèles se sont montrés pour le moins discrets lorsqu'il était question de prendre position sur les propos de l'imam de Bienne, on ne peut que faire nôtre l'adage qui veut que qui ne dit mot consente. Il est vrai qu'Abu Ramadan et la plupart des communautés musulmanes ont pour sponsor l'Arabie saoudite et ses satellites wahhabites, ce qui pousse à avoir l'indignation feutrée. Si besoin encore était de démontrer le double langage pratiqué par ceux qui militent à notre destruction, il suffit de se souvenir qu'Hani Ramadan, l'homme qui prône la lapidation des femmes adultères et pour qui les femmes non voilées passent de mains en mains comme une pièce de deux euros donne des cours de formation religieuse aux jeunes représentants de la communauté musulmane de Neuchâtel.

La lapidation des femmes adultères, les femmes non voilées passant d'un homme à l'autre, des notions d'utilité publique, vraiment ? La situation n'émeut guère les autorités qui ont répondu au Député UDC Pierre Hainard que la présence de ce triste personnage ne posait aucun problème et partant, qu'il n'y avait pas lieu de s'émouvoir. Ceci dit, le fait que la communauté neuchâteloise fasse appel à pareil personnage en qualité de guide spirituel indique clairement son orientation, sans surprise l'exact contraire de ce qu'elle prétend publiquement. Sous des abords avenants et consensuels, c'est bien le fondamentalisme qui demande à entrer dans la bergerie, là où il pourra ensuite inoculer son venin et empoisonner à mort ceux qui l'ont accueilli.

Jemal Chérif dit être plein d'espoir, précisant que la reconnaissance d'utilité publique de sa communauté est une affaire de cohérence, un canton laïc ayant à se positionner à égale distance par rapport à toutes les communautés religieuses. L'argument pourrait être recevable si la communauté dont il est question n'avait pas pour but ultime la destruction des autres. Au surplus, la reconnaissance vaudrait à la communauté de toucher des subventions de l'Etat pour services rendus, notamment dans les prisons où les imams visitent pour l'heure bénévolement les jeunes en vue de les conduire sur le chemin d'une vie professionnelle normale. Quelle perspective séduisante de payer des impôts afin de favoriser l'action de ces imams qui professent la haine des autres !

Au vu de ce qui précède, il est pour le moins évident qu'une religion dont les fidèles appellent régulièrement à l'extermination de ce que nous sommes ne saurait recevoir la reconnaissance d'utilité publique. Hélas, le Grand Conseil en décidera tout autrement, tellement acquis à l'ouverture, à l'apaisement et à la compréhension mutuelle envers ceux qui aiguisent déjà leurs couteaux. Début novembre prochain, le canton de Neuchâtel verra ses élus applaudir à la version 2017 des accords de Munich. La suite ne sera plus qu'une question de temps et il passe vite.

Yvan Perrin, 29.10.2017

17 commentaires

  1. Posté par Abendland le

    C’est clair depuis très longtemps: l’islam nous subjuguera et nous mettra en esclavage ou nous massacrera si nous ne dégageons pas cette saloperie de tout le continent européen.
    Quant à Neuchâtel, c’est une poubelle islamo-gauchiste à ciel ouvert. Je le sais puisque j’y habite.

  2. Posté par Maria R le

    « Baise la main que tu ne peux pas couper » Proverbe arabe : tout un programme et pas religieux !

  3. Posté par leone le

    Prétendre que l’islam, qui n’a pas évolué depuis 1’400 ans, est d’utilité publique revient à équiper nos voitures de roues en bois sous prétexte qu’elles vont augmenter la sécurité car il n’y aura plus de crevaison. Je suis d’accord avec M. Perrin, le Grand Conseil votera (presque) comme un seul homme pour cette reconnaissance de nocivité publique.

  4. Posté par Jack Palance le

    Ce canton est un asile psychiatrique à ciel ouvert et les grandes communes ne sont que des zoo en stabulation libre !… »ils » disent 7’000 musulmans et vu qu’au gauchiste ment comme il respire, c’est plutôt le double oui !!!…déjà que certains occupent des postes clés comme au impôts et la police entre autre de plus, l’islam N’EST PAS une religion mais une secte politique mortifère et ce canton n’a pas à financer quoi que ce soit !….Etre des pionniers oui….mais des pionniers dans une succession de conneries invraisemblable NON !

  5. Posté par chantal le

    caramba ! il faudrait songer à alerter l’OMS !
    ce psychovirus que l’on appelle soumission et ignorance inoculé par l’obscurantisme idéologico-politique le plus pervers qui soit ne va jamais s’arrêter si on ne trouve pas de toute urgence le vaccin nécessaire à son éradication, étant donné que de surcroît les moutons ont été lobotomisés de façon semble-t-il irréversible il va falloir même doubler le dosage, qu’en pensez-vous docteur ?

  6. Posté par rikiki le

    Dans ce canton, il n’y a plus grand chose à attendre. Trop de contribuables ont été dissuadé de rester dans ce canton. Les statistiques prouvent que d’autres contribuables compensent ce déficit… Seul problème, ce ne sont que des clients des services sociaux. Neuchâtel recherche décidément que ce genre de clients ! Avec les nuls au gouvernement qui adorent les grands résultats des comptes négatifs, rien d’étonnant. Il y en a qui confonde toujours chiffre d’affaire et bénéfice.

  7. Posté par Mauron le

    Ce qu’il faudrait c’est ressuciter Antoine Marcourt afin qu’il nous ponde quelques placards bien sentis à l’encontre de l’Islam. Cela réveillerait, peut-être, nos concitoyens.

  8. Posté par Loulou le

    Dès acceptation de cette félonnerie j’écrirai aux autorités américaines pour signaler à ces dernières que Philip Morris, entreprise américaine, finance, par ses impôts le fondamentalisme islamique à Neuchâtel. Il va falloir taper où cela fait mal.

  9. Posté par Bussy le

    Quand même rageant ces politiques, tous bords confondus et autres zélites qui nous font reculer au moyen-âge et vont nous amener des guerres tribales… alors que toute cette énergie pompée par ces communautés inintégrables, parasites et revendicatrices pourrait être consacrée à trouver des solutions à une quantité de problèmes qui plombent notre futur !

  10. Posté par Gabrielle le

    Les habitants de ce canton ont les élus qu’ils ont choisi. Ceci me rappelle que, il y a déjà quelques temps, je demandais à l’une de mes proches pour qui elle allait voter. Elle m’a répondu que depuis toujours ses parents et grands-parents (tous décédés depuis des lustres) votaient à gauche et qu’elle perpétrait la tradition familiale ! Bien que sidérée face à cet argument, j’ai vite compris que l’on ne fait pas boire une ânesse qui n’a pas soif…

  11. Posté par Victoria Valentini le

    Excellent édito de Monsieur Perrin ! L’islam est l’utopie des gôchos, bien-pensants et grenouilles de bénitier. RAS LE BOL !

  12. Posté par pepiou le

    L’islam ne roule que pour l’islam et de surcroît écrase tout ce qui se met en travers de sa route. Ce Conseil d’État est totalement inconscient et irresponsable de ne pas en tenir compte. Heureusement il nous reste des droits politiques tel que le référendum en matière cantonale et là ce ne sera plus « arrêtes ton char Ben Hur mais arrêtes ta charia Mahomet ».

  13. Posté par Antoine le

    Merci M. Perrin pour votre analyse.
    Je suis contre la reconnaissance de l’islam en tant que religion reconnue par l’Etat. Cette secte mortifère s’apparente à une idéologie.
    L’UDC, lors de sa dernière réunion, fait un excellent résumé des mesures à prendre d’urgence, soit :
    Exigences au niveau des cantons, des communes et des villes:
    – une reconnaissance de droit public de l’islam ou une formation étatisée d’imams est hors de question.
    – celles et ceux qui ne respectent pas notre régime juridique doivent quitter le pays.
    – Les autorités et la police doivent en tout temps avoir accès aux mosquées dans lesquelles les cultes doivent être donnés dans une des langues officielles de la Suisse.
    – les mosquées et autres institutions islamiques qui répandent un islam radicalisé doivent être immédiatement fermées ou interdites.
    – l’activité pastorale des imams dans les prisons et à l’armée doit cesser. Les imams peuvent être remplacés par des psychologues de l’armée ou des prisons.
    – l’islam soumet les musulmans au droit religieux (sharia) dans plusieurs domaines. Les autorités et juges suisses doivent néanmoins imposer l’ordre juridique suisse sans aucune restriction.
    – nous refusons l’introduction de jours fériés musulmans officiels en particulier le ramadan.
    – les normes pénales contre les appels à la haine et à la violence doivent être appliquées rigoureusement à l’égard des musulmans radicalisés.
    – les corps de police des cantons doivent être renforcés, formés de manière ciblée et engagés activement dans la surveillance
    Référence : http://lesobservateurs.ch/2017/10/28/les-delegues-udc-pour-une-tolerance-zero-contre-lislam-radical-en-suisse/

  14. Posté par conrad hausmann le

    La politique dite d’intégration est celle de la desintégration de nos institutions! De fait toutes les religions rejettent la démocratie plus ou moins, mais en ce qui concerne l ‘Isalm c’est un rejet total.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.