« La Suisse a besoin des JO 2026 pour améliorer son image ! »

logo-sion-2026

22 octobre 2017 : RTS, Forum, 18h50, La grande interview du dimanche

Adolf Ogi, ancien président de la Confédération et Président du Comité de candidature pour les JO d’hiver Sion 2026.

Adolf Ogi est intarissable et ne veut rien savoir du fait que le projet « JO Sion 2026 » ne passe plus auprès de la population. Ogi explique que le peuple suisse est incapable de comprendre combien cet enjeu est grandiose, ni ce qu’il représente pour notre image. C’est pourquoi il ne faut pas demander l’avis de la population, il ne faut pas faire un référendum à ce sujet. Et par ailleurs, il faut changer la loi sur les référendums.

 

Au TJ de 19h30, l’interview de Nicolas Bideau va en remettre une couche.

Il faut faire accepter au peuple l’idée des JO 2026 dans les cantons romands, même si presque personne n’en veut vraiment.

(Nicolas Bideau, ancien conseiller diplomatique de Pascal Couchepin, «Monsieur Cinéma» de l’Office fédéral de la culture (OFC), directeur de « Présence Suisse », l’organe chargé de la promotion du pays à l’étranger. Nicolas Bideau, fils de l’acteur Jean-Luc Bideau, gauchiste comme il se doit dans ce milieu)

Nicolas Bideau commence par affirmer que les gens en ont marre des Jeux olympiques en ce qui concerne la corruption, les coûts élevés, l’impact écologique, le dopage russe…  mais c’est un investissement en termes d’image, nous pouvons même le chiffrer en milliards.

 

Pas moins que ça !

Bideau commence par exposer le fait que les Suisses aiment et veulent les JO, puis il réduit la voilure : ce seraient « les jeunes » qui voudraient les JO, des « micros trottoir » l’attestent, bravo pour cette démonstration qui nous laisse sans voix.
En fait, pour ce qu’il est possible d’en savoir actuellement, « les Suisses » sont plus que réticents envers ces jeux.  Ils savent que c’est un gouffre à milliards, des routes encore plus encombrées, des profiteurs qui se rempliront les poches de cette manne publique, comme avec Expo 02. Partant de ce constat, des Ogi, des Bideau vont être mis en branle pour s’efforcer d’entuber à nouveau ces Suisses dont l’argent fait tellement envie à une multitude de parasites.

Bideau ne peut  pas reconnaître que la population est opposée à ce projet tant il est trop bien payé pour le soutenir!

Concernant les relations entre la Suisse et les instances européennes, Nicolas Bideau croit en un destin commun : « Cette voie bilatérale, ce n'est pas celle de l'égoïsme, mais celle d'une redéfinition d'un destin commun européen avec la Suisse en son milieu. »

Pauvre Suisse qui devrait expliquer qu’elle n’est pas égoïste en voulant choisir son destin comme elle l’entend. Bideau feint d’ignorer que tous les Etats sont « égoïstes » quand il s’agit de défendre leurs intérêts. Le problème avec les élites dirigeantes suisses, c’est justement qu’elles ne sont égoïstes que lorsqu’il s’agit de leurs propres intérêts et qu’elles n’arrêtent pas de s’aplatir devant Bruxelles quand il s’agit de défendre les intérêts du peuple suisse.

 

Bideau : « [… ] par contre la Suisse a un petit problème d’image en termes de solidarité, je pense qu’il faut montrer au monde entier que la Suisse est engagée pour le développement durable, pour une certaine solidarité, une répartition des richesses, ce qu’on fait avec l’aide au développement par exemple, on le sait pas assez, corriger donc avec ces projets-là l’idée d’une Suisse durable, les Jeux Olympiques justement qui veulent redéfinir modestement ce que sont les JO, ce sera une carte très intéressante pour corriger notre image à l’étranger … »

 

Mais qui va gober de telles niaiseries de bobo politiquement correct ? Si  les JO étaient nécessaires pour faire comprendre au monde que les Suisses sont un peuple « solidaire », cela prouverait seulement que les fonctionnaires grassement payés à ce sujet ne font pas leur boulot !

La Suisse verse annuellement 3 milliards  pour l’aide au développement. La Suisse a toujours fourni des secours lors de catastrophes aux quatre coins du monde. Le peuple suisse a accueilli des « réfugiés » par centaines de milliers et dépense annuellement 8 milliards pour ceux qui vivent sur son sol, elle participe au  financement de  l’élargissement de l’union Européenne,  finance les organisations internationales  et subventionne une pléthore d’associations sur son sol et d’organismes de bienfaisance dans le monde, etc.

Les JO sont insignifiants à cet égard et la Suisse n’a aucun problème d’image à l’étranger. D’ailleurs, l’image de la Suisse à l’étranger est une fausse préoccupation, enflée par des journalistes complexés devant les grands de ce monde.

 

Bideau « Qu’est-ce qu’il y a de Suisse en moi ? Tout d’abord l’amour pour cette patrie, je suis très attaché à ses valeurs, à sa diversité. Ce qu’il y a peut-être de pas suisse en moi, c’est que je pense que la communication pour ce pays est essentielle, pendant longtemps on a eu cette neutralité, ce fédéralisme qui bridait un peu la communication … »

Bideau n’a pas dit qu’il aimait la Suisse, « sa patrie », non, il a bien dit « cette patrie », il garde ses distances et, ouf, il aime les valeurs de la Suisse et « sa diversité » : avec cela, il est blanchi et pardonné pour tout ce qui aurait pu faire penser à du patriotisme.

Que certains responsables (irresponsables) suisses aient nommé un Bideau pour promouvoir l’image de la Suisse à l’étranger prouve, si cela était encore nécessaire, que « le poisson pourrit par la tête ».

Cela dit, sur le fond, il n’y a que des bobos et des journalistes pour croire que « l’image de la Suisse à l’étranger » se construit par de la « comm’ ». Les responsables du tourisme savent très bien « vendre la Suisse » en termes de tourisme et de vacances. Les Jacques Pilet, les Bideau père et fils savent très bien dénigrer tout ce qui fait l’essence de la Suisse. Cette Suisse qui tend à disparaître du fait de la très forte augmentation de sa « diversité » et de la dilution de ses valeurs dans un mondialisme destructeur.

 

https://www.rts.ch/play/radio/la-grande-interview-du-dimanche/audio/la-grande-interview-du-dimanche-adolf-ogi?id=9000007

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/entretien-avec-nicolas-bideau-directeur-de-presence-suisse?id=9020300

 

Cenator, 25 octobre 2017

13 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    Les JO sont devenu une connerie monumentale, un gouffre à fric invraisemblable qui plonge les collectivités publiques des Etats dans un « hiver nucléaire », pendant que les pourris du CIO comptent et se partagent les bénéfices! Non, la Suisse n’a pas besoin de JO et il n’y a aucune nécessité à soi-disant redorer le blason. Les représentants des milieux économiques qui en font la promotion ne pensent qu’à leurs propres bénéfices, qui se font au détriment des citoyens…. et dire que l’on économise déjà partout en coupant les prestations et en corrigeant les budgets et qu’il faudrait se payer une connerie de feu d’artifice sans doute à 2, 5 milliards ou plus!

  2. Posté par Peter K le

    Ce gus a fait quoi au cf? endetter le peuple a plus soif, depenser des milliards pour le tunnel du gothard, ah j’oublie, avec un beau bonnet de nain jardin, en decembre 1999, c’etait formidable…retourne dans ton ems, on ne veux pas de la mafia cio des jo, les jeux du cirque c’est terminer!

  3. Posté par Fleeps le

    les jeunes que je connais sont à ma grande surprise et sans aucune influence de ma part…..complément contre ces JO.

  4. Posté par Daniel le

    Pourquoi il n’y a que le valais, ce canton minable qui ne peut voter sur ces jeux étant donné qu’à la fin tous les contribuables suisses passeront à la caisse?

  5. Posté par Marie-France le

    Ogi explique que le peuple suisse est incapable de comprendre combien cet enjeu est grandiose, ni ce qu’il représente pour notre image. C’est pourquoi il ne faut pas demander l’avis de la population
    , Il disait la même chose en 1992 lors du référendum sur notre adhésion à l’EEE..

    ce seraient « les jeunes » qui voudraient les JO, des « micros trottoir » l’attestent,
    Il faudrait faire des micros trottoirs en direct et pas préparés d’avance, pour éviter notre scepticisme quant à leur manipulation lors du montage…

    je suis très attaché à ses valeurs, à sa diversité. Ce qu’il y a peut-être de pas suisse en moi, c’est que je pense que la communication pour ce pays est essentielle, pendant longtemps on a eu cette neutralité, ce fédéralisme qui bridait un peu la communication
    Sauf que c’est le fédéralisme qui fait la diversité.. …

  6. Posté par Le Taz le

    Il ne faut pas demander son avis au peuple, il est trop con pour comprendre… Elle est belle notre démocratie directe!

    La Suisse a besoin d’améliorer son image, eh bien si cela tombe sur un hiver sans neige, elle va être magnifique notre image ;-) Allô Ogi, on parle de 2026, si le réchauffement climatique se poursuit, qui nous dit que les pistes de ski ne seront pas recouvertes de pâquerettes?

  7. Posté par Cenator le

    Correction: Ogi était Président du Comité de candidature Sion 2006 (pas 2026).

  8. Posté par Bussy le

    Les jeunes veulent les JO ? Quel gag, y’en a pas un qui les regarde !

  9. Posté par Maurice le

    « … pendant longtemps on a eu cette neutralité, ce fédéralisme qui bridait un peu la communication … »
    A bas la neutralité, à bas le fédéralisme ! puisqu’ils brident la communication…
    Pourtant, notre diversité à nous, c’est notre fédéralté, et notre neutralité rend service au monde entier, et ce même monde entier bénéfice de notre générosité chaque fois qu’il y a un problème.
    Hélas, on a encore une fois à faire avec un vomisseur de la patrie suisse, dont les dégueulis seront lapés sans discernement par les consommateurs de comm’.

  10. Posté par UnOurs le

    Nos « élites » ne semblent pas comprendre que l’on ne peut pas être attaché à un pays pour sa « diversité »; il y a en effet une incompatibilité logique entre toute forme d’attachement (un attachement est forcément envers quelque chose de stable et de durable) et l’objet « diversité » qui est par essence flexible et non permanent.

  11. Posté par Menouxx claude le

    Du Comité International Olympique au régime chinois, de Samaranche, président honoraire à vie, ministre de Franco, membre de l’Opus Dei, au PC Chinois il y a une continuité.

    On s’émeut du Tibet (pensons aussi aux musulmans Ouighours) mais il ne s’agit pas des méchants chinois contre les gentils tibétains, il s’agit du pouvoir chinois contre son propre peuple (exécutions, emprisonnements, absence de droits sociaux, pas de liberté d’expression …).
    Il s’agit aussi de la bataille pour l’eau (80% des réserves d’eau chinoise sont au Tibet), or la Chine se désertifie*.

    Le CIO est la plus grande agence d’affaires du monde. Ses décisions impliquent des mouvements de capitaux faramineux, des constructions d’autoroutes, d’aéroports, de stades, … On rase des quartiers.
    Le CIO négocie les droits de retransmission dans le monde entier ainsi que le merchandising planétaire …
    Ses statuts précisent que le CIO est une ONG à but non lucratif !!!
    Sa gestion est d’une totale opacité. Ses membres sont élus par cooptation. Leur train de vie est époustouflant. La corruption est avérée …

    Cette description s’applique sans défaut au régime dictatorial chinois qui sait allier l’exploitation économique et la terreur politique*

  12. Posté par Marie le

    Bidons ces élucubrations de nos « zélites »!

  13. Posté par Nicolas le

    Pour améliorer son image, la Suisse a surtout besoin de se débarrasser de quelques nains encombrant son gouvernement, d’une ribambelle de guignols qui ridiculisent son parlement, et de tous les parasites qui squattent les rédactions. Le peuple se chargera du reste.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.