Les « antifas » sont les nouveaux fascistes du 21ème siècle

Michel Garroté
Politologue, blogueur
antifas-2

antifas-1

   
Michel Garroté  --  J'aimerai revenir plus en détail sur un événement qui a été très brièvement mentionné sur Lesobservateurs.ch le 8 octobre 2017 : les trois "antifas" qui ont agressé physiquement le député FN Ludovic Pajot, 23 ans, viennent d’être jugés en comparution immédiate. Sursis, vice de procédure (provisoire) et remise en liberté "faute de preuves".

-
Le député a répondu à la journaliste Caroline Parmentier dans le quotidien Présent : J’ai été très choqué par la couverture médiatique de mon agression. D’abord : "Il aurait été agressé". Puis : "Il a été agressé mais ce n’est pas politique". Et enfin : "C’est politique mais ce ne sont pas des antifas". C’est bien évidemment parce que je suis un député du Front national. Ils bénéficient d’une grande indulgence et d’une protection médiatique.
-
Conclusion : primo, les "antifas" pratiquent le lynchage physique, comme les médias pratiquent le lynchage médiatique ; secundo, les "antifas" ne sont pas des anti-fascistes ; les "antifas" sont les nouveaux fascistes du 21ème siècle. Nous le savions déjà. Mais il est bon de le rappeler de temps en temps.
-
Michel Garroté pour LesObservateurs.ch, 18.10.2017

Lien vers l'un de nos articles, ici ; pour les autres tapez : "antifas nouveaux fascistes" 

6 commentaires

  1. Posté par Panache l'Écureuil le

    Le livre sur l’affaire Clément Méric, et les circonstances qui ont précédé la mort de cet antifa:
    Serge Ayoub: L’affaire Clément Méric – Du fait divers au scandale politique
    # éditions du Pont d’Arcole, 120p, 15€.

    http://synthesenationale-hautetfort.com/media/02/01/2924514878.pdf

  2. Posté par miranda le

    Les antifas meriteraient que leur cas fasse l Objet d une etude tres approfondie.
    Individus n ayant aucun ancrage profond epousant des causes soulageant leur gout de la violence mepris du citoyen attache a des valeurs simples comme la defense ou le respect d une nation etc… Ils nous renvoient au slogan de mai 68 : il est interdit d interdire qui engendra tant de deconstructions que nous sommes encore abasourdis par les effets produits.
    La Seule pitie qu ils peuvent nous inspirer est leur triste capacite a se laisser manipuler qui demontre une vertigineuse immaturite intellectuelle et affective.

  3. Posté par Panache l'Écureuil le

    Retour sur l’affaire de l’antifa Clément Méric. Un livre qui remet les pendules à l’heure:
    Serge Ayub: L’affaire Clément Méric – Du fait divers au scandale politique.
    # éditions du Pont d’Arcole, 2013, 120 pages, 15€.
    publié par « bouquins de Synthèse nationale ».
    Malgré la violence évidente qui le carctérisait, Clément Méric avait joui à l’époque du soutien indéfectible de ses parents, tous deux universitaires.

  4. Posté par UnOurs le

    Pitié avec ces anachronismes, on ne gagnera jamais avec les mots-valise de l’ennemi.

  5. Posté par G. Vuilliomenet le

    Ce n’est pas une découverte!

    Leurs maîtres sont ces salopards de nazis, entre autres les Sturmabteilung, les fameuses chemises brunes que Benoît Malbranque a assimilé au socialisme dans son essai très peu promu par la presse, et pour cause, « Le socialisme en chemise brune ».

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.