Weinstein, pire que DSK. Il compromet Obama et Clinton

post_thumb_default

 

Hier encore, Harvey Weinstein était l’homme le plus puissant d’Hollywood et l’un des plus puissants américains. Il était très lié avec le couple Obama. La fille des Obama avait d’ailleurs fait un stage dans l’une de ses entreprises. Ses liens avec les Clinton étaient encore plus forts : il était l’un des principaux financiers de leurs campagnes électorales, et des campagnes électorales des démocrates. Il était la locomotive financière du couple Clinton. C’est sans doute pourquoi quand le New Yorker a révélé les agissements criminels du monstre d’Hollywood, le couple clintonien a mis cinq jours avant de désavouer le si généreux mécène de leur cause. Weinstein était également très engagé, aux côtés des féministes. Il faisait pleuvoir les fonds sur diverses fondations, dont celle de Meryl Streep. Les combats contre le harcèlement sexuel, pour l’avortement libre, n’avaient pas de plus ardent défenseur que le producteur. Les féministes savaient-elles que cet argent était celui de l’un des pires harceleurs et violeurs de notre époque ? Sans doute, car, dans le milieu, tout le monde savait.

Ce que révèle la presse américaine, depuis quelques jours, avec nombreux témoignages à l’appui, c’est qu’il a agressé, tenté de violer ou violé, une foule d’actrices, de mannequins, y compris les plus célèbres, d’Angelina Jolie à Emma de Caunes etc. Tout le monde se taisait : victimes, proches, professionnels, parce que l’homme était si puissant qu’il pouvait sans problème briser la carrière d’une actrice, même célèbre. C’était d’ailleurs son principal argument pour faire taire ses victimes. Autre technique : il achetait à prix d’or le silence des femmes violées. Au moins huit femmes ont fait l’objet d’accords financiers très bien ficelés, avec avocats etc., pour les faire taire.

Tout Hollywood connaissait donc l’individu. Georges Clooney l’a avoué, tout en niant avoir pris conscience de l’étendue de ses méfaits. Brad Pitt avait menacé Weinstein de le passer à tabac s’il osait approcher sa compagne.

Protéger « le patron »

Le plus extraordinaire de cette affaire, c’est que les directions de ses entreprises avaient mis en place une organisation juridique et de communication pour protéger « le patron ». Les avocats négociaient le silence ou menaçaient de procès, les attachés de presse démolissaient les récalcitrantes dans les médias. Judith Godrèche, agressée par le monstre, à l’époque de la sortie du film Ridicule, raconte qu’elle fut victime d’un chantage de la direction des studios : si elle voulait avoir son visage sur l’affiche du film, il fallait qu’elle se taise.

Les conseils d’administration de Miramax et de la Weinstein Company ont, dans un premier temps, écarté l’individu de la direction de ses propres entreprises. Mais le ménage ne saurait s’arrêter là, car il y a eu la mise en place d’un système, au service du « malade mental ». Weinstein se reconnaît malade, et vient de s’inscrire dans une clinique spécialisée pour traiter les obsédés sexuels. Echappera-t-il ainsi, comme un vulgaire tueur islamiste, à un procès criminel ? Et Hollywood, véritable Sodome et Gomorrhe de notre époque échappera-t-elle une fois de plus au procès public de ses turpitudes ?

Photo
Hillary Clinton avec Weinstein, le monstre sexuel d’Hollywood, lors d’un gala consacré aux 100 personnalités les plus influentes du monde.
Larry Busacca / Getty Images for TIME

Cet article Weinstein, pire que DSK. Il compromet Obama et Clinton est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

8 commentaires

  1. Posté par SD-Vintage le

    On comprend que les démocrates soient pour l’avortement : il faut effacer les preuves…

  2. Posté par SD-Vintage le

    Les acteurs moralistes « qui combattent le fascisme », les donneurs de leçons de moral, sont incapables de se défendre eux-mêmes, et ils prétendent être le meilleur rempart contre le fascisme ? De Caunes, Godrèche,… avec la collaboration de Streep, Clooney, et combien d’autres ?

  3. Posté par Sainte Sophie le

    … »Weinstein » se reconnaît malade, et vient de s’inscrire dans une clinique spécialisée pour traiter les obsédés sexuels…. » ??!!…. Ha ! Ha ! Ha ! Il faudra protéger les infirmières…..

  4. Posté par Sainte Sophie le

    Je rigole bien……. car combien de ces actrices victimes ont craché sur Trump et « tapiné » pour la Clinton dont il est l’ami financier ?? Certaines savaient parfaitement ce qu’il en était….. C’est un peu l’arroseur arrosé…..

  5. Posté par Aude le

    Ah Ah Ah!
    La campagne des démocrates américains sur D.Trump accusé de Macho et sexiste, démolition ad hoc.
    Les oscars, où toute cette Bande tapait marteau sur Trump, les voici, les voilà, les pervers.
    Le Boomerang aussi Grand qu’une tornade
    Hollywood = HOLLYHELL.

  6. Posté par chantal le

    oui la perversion est une maladie, c’est la pire car celle qui déstructure l’humain et détruit la part que l’on appelle la conscience morale ou voir le sens moral sans morale pas d’humanité !

  7. Posté par Bussy le

    Et Meryl Streep, la donneuse de leçons, qui fricote avec ce monstre ! beurk !

  8. Posté par Dominique Schwander le

    Perversion et vice ne sont pas synonyme de maladie!
    Cet entrepreneur milliardaire est un vicieux et un pervers, tout comme ses complices et défenseurs.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.