Doris Leuthard porte un coup fatal à l’agriculture

suicide

Communiqué de l'UDC Suisse du 12 octobre 2017

Dans son discours prononcé aujourd'hui à la foire agricole OLMA à St-Gall, Doris Leuthard, présidente de la Confédération, a demandé à l'agriculture de veiller à plus de biodiversité, de s'adapter au changement climatique et de devenir plus compétitive au niveau international pour réagir à la réduction des obstacles aux importations. En clair, Madame Leuthard n'hésite pas à porter un coup mortel à l'agriculture. Un peu plus de production de fleurs, une Suisse entretenue par des agriculteurs paysagistes, moins d'exploitations productrices, mais en lieu et place l'importation en masse de céréales, de légumes et de viande, en particulier d'Argentine, sans doute, un pays que la ministre a cité en exemple dans son exposé à côté du Pérou. Voilà manifestement sa conception de l'écologie. L'auditeur attentif n'en croit pas ses oreilles. Une présidente de la Confédération a-t-elle le droit de dire n'importe quoi? Surtout trois semaines après la claire acceptation par le peuple d'un nouvel article constitutionnel qui vise la sécurité alimentaire?

Comme chaque année, l'ouverture de la foire agricole de Suisse orientale a été marquée par une intervention d'un représentant du gouvernement fédéral. Ce rôle est revenu cette année à Doris Leuthard. Par son discours, la présidente de la Confédération a passablement gâché l'ambiance de fête de ce 75e anniversaire de l'OLMA. Les exigences qu'elle a adressées à l'agriculture suisse – plus de biodiversité, adaptation au changement climatique, adaptation au contexte commercial international – sont impossibles à réaliser simultanément. Le renforcement de l'écologie augmente les coûts de production alors que l'ouverture des frontières pousse les prix à la baisse. Les domaines agricoles suisses disparaîtront à l'exception peut-être de quelques grandes exploitations du Plateau suisse et de quelques domaines bio des montagnes produisant des spécialités.

Dans son exposé, Madame Leuthard a cité en exemple l'agriculture de l'Argentine et du Pérou. Il est évident que les conditions de production de ces pays ne sont pas comparables à celles de la Suisse. Pour couronner le tout, elle a osé qualifier de succès la suppression du contingentement laitier alors que les producteurs suisses doivent vendre leur lait largement en dessous du prix de production. Pour ces milieux, les déclarations de Madame Leuthard sonnent comme une mauvaise plaisanterie.

La déclaration de la présidente de la Confédération est d'autant plus scandaleuse qu'elle intervient trois semaines après que 80% des Suissesses et des Suisses ont approuvé un nouvel article constitutionnel sur la sécurité de l'approvisionnement alimentaire. Ce résultat devrait inciter le pouvoir politique à garantir la production nationale et non pas à la mettre en péril. Et c'est sans parler du refus que le Parlement a opposé à plusieurs reprises au libre-échange agricole. La présidente de la Confédération n'en a cure: que m'importent le peuple et le Parlement, je suis la présidente, voilà sa devise.

Les déclarations de la présidente de la Confédération doivent mettre en état d'alerte toute l'agriculture. La Suisse doit conserver ses bases vitales dont vit également le tourisme. C'est un défi lancé à tout l'espace rural et notamment à l'Union suisse des paysans qui a pu fêter l'acceptation de son initiative il y a trois semaines. Faute d'une réaction rapide et ferme, cette votation pourrait devenir une victoire à la Pyrrhus. Quant à l'UDC, elle continuera de se battre pour une agriculture indigène productrice.

5 commentaires

  1. Posté par Michel Mottet le

    Après la monstrueuse singerie satanique imaginée pour l’inauguration du tunnel du Saint-Gothard, par cette vassale de ceux qui se prennent – et le sont effectivement – comme maîtres du monde, qu’y a-t-il à attendre de positif d’une telle personne ? Sinon la dissolution, la falsification, la contradiction de tout ce qui est juste et bon !

  2. Posté par Jacques Beckie le

    Les paysans n’ont que ce qu’ils méritent, ils n’avaient qu’à voter UDC au lieu de voter PDC et PLR….

  3. Posté par Gérald le

    Ils ne risquent pas de mourir de soif au CF avec les gourdes q’ il y a parmi eux.

  4. Posté par Antoine le

    Je cite :  »les déclarations de Madame Leuthard sonnent comme une mauvaise plaisanterie ».
    En effet Mme Leuthard veut la MORT de l’agriculture suisse, soit :
    – Ouverture des frontières, suppression du contingent laitier : c’est la MORT des agriculteurs !
    – 80% des Suisses/sses ont approuvé le nouvel article constitutionnel sur la sécurité de l’approvisionnement alimentaire : Mme Leuthard est en complète contradiction avec ce que le peuple souverain suisse à voter ! Cela me rappelle étrangement la votation du 9 février 2014 contre l’immigration massive et l’ersatz qui a été concocté par le Conseil Fédéral (CF). Encore un déni de la part du CF !

  5. Posté par Mescolles le

    « elle a osé qualifier de succès la suppression du contingentement laitier alors que les producteurs suisses doivent vendre leur lait largement en dessous du prix de production ». Résultat de ce type de politique: pénurie de beurre en France et forte augmentation de son prix! Faut-il avoir fait de grandes écoles d’économies anglo-saxone pour enfin comprendre ce phénomène logique du marché? En tout cas notre Leurthart nationale (n’était-ce pas elle qui a déjà introduit le principe du cassis de Dijon en Suisse obligeant a baisser la qualité des produits suisses?) ne semble pas au courant de ce phénomène qui entraîne le suicide de nos paysans (8 rien que dans le canton de Vaud en 2016)
    https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/suisse/8224869-paysans-en-detresse.html#8224871
    et entraine une baisse de qualité des produits suisses qui dès lors ne peuvent plus être vendu un peu plus cher.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.