La Catalogne espagnole est-elle devenue une affaire française ?

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Macron-6

chaos-2

   
Michel Garroté  --  Pour ce qui me concerne, je suis étonné de l'importance -- démesurée et paternaliste -- que la classe politique française, les médias français et les historiens français, en bons donneurs de leçons, accordent à la question catalane espagnole. Ainsi, Le Figaro, qui titre "Référendum en Catalogne : la gauche française condamne les violences, Macron soutient Rajoy". Et Le Point qui titre "Valls : une proclamation d'indépendance de la Catalogne serait une folie" (tout ça nous fait une belle jambe...).
-
Catalogne espagnole - "une affaire française" :
-
A noter, car c'est tout de même énorme, qu'entre 6 et 7 millions de bulletins utilisés lors du référendum, sur l’indépendance de la Catalogne, dimanche 1er octobre, ont été imprimés et stockés en France ! Ils proviennent de l’imprimerie Salvador d’Elne, au sud de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales françaises. Ils ont été acheminés vers la Catalogne dans une dizaine de véhicules !
-
Imaginez l'inverse : des bulletins, destinés à un référendum illégal dans une région française, imprimés et stockés en Espagne, puis acheminés en France !  Imaginez la réaction - outrée - de la classe politique française et des médias français ! (Comment ? Comment ? L'Espagne participe au viol la Constitution Française ?!)
-
Ma foi oui -- notons-le une fois de plus -- ces dernières semaines, les médias français, parisiens et régionaux, écrits, radiophoniques et audiovisuels, ont diffusé, non pas des centaines, mais des milliers de prétendues "analyses" sur le sujet, au point qu'à un moment donné, j'ai vraiment cru, que la Catalogne espagnole (un peu comme la "Cisjordanie"...), était une région française (j'ai vraiment cru ça, moi, le Suisse, l'Helvète...).
-
Notons aussi que tout en souhaitant ne plus être espagnole, la Catalogne reste grande ouverte à la Migration Musulmane Massive (MMM), ce qui signifie qu'une éventuelle Catalogne souveraine et indépendante serait en fait une République catalane islamo-gauchiste.
-
La position de l'Union Européenne (UE) :
-
A Bruxelles, l'Union Européenne (UE) a déclaré : "C’est un problème interne à l’Espagne mais la violence ne peut jamais être un instrument en politique, il faut passer au dialogue. Au regard de la Constitution espagnole, le vote en Catalogne n'était pas légal". Bon. Voilà pour la réaction de l'UE, elle qui, visiblement, a la trouille que d'autres régions, dans d'autres Etat-membres de l'UE, ne passent aux référendums d'indépendance... Il est vrai qu'en la matière, suite à l'exemple (bon ou mauvais) catalan, ça risque, désormais, de se bousculer au portillon, côté velléités irrédentistes de tout poil...
-
Le référendum catalan viole l'Etat de Droit et la Constitution :
-
Il est vraiment nécessaire, selon moi, de rappeler, je le souligne encore et toujours, car c'est extrêmement important, qu'au regard de la Constitution espagnole, le référendum catalan n'est pas légal, qu'il viole la Constitution espagnole, et, qu'il s'en prend, ainsi, à l'Etat de droit, ce qui n'est pas rien.
-
Le petit grain de sel serbe :
-
Notons -- en passant cette fois car c'est au-delà de l'Espagne et de l'UE -- que le président serbe Aleksandar Vucic a critiqué la position de l'UE sur le référendum catalan - que l'UE juge donc illégal et c'est juste qu'elle le juge ainsi - et Aleksandar Vucic a rappelé, avec justesse, que Bruxelles avait reconnu la déclaration (illégale) d'indépendance du Kosovo en 2008, alors que celle-ci n'avait même pas fait l'objet d'un vote ou d'un référendum.
-
Un Kosovo, je le rappelle, indépendant, mais aussi mafieux et islamique, qui, un jour, deviendra un Etat-membre de l'Union Européenne ; un Califat kosovar made in UE : "elle est pas belle, la vie ?", comme dirait l'autre... Pour tout compliquer, certains Albanais du sud serbe souhaitent se rattacher au Kosovo ; comme le disait l'autre, décidément oui : "elle est pas belle, la vie"...
-
Ce que veut (ou pas) Carles Puigdemont :
-
A noter, encore, que le président de l'exécutif catalan, Carles Puigdemont, réclame une médiation internationale, pour résoudre la crise avec Madrid. Mais quelle genre de "médiation internationale" ? Carles Puigdemont veut-il des casques bleus de l'ONU déployés en Catalogne ? (ça va, c'est bon, je plaisante...).
-
Ma petite conclusion à moi (pour ce qu'elle vaut...) :
-
Pour ce qui me concerne (encore, désolé...), j'aimerais conclure comme ceci : la Catalogne, c'est, me semble-t-il, un peu, la "cata-logne". Certains vont peut-être me suspecter de ne pas approuver le référendum catalan du fait de mon nom de famille : "Garroté". Car "Garroté", ne serait-ce pas un nom plus espagnol que catalan, voire totalement espagnol et pas du tout catalan, hien ?
-
Le "Garroté" de service, pour votre gouverne, est un citoyen suisse, né en Suisse, et, résidant, encore et toujours, sur sol suisse. Ah, oui, j'allais oublier : le "Garroté" susmentionné est un Suisse d'origine germano-espagnole ("Garroté-Steiger" avec les noms de famille paternel et maternel).
-
Certains peuvent donc parfaitement suspecter le "Garroté" en question de ne pas approuver le référendum catalan. Et bien, navré, je n'approuve, ni ne désapprouve, le référendum catalan ("ni pour, ni contre, bien au contraire", comme dirait l'idiot du village).
-
En "bon Suisse fédéraliste", je suis - certes - très attaché au fédéralisme ; mais aussi très attaché au respect de l'Etat de Droit, et, donc, au respect de sa Constitution (souvenons-nous tout de même que l'actuelle monarchie espagnole est à la fois constitutionnelle et fédérative, mais elle n'est pas pour autant fédérale).
-
Ce que je désapprouve ("c'est mon avis et je le partage", comme dirait un autre benêt, lui aussi idiot du village), c'est, légitimement me semble-t-il, le non-respect de l'Etat de Droit ; et ce que je désapprouve aussi, encore, toujours et légitimement, c'est la  violation de la Constitution de l'Etat de Droit. Ce n'est pas du pur droit constitutionnel ; ou une doctrine purement juridique ; c'est une doctrine à la fois juridique et politique.
-
Indépendances à tout-va :
-
Imaginez des dizaines de régions, de provinces, de principautés et d'enclaves, dans des dizaines de pays européens et extra-européens, qui déclareraient leur indépendance, dans le non-respect de l'Etat de Droit, et, ce faisant, dans la violation de la Constitution.
-
Les Ecossais (qui mangent de l'agneau et qui n'ont jamais supporté les Anglais mangeurs de rosbeef, cette version barbare du boeuf charolais). Le pays de Galles (qui est gallois et non pas anglais : "We love Wales !"). Et en Italie : la Lombardie, la Sicile, le Califat de Lampedusa et la ville de Trieste (qui intégrerait aussitôt la Slovénie).
-
En France : la Savoie qui fusionnerait aussitôt avec un canton suisse qui s'appellerait le nouveau Canton du Valais Central ; la Corse ; la Bretagne ; l'Occitanie ; le Pays basque français ; ah, oui, les Catalans français ; l'Alsace ; les Hautes-Pyrénées ; et la Franche-Comté qui fusionnerait aussitôt avec le Canton suisse du Jura pour devenir la République helvétique du Grand Jura.
-
Encore en Suisse, et, au-delà de la France, le Canton de Genève deviendrait un Etat indépendant, une République Souveraine de Genève, pour pouvoir enfin virer les frontaliers et remettre enfin au pas les islamo-socialistes de la Cité de Calvin.
-
Toujours en Suisse, le nouveau Valais Central susmentionné (le nouveau Canton du Valais Central), deviendrait souverain et indépendant ; pour se débarrasser de l'Oberwallis, cette minuscule entité sauvageonne et germanophoïde ; et pour se débarrasser du Bas-Valais, cette prolongation artificielle, cet abcès du Chablais vaudois ; et le nouveau Valais Central fusionnerait donc, comme mentionné plus haut, avec la Savoie devenue indépendante le temps d'un instant.
-
Et hop, ce serait la Fête, mais la Fête entre nous. Terminé le "Yodel und Röstigraben" ! Ce sera La Manif de Fondue et de Fendant pour Tous sauf pour les intrus ! La Petite Arvine restant bien entendu un vin délicieux exclusivement réservé aux Valaisans qui sont souchiens depuis cinq siècles, notamment ceux de la Noble et Louable Contrée.
-
Du côté des Germains, la Bavière, qui de toute façon n'a jamais été allemande, deviendrait, elle aussi, un Etat souverain (avec l'Oktoberfest toute l'année et Louis II de Bavière, Ludwig Der II., pour tous). Certaines régions autrichiennes, comme par exemple le Vorarlberg ou le Salzkammergut, idem, référendum et indépendance.
-
Et, encore au Royaume-Uni, l'Irlande du Nord (que j'allais presque oublier). En Chine, les Nǚzhēns de Mandchourie proclameraient le Nǚzhēnsland et les Ouïgours du Xinjang proclameraient l'Ouïgouristan. Plus loin, mais de l'autre côté, les Miskitos du Nicaragua proclameraient la Republica Miskita sin mosquitos mejicanos.
-
Et hop, je continue : le Jutland (pas) danois ou le Groenland ("Kalaallit Nunaat" en groenlandais), lui aussi (pas) danois ; la Laponie (pas) finlandaise (les Lapons n'ont jamais été Finnois non mais sans blague). Au Mexique, les peuples du Chiapas ("Chiapas independiente para siempre") proclameraient la Republica chiapatera.
-
Ah ! J'allais oublier, encore à propos de l'Espagne : la Catalogne (on l'a vu...), mais aussi la Galice (à ne pas confondre avec la Galicie) et le Pays basque. En Suède (vous savez, en Europe boréale) : l'enclave islamique de Malmö proclamerait son indépendance et instaurerait "La Charia malmöide Pour Tous". Bref, j'en passe et des meilleures, en veux-tu en voilà quoi.
-
Annexions illégales "à gogo" (à discrétion) :
-
A l'inverse (bon sang, mais c'est bien sûr...), la France pourrait annexer, illégalement, la Principauté de Monaco ; et tant qu'à faire, celle d'Andorre (déclenchant ainsi un guerre franco-espagnole qui mettra la Catalogne dans l'embarras). La Suisse ou l'Autriche pourraient annexer la Principauté du Lichtenstein, qui elle, alors, demandera, aussitôt, de pouvoir adhérer à l'Allemagne, juste pour se débarrasser des Suisses et des Autrichiens.
-
Bien : Ma conclusion, c'est la défense et la valorisation de l'Etat de Droit, le "Rechtsstaat", pilier de la liberté et de la démocratie. Si certains préfèrent les Etats de non-droit, je leur souhaite beaucoup de plaisir, car ils vont rapidement déchanter, dans des Etats de non-droit qui deviendront très vite des Etats arbitraires et totalitaires, avec leur Pravda, leur KGB, leur Stasi, leur Securitate, leur Geheime Staatspolizei, Gestapo en abrégé, et, bien entendu, leurs arrestations (arbitraires, puisqu'il s'agira d'Etats arbitraires...).
-
Michel Garroté pour LesObservateurs.ch 6.10.2017

17 commentaires

  1. Posté par Ilmryn le

    Réponse à P pour : « Et si les dirigeants catalans déclarent l’indépendance, comment vont réagir les barcelonais (ou catalans en général) qui sont contre ? Quitter le pays ? Se battre contre les indépendantistes ? »
    Continuer à vivre en paix avec leurs voisins pourquoi diable en serait-il autrement ?

  2. Posté par Alberto Da Giussano le

    [Posté depuis Milano – Italie du Nord] *

    Juste rajouter qu’il faut éviter absolument de tomber dans les aberrations matérialistes des ‘’communistes’’ et autres ‘’trotskistes’’ pour juger des revendications d’un peuple ou d’une nation, relatives à son droit de continuer d’exister … car c’est précisément dans un but contraire que ces ‘’idéologies ont été conçues !
    En effet, l’on pourra toujours reprocher bien des choses à mes frères italiens du nord ou ici à nos braves (mais carrément à l’ouest quand ils sont de ‘’gôche’’) amis catalans mais pas d’être forcément des nantis ‘’égoïstes’’ comme … les immigrationnistes gauchistes se plaisent avec un total mépris du ‘’padamalgame’’ (eh oui quand cela les arrange ils ‘’amalgament’’ pire que les autres !) à le décréter !
    NON ni les italiens du nord ni les catalans ne sont des privilégiés parasitaires !
    Non ils ne sont pas tous des nantis égoïstes … loin s’en faut !
    Par contre que même les moins riches d’entre eux entretiennent par leur labeur et leur honnêteté, et au détriment des leurs, des masses d’italiens ou d’espagnols d’autres nations historiques d’Espagne ou d’Italie qui ne leur en tienne aucune reconnaissance : cela n’est plus à démontrer !
    « La Catalogne (qui) s’enrichirait de l’apport des autres » ?
    Ici j’entends les mêmes âneries, sauf qu’il ne s’agit pas de la Catalogne mais de mon Italie du nord.
    A laquelle (et comme à ces pauvres allemandes …) ses ‘’élites’’ imposent d’être ‘’enrichie’’ de force par l’immigration de masse et leur propre autodestruction consécutive.
    Et cela depuis les années 1960 !
    Au nom du jacobinisme pour commencer, en y favorisant en Espagne un flux massif d’autres espagnols castillans, andalous … ou en Italie un flux massif d’italiens du sud vers l’Italie du nord (alors qu’avant sa conquête par le franc-maçon Garibaldi le Royaume des Deux-Siciles était autosuffisant et financièrement très bien pourvu) ; puis à partir des années 1990, et sous d’autres prétextes, en y imposant des flux massifs d’extra-européens (en fait un processus téléguidé et encouragé dès l’origine par les USA, par de puissants réseaux maçonniques, par les communistes et … par le clergé Vatican II).

    Or l’on ne peut avoir des relations saines avec tout un chacun que si l’on ne détruit pas se faisant sa propre personnalité, sa propre dignité, sa propre capacité d’exister.
    La ‘’non existence’’ n’est qu’une fuite en avant pour bobos mégalos autant que névrosés.

    PS : Mille Grazie à Maurice pour son poste très érudit et intéressant !

    * Je suis italien du nord (de Lombardie).

  3. Posté par Mateo Sollner le

    @ Rata Voliva. Pour que les conditions d’auto-détermination s’appliquent, il faut qu’il y ait une situation d’oppression (souvent applicable dans le cas d’anciennes colonies). L’erreur historique et l’ouverture de la boîte de pandore a été la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo par une partie influente de la communauté internationale (que l’Espagne, de façon intelligente, visionnaire et précisément pour des questions de politique intérieure n’a jamais reconnu, et où cette malade mentale de Calmy-Rey a joué un rôle majeur pour le compte de Clinton-Soros). Mais dans le cas de la Catalogne, quelle oppression? La Generalitat, qui félicite ses propres forces de sécurité, serait opprimée?! Restez sérieux. Le dossier n’est même pas recevable.

  4. Posté par RATA VOLIVA le

    Référendum « Illégal » OUI au vu de la constitution Espagnole , mais par rapport au droit Internationnal et inaliénable de l’Auto-détermination des Peuples ??? -inscrite dans la charte de l’ONU et depuis 1919 dans l’ex- SDN (sa prédécessrice) . Quand à la Savoie, rappelons le, entrée en FRANCE par un « Plébiscite » et liée a elle par un Acte Officiel et Constitutionnel non respecté ………..et baffoué (Neutralité Helvétique perpétuelle supprimée en complicité avec la Suisse -qui n’étant pas Grande puissance signataire de 1815 à Vienne , n’avait aucun droit de le faire ,(il manque a VIENNE 4 des 8 grandes puissance -et sans restituer l’avantage dont elle avait bénéficié en contrepartie soit la cession de 23 communes à Genève. Zône Franche -contrepartie de cette annexion , supprimée unilatéralement par la FRANCE . Rappelons que la SAVOIE, Pays annexé qui n’a aucune velleité de rejoindre la Confédération Helvétique, viable économiquement . L’ONU ne reconnaît pas les annexions et a refusé d’enregistrer le traité de 1860 remis en vigueur (après sa suspension de 10.06.1940 au 15.03.1948) et dont l’ONU a refusé en 2012 l’enregistrement du traité scélérat de 1860
    .Ma question est donc simple : Si la SAVOIE faisait un référendum(ce qui arrivera probablement) pour réclamer sa Souveraineté (après être entrée en FRANCE par le même procédé ) ……..jugeriez vous cette déclaration « unilatérale » de souveraineté comme illégale.? La FRANCE s’appuiera sur « la République UNE et INDIVISIBLE » …….en 1792 (1ere apparition de cette notion ) la République Française, rconnait le « PEUPLE SOUVERAIN DE SAVOIE  » Décret non abrogé . En 1958(date de la constitution qui fait réapparaitre cette notion ) la France n’apporte toujours pas la preuve de la remise en vigueur du traité de 180 conformément a l’ART; 44 du traité de paix avec l’ITLIE DU 10.02.1947.
    Rappelons que ce principe « Constitutionnel » a subi un précédent : EN 1962 la FARNCE perd 15 Départements d’Algérie . Ou serait l’illégalité ?

  5. Posté par P. le

    @Ilmryn : « Et quand justement une majorité écrasante dans une région conséquente vote démocratiquement pour changer de drapeau et de gouvernement, … »

    Il faut être prudent. Etes-vous sûr et certain qu’une majorité écrasante s’est prononcée ? D’après ce que j’ai lu à droite et à gauche, j’ai plutôt l’impression que les séparatistes ont voté et que les unionistes ne se sont pas déplacés, le scrutin ayant été déclaré anticonstitutionnel et illégal. L’autodétermination des peuples ne peut se faire que dans le cadre de la constitution. Sinon, c’est un acte de sécession, donc de une déclaration de guerre.

    Et si les dirigeants catalans déclarent l’indépendance, comment vont réagir les barcelonais (ou catalans en général) qui sont contre ? Quitter le pays ? Se battre contre les indépendantistes ?

    Comme le dit Mateo Sollner, Madrid aurait du organiser lui-même, démocratiquement le scrutin. Mais après, il aurait fallut assumer le résultat du vote, surtout côté catalan et Puidgemont (c’est-à-dire démissionner en cas de défaite et ne plus reparler d’indépendance). Mais une fois de plus, comment aurait-il été possible d’organiser un vote sur un sujet anticonstitutionnel.

    Chez nous, on a la chance de pouvoir modifier la Constitution en lançant une initiative. Les catalans auraient du commencer comme ça : lancer un débat aux chambres espagnoles en demandant une modification de la Constitution. Cela ne serait certes pas passé, mais au moins il y aurait eu débat.

  6. Posté par Panache l'Écureuil le

    Propos d’Ester Gallego, fondatrice de SOM Catalan, organisation indépendantiste catalane existant depuis 2014:
    « Nous sommes favorables à ce que Perpignan et le Roussillon reviennent à la Catalogne, ainsi que l’ensemble des Països Catalans, avec Valence et les Baléares. Mais pas l’ensemble des territoires qui relevaient de la Couronne d’Aragon (Aragon, Italie du Sud, Sicile, Seigneurie de Montpellier…) au Moyen-Âge ».
    Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer, mais elle manque pas d’air, celle-là! S’est-elle jamais demandé ce que pensaient tous ces Européens qui, selon elle, devraient « revenir » à la Catalogne? (sous-entendu indépendante. Pourquoi ne prononce-t-elle pas le mot?) Encore heureux qu’elle ne veuille pas revenir au Moyen-Âge!
    Source: Breizh-info.

  7. Posté par Mateo Sollner le

    Quant à l’article, c’est énormément de spéculation pour rien, navré pour les français, mais leur rôle est inexistant dans cette affaire, et c’est tant mieux. Ils ont simplement servi de base arrière logistique (comme avec les basques et l’ETA) pour l’organisation du référendum, vous comprendrez bien que tous les services de police espagnols étaient à la traque d’urnes, de bulletins de vote et tout autre matériel pouvant servir à la tenue du référendum. Toutes les imprimeries en Catalogne étaient surveillées voir saisies, et une commande d’urnes ou de boîtes (10’000 sauf erreur) auraient immédiatement été signalé. Le rôle de la France s’arrête là, une base arrière afin de faire rentrer le matos en douce. Le reste n’est que Valls ou autres politiciens opportunistes qui essaient d’attirer l’attention avec l’actualité, ou les médias qui surfont l’influence de la France dans cette affaire comme c’est le scoop du moment, point barre.

  8. Posté par Mateo Sollner le

    @ Hotch, ça tombe bien, la majorité des catalans est unioniste! Les pseudos-indépendantistes repoussent leur déclaration unilatérale d’indépendance, ils se dégonflent, aucun catalan n’a les couilles d’aller se déclarer indépendant…et je les comprends, imaginez le chaos à Barcelone dès la seconde où ils le font…il suffirait d’une étincelle pour que la ville/région se retrouve dans une situation de guerre civile et il faudrait l’intervention de l’armée ESPAGNOLE (les mossos ne feraient pas le poids) pour réinstaurer l’ordre…Le changement de domicile des sièges sociaux de la Caixa, Agbar, Fenosa, et autres grandes entreprises, ainsi que l’auto-exclusion de facto de l’UE fait réfléchir certains…vous-voulez un vote démocratique? Mais volontiers, et Madrid devrait même l’organiser, afin de clouer le bec une bonne fois pour toutes avec les illusionnistes indépendantistes! Cette situation n’est en rien comparable avec le Brexit, si la Catalogne devient indépendante, c’est grosso modo 35% de son PIB qui disparaît. Les menaces bidon et surfaites dans le cas du Brexit (un marché de 65 millions d’habitants qui a sa propre monnaie) sont réelles pour la Catalogne.

  9. Posté par Gaston Siebesiech le

    La France pourra faire des pirouettes, leur ennemi du sud, ne leurs parler pas des fruits, des vins espagnoles n‘a rien à dire! C‘est comme si Madrid donnait des conseils à Pariss sur La Corse, la Bretagne ,….!

  10. Posté par Gaston Siebesiech le

    Cette question est Franco-Française. Quoi qu‘elle fasse la terre continuera à tourner, toujours dans le même sens et toujours plus lentement mais ça cest de la physique.
    Depuis une semaine les médias nous annonce la victoire de Barcelone. Tout ce qui venait de Madrid étant contre la liberté, fasciste, franciste presque blocherien, enfin les réponses bateau concoctées en newsroom. Aujourd‘hui les mêmes médias font marche arrière, „oui mais“, „tient les tous les catalans ne suivent pas le gauchiste futur dictateurs de service! Un exemple typique de déinformation sentant bon le gauchisme flamboiant.
    La réponse extérieure est comme une claque, les bateaux de tourisme ne font plus escale, les touristes évitent la région, les crapeaux saignent l‘argent, les banques, l‘industrie vont voir ailleurs.

  11. Posté par Maurice le

    @Alberto sa Giussano – Le royaume d’Espagne n’est pas le berceau historique des rois Bourbons d’Espagne.
    En 1700, le passage du sceptre des Habsbourg d’Espagne aux Bourbons déclencha la guerre de la succession de l’Espagne qui dura 13 ans.
    Les Habsbourg y étaient depuis 1516, avec Charles Quint, par transmission d’héritage : fils aîné de Philippe Ier le Beau, archiduc d’Autriche et de la reine d’Espagne Jeanne Ire d’Espagne (dite la folle) ; les grands-parents maternels de Charles Quint furent Ferdinand II d’Aragon et Isabelle Ire de Castille (dits les Rois catholiques), qui, à la suite de leur mariage, avaient uni leurs deux royaumes pour n’en faire qu’un : le royaume d’Espagne, en 1479.
    Quant à la Catalogne, elle fit partie du royaume d’Aragon dès 1151, par le mariage de Pétronille, fille du roi d’Aragon Ramire II qui venait d’abdiquer, avec le comte de Barcelone Raymond Béranger.
    http://www.cosmovisions.com/histAragon.htm

  12. Posté par Ilmryn le

    Réponse à « El CID » sur le « califat du 9-3″ en France: Et bien au moins les choses seraient claires et « l’incendie » circonscrite à quelques régions, les autres étant incitées à ne surtout pas se laisser déborder pour ne pas finir pareil. Ce n’est que par la centralisation et le pouvoir tenu par des bobos gauchistes parisiens qu’on impose des populations à des gens qui n’en veulent pas localement. Si le 9-3 avait été indépendant avec un gouvernement proche de la population, il auraient réagi bien avant l’invasion.

  13. Posté par Ilmryn le

    Non désolé, les lois, les constitutions sont faites par des hommes POUR des hommes.
    Et quand justement une majorité écrasante dans une région conséquente vote démocratiquement pour changer de drapeau et de gouvernement, ce n’est absolument pas un viol de « l’état de droit ». Où est passé la fameuse « autodétermination des peuples » qui arrangeait tout le monde à la chute de l’URSS ?
    D’autre part regardez un peu en Europe, les petits pays de 2 à 10 millions d’habitants vont magnifiquement bien et sont les plus respectueux des individus alors que les mastodontes comme la France violent allégrement les droits de leurs concitoyens dans tous les domaines. Le régalien y est sinistré et l’état est devenu une vraie mafia qui pille le pays. 7 points de dépense de plus que la Suède pour des prestations régalienne et sociale minables et un endettement incontrôlable, c’est un exploit.

  14. Posté par Alberto Da Giussano le

    [Posté depuis Milano – Italie du Nord] *

    Que Mrs Michel Garroté ; Emmanuel Macron et tous ces ‘’Mrs.’’ de la classe politique ‘’française’’ se rassurent.
    Un tel problème National et identitaire ne risque malheureusement plus guère de se produire en France (hormis en Corse … j’espère !).
    Et ne risque, plus particulièrement, plus guère de se produire en Catalogne ‘’française’’ …
    Ayant eu l’occasion de faire quelques séjours dans les ‘’Pyrénées Orientales’’ (et entres autres à Perpignan) je peux témoigner ici que les autochtones catalans (et la langue catalane) ne sont plus (hormis dans quelques campagnes délaissées) qu’une minorité parmi tant d’autres beaucoup plus prolifiques (manouches, maghrébines, …) et beaucoup plus favorisées (APL, RMI, RSI, allocations familiales …) par cette France, leur ‘’grande nation’’ modèle.
    France qui fût d’ailleurs le berceau historique des Rois Bourbons d’Espagne ; Rois qui ne sont malheureusement plus de la classe de ceux Castillans d’Isabelle ou de ceux Aragonais de Ferdinand.

    * Je suis italien du nord (de Lombardie).

  15. Posté par Panache l'Écureuil le

    * La Catalogne est riche par rapport aux autres régions espagnoles. Gageons que si elle était pauvre comme Job, aucun Catalan ne réclamerait l’indépendance. En tout cas, elle n’aurait pas ce réflexe égoïste que manifestent certaines régions en Europe par rapport à leurs compatriotes de régions moins favorisées.
    * J’ai rencontré bien des Espagnols dans ma vie. La seule personne parmi ces personnes à être pour l’indépendance catalane était un Catalan de Barcelone.
    * Les citoyens, essentiellement catholiques, d’Irlande du Nord, demandent le rattachement à la République d’Irlande, à la mère-patrie en somme. Ce ne sont pas des indépendantistes, mais des rattachistes voulant achever le processus de décolonisation non complète en 1921.
    * L’indépendance du Kosovo est un acte honteux et abominable commis par l’UE, les USA
    et l’OTAN.

  16. Posté par El CID Campeador le

    Sans oublier en France « les territoires perdus de la République » qui deviendraient des califats ou émirats indépendants : califat du 9-3 ou de Seine Saint-dhimmi, émirats de Lunel, Vaulx-en-Velin, Marseille-Nord, etc…

  17. Posté par Hotch le

    Pour une fois, je ne suis pas d’accord avec vous.
    À mon avis, la population d’une entité territoriale est légitime pour décider seule de son appartenance à un ou l’autre état (pour autant que ce dernier l’accepte) ou -si elle considère que l’option est viable- pour choisir la voie de l’indépendance pure et dure.
    La notion d’état de droit ne devrait être invoquée qu’après la décision démocratique, au moment de se partager l’argenterie (et les dettes).

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.