Islamisme en Suisse : quel degré de gravité ? En débat

TeteDansSable_Comportement à Risqure

NDLR. Nos lecteurs nous écrivent

Islamisme en Suisse : quel degré de gravité ? En débat

 

Chers amis,

 

L’interview de Mme Keller-Messahli nous a beaucoup intéressé.

 

Mais je tombe sur celle de M. Montassar BenMrad, président de la Fédération des organisations islamiques de Suisse (FOIS), parue dans 24Heures du 22 septembre. Il montre que Mme Keller-Messahli relève d’un mouvement engagé et affirme que la situation, sans être facile, n’est pas toute sombre.

 

Voici un extrait de son interview:

 

« …Les acteurs musulmans qui présentent des positions polarisées ont une résonance médiatique plus forte. Cela fausse l’image des musulmans de Suisse. On entend souvent parler de Nicolas Blancho, du Conseil central islamique suisse, ou de Saïda Keller Messahli, du Forum pour un islam progressiste.

- Dans son livre, Saïda Keller Messahli décrit la Suisse comme une "plaque tournante de l’islamisme ». Quelle est votre lecture de la situation?

- La FOIS s’est positionnée contre ce pamphlet qui contient énormément d’informations fausses ou inexactes et trompe le grand public. Son auteure agite un épouvantail. Le délégué au Réseau national de sécurité (fédéral? JFC), André Duvillard, affirme au contraire qu’il n’y a pas de risque systémique lié aux mosquées en Suisse(…) Hansjörg Schmid, directeur du Centre Suisse Islam et Société à l’Université de Fribourg, a travaillé l’an passé avec 95 imams et conteste l’affirmation selon laquelle le pays compterait une majorité de centres salafistes (…). »

 

Qui croire?

 

Cordialement J.-F. C.

 

Le 4 sept. 2017 à 13:21, D.R. a écrit :

 

Chers amis,

 

Permettez-moi de vous signaler cette interview de Saïda Keller-Messahli parue samedi dernier (2 septembre 2017) dans Le Temps et dont voici quelques extraits :

 

 

" (...) La Suisse compte plusieurs prédicateurs islamistes et certaines mosquées, albanaises surtout, invitent régulièrement des prédicateurs salafistes étrangers. Comme celles de Regensdorf (ZH), de Viège et de Brigue. Car le wahhabisme, qui fonde la pensée salafiste, a mis le grappin sur les pays balkaniques musulmans après les guerres des années 90. (...)

Je reçois des informations que ni les journalistes ni les politiques ne possèdent, j’ai accès à la littérature salafiste qui y circule, imprimée en Arabie saoudite, au Kosovo, en Macédoine et en Bosnie. (...)

Les mosquées albanaises présentent aussi un danger, à la notable exception de celles qui sont affiliées à l’organisation de l’imam bernois Mustafa Memeti. En revanche, les quarante mosquées réunies sous la bannière de l’Union des imams albanais de Suisse de Nehat Ismaili sont salafistes. Cette organisation promulgue notamment des fatwas. Elle est liée à une union similaire du Bade-Wurtemberg, en Allemagne, salafiste, qui fait de la publicité sur sa plateforme pour les pires prêcheurs balkaniques et fait la promotion de discours violents et misogynes, par la distribution de milliers de CD aux mosquées allemandes et suisses. Une autre organisation basée à Onex (GE), l’Organisation européenne des centres islamiques (OECI), dont le but est de financer la construction de mosquées en Europe, est constituée de représentants de centres islamiques saoudiens en Europe et de prédicateurs qataris et saoudiens. Il se peut que cinq mosquées en aient profité en Suisse: à Volketswil, Netstal, Wil, Frauenfeld et Plan-les-Ouates – et peut-être bientôt Fribourg, où il existe un projet de construction de mosquée pour 8 millions de francs.

A Plan-les-Ouates, vous voulez parler de la mosquée Dituria (lire LT du 19.01.2017)?
Tout à fait. Dituria est d’obédience salafiste. Lors de son inauguration, les autorités locales étaient présentes, mais aussi le mufti du Kosovo, lequel avait reçu à Pristina, un mois plus tôt, le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (LIM) des Saoudiens, dont le but est de répandre de par le monde l’islam salafiste. Deux «savants» saoudiens qui publient des nouvelles en arabe ont salué son ouverture, avançant un coût de 4 millions de francs et la présence de personnalités religieuses importantes du Kosovo et même de l’ambassadeur du Koweït en Albanie. Si cette mosquée n’était pas importante, ces gens n’auraient pas fait le déplacement.

Ses responsables, que «Le Temps» a rencontrés, assurent que le financement de leur mosquée est local et qu’ils ne dépendent pas de l’Arabie saoudite…
Ils ont beau jeu de l’affirmer, puisque l’opacité financière et organisationnelle prévaut. Mais, encore une fois, les invités présents à l’inauguration d’une mosquée donnent des indications sur ses liens. Il faut comprendre que les réseaux de mosquées sont organisés de manière pyramidale. En Suisse, douze organisations fédèrent chacune plusieurs dizaines de mosquées, chapeautées par une fédération. Au sommet trône la Ligue islamique mondiale. C’est une véritable structure de pouvoir, un système pensé pour implanter partout un courant ultra-conservateur.

Dans cette nébuleuse, où se situent les mosquées turques?
La Turquie, membre de la Ligue, joue aussi un rôle de premier plan en Suisse: la totalité des 70 mosquées turques en Suisse sont dans la sphère d’influence d’Ankara. On a vu son pouvoir de mobilisation et d’espionnage, d’ailleurs, lors des dernières élections en Turquie. Une vingtaine de ces mosquées appartiennent au réseau Milli Görüs, islamiste et nationaliste, en lien avec les Graue Wölfe en Allemagne, un mouvement d’extrême droite turque. La Présidence des affaires religieuses en Turquie (Diyanet) soutient les mosquées turques en Suisse, y envoie et paie des imams ultra-conservateurs. Le président de la Fédération d’organisations islamiques de Suisse, Montassar Ben Mrad, est donc aussi lié à Diyanet. Il a d’ailleurs rencontré le président turc, Recep Tayyip Erdogan, en mars 2017.

Et les courants modérés, où sont-ils?
En Suisse, je ne les vois nulle part, sauf peut-être autour de Mustafa Memeti.

Les autorités seraient donc naïves?
Absolument, surtout la gauche, qui fait preuve d’angélisme, par souci de protéger les minorités et le multiculturalisme. Elle craint aussi d’apporter de l’eau au moulin de l’UDC. (...) "

 

https://www.letemps.ch/suisse/2017/09/02/lislam-radical-sest-invite-mosquees-suisses

 

Avec mes cordiales salutations,

D.R.

Autres commentaires :

"Comme tu le dis: "Qui croire"? J'en ai un peu assez qu'on nous rebatte les oreilles avec tant de bons musulmans. On est soumis à un conditionnement énorme et je me méfie absolument de tout.
Bonne journée. S.

"Les Balkans ont connu un Islam modéré, compatible avec notre démocratie, jusqu’à la chute de la Yougoslavie. Depuis lors, l’Arabie saoudite a engagé des moyens énormes pour diffuser son Islam salafiste dans ces pays. La communauté albanaise implantée chez  nous (à laquelle j’aurais proposé d’accorder la reconnaissance d’intérêt public à la place de la fumeuse UVAM) est malheureusement en train d’être rattrapée par les intégrismes qui se développent dans son pays d’origine. Saida K-M a malheureusement raison."

J.-A.H.

 

7 commentaires

  1. Posté par Helena le

    Pour les intéressés une conférence sur l’islam: L’islam dévoilé – conférence d’Odon Lafontaine (Olaf) à voir sur youtube.

  2. Posté par Sekeleno le

    En lisant toutes ces diatribes, je me demande encore pourquoi de pas considérer dans son essence, l’Islam et toutes ses déviances éthiques comme une Secte puissante et criminelle.
    Signé: Mohamet, mari de Aïcha 7 ans.

  3. Posté par G. Vuilliomenet le

    Montassar BenMrad, président de la Fédération des organisations islamiques de Suisse (FOIS) est un ISLAMISTE EN COSTUME CRAVATE.

    Quant à Hansjörg Schmid, directeur du Centre Suisse Islam et Société à l’Université de Fribourg, c’est soit un IDIOT UTILE DE L’ISLAM, soit un IMPOSTEUR.

    J’aimerais surtout savoir ce qui est RÉELLEMENT enseigné à ces imams. D’ailleurs, ils sont déjà imams lorsqu’ils franchissent les portes de l’université de Fribourg, ils connaissent donc les textes islamiques. Ils doivent vraiment se foutre, en aparté, de la gueule des rigolos qui leur offrent l’islamisation de la Suisse sur un plateau.

    Ils devraient méditer les propos de Winston Churchill après la signature des accords de Munich : « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. ». L’université de Fribourg suit le même chemin que les lâches qui ont signé les accords de Munich.

    HONTE A L’UNIVERSITÉ DE FRIBOURG ET A SES IDIOTS UTILES DE L’ISLAM

  4. Posté par Yolande C.H. le

    Qu’est-ce qui permet de distinguer les musulmans vivant en Suisse de ceux qui sont établis ailleurs ?
    L’islam, qui concerne plus d’un milliard d’individus, ne donne pas l’image d’une religion de paix ni de tolérance, bien au contraire. L’épouvantail, on le voit par les informations quotidiennes (de plus extrêmement filtrées pour ne pas effrayer la société occidentale).

    En quoi la Suisse serait-elle plus à l’abri ? Ce n’est pas parce qu’on change de pays qu’on modifie ses convictions profondes. La radicalisation (lecture radicale du Coran) n’est pas extérieure à l’islam, et ce n’est l’islam qui peut la réprimer: il a des même des citoyens suisses qui se convertissent. Concernant la sécurité du territoire, les musulmans se reposent (au sens plein du terme) totalement sur les états de droit, ce qui ne fait qu’élargir le fossé et leur permet, de plus, d’accuser les non musulmans d’inciter à la violence.

    Même en Suisse ces communautés nécessitent des clarifications successives, vu la rigidité de leur idéologie. Rien que le fait d’essayer de convaincre qu’il n’y a pas de problème démontre en fait que problème il y a.

    Aujourd’hui, il n’y a aucune revendication ni menace faites au nom du christianisme, ou de la Bible, pour faire plus général, ce qui n’est pas le cas pour l’islam. Du monde chrétien sont issus des politiques progressivement dégagées de l’emprise religieuse. Il n’y a donc aucune raison qu’une religion importée qui ne peut se réformer vienne imposer ses diktats et mette nos sociétés constamment sous pression.

  5. Posté par Gabrielle le

    Je n’ai aucun doute sur les vérités exprimées par Mme Keller-Messahli. Concernant la future construction de cette mosquée dans le canton de Fribourg, dont le lieu est semble-t-il tenu secret, quelqu’un a-t-il des infos ? Mettra-t-on sur pied quelque chose pour tenter (certainement en vain comme souvent…) de s’opposer à cette construction ?

  6. Posté par Nicolas le

    Toute polémique est vaine au regard de l’Histoire. Les faits sont têtus, ils se répètent depuis des siècles et dans le monde entier selon le même scénario. Dès que les adeptes de cette mouvance satanique sont suffisamment nombreux pour prendre le pouvoir, ils asservissent ou exterminent tous leurs contradicteurs. Alors tant qu’à faire dans l’absurde, autant débattre sur le sexe des anges.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.