Vite, une collecte ! La chronique d’Yvan Perrin

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
collecter-de-l-argent-14753

Décidément, depuis que la presse s'intéresse vraiment à l'islamisme et à ceux qui le propagent chez nous, on en apprend de belles. Il y a peu, c'est le brave Abu Ramadan, imam radical qui appelle Allah à détruire les ennemis de l'islam, les Juifs, les Chrétiens, les Hindous, les Russes et les Chiites qui apparaissait enfin au grand jour. On apprenait ainsi que ce personnage si bien intégré avait touché CHF 600'000.— des services sociaux pour répandre son venin. Il aurait bien voulu travailler mais la pratique de sa religion alliée à une connaissance limitée de nos langues nationales l'en ont empêché. Il aurait bien voulu apprendre le français mais son enseignant changeait souvent, ce qui rendait les leçons peu profitables d'autant plus qu'elles n'avaient lieu qu'une heure par semaine. Bref, ce n'est pas facile pour lui.

Tout dernièrement, c'est Nicolas Blancho et sa bande du Conseil central islamique de Suisse qui faisaient parler d'eux. Le Ministère public de la Confédération leur cherche des poux dans la tête pour avoir éventuellement et fortuitement fait un peu de publicité pour Al Qaïda, ce qui est condamnable dans notre pays. On verra ce que donnera la procédure appelée à finir devant la Cour européenne des droits de l'homme, mais on s'intéresse déjà à savoir comment nos joyeux drilles vont financer leur défense.

Aujourd'hui, en effet, la presse nous apprend que notre homme et son porte-parole Qaasim Illi vivent chichement, si chichement qu'ils ne sont pas en mesure de payer leurs primes d'assurance-maladie. Selon le Blick du jour, Sieur Blancho doit plus de CHF 7'500.—à sa caisse maladie plus quelques frais administratifs. Il est vrai que le personnage n'a plus rien versé depuis deux ans, ce qui doit finir par faire pas mal d'argent, d'où quelques procédures de recouvrement de créances. Cela fait vraiment plaisir à l'heure où nous attendons qu'Alain Berset nous présente les augmentations prévues pour 2018. Evidemment, MM. Blancho et Illi ne paient pas un sou d'impôts non plus et il y a peu d'espoir qu'ils en paient à futur, ne tenant évidemment pas à participer aux besoins d'une société qu'ils travaillent à détruire.

En fait, tout cela est rigoureusement organisé, comme pour Abu Ramadan. Les islamistes sponsorisés par les pays du Golfe veillent consciencieusement à parasiter notre système, ce qui accélérera son déclin et, partant, l'instauration de cette charia qu'ils appellent de leurs vœux. Fort heureusement, lorsqu'il est question d'organiser des manifestations appelant à notre perte, de généreux donateurs se manifestent, permettant à ces tiques de poursuivre leur action destructrice. Il en ira de même tout au long de la procédure lancée par le Ministère public. Sans le sou, les intéressés auront droit à l'assistance judiciaire, les donateurs anonymes finançant ce que l'Etat, dans sa rapacité bien connue, leur refuserait. En attendant, ces individus auront tout loisir de hurler à la violation de la liberté d'expression.

En clair, nous payons des impôts grâce auxquels les ennemis de ce que nous sommes financeront une partie de leur défense suite à leur apologie d'Al Qaïda et au surplus, nous veillons attentivement sur leur santé en voyant nos primes s'envoler d'année en année.

Elle est pas belle, la vie ?

Yvan Perrin, le 27 septembre 2017

17 commentaires

  1. Posté par leone le

    Scenario très similaire pour mon père également né en 1913. C’est à son décès à 90 ans que nous avons appris qu’il aurait pu demander des complémentaires, personne dans la famille le savait. A un étranger on aurait fourni à son entrée en Suisse une liste des prestations auxquelles il aurait « eu droit » avec avocat et interprète en prime.

  2. Posté par Mauron le

    Ma mère, née en 1913, avait depuis sa retraite, vécu de sa rente AVS (pas de 2ème pillier à l’époque) et de quelques économies faites sur son salaire. Au bel âge de 94 ans elle s’est décidée à demander les prestations complémentaires. Je me souviens de cette journée comme si c’était hier. Maman avait tellement honte d’aller demander des subsides que nous avons attendu au moins une heure avant de pénétrer dans le bâtiment administratif. Tu sais, me disait-elle, on va rentrer, tout ça me rend malade, j’ai tellement honte. Je vais me débrouiller à mon âge je n’en ai plus pour longtemps. Quand elle s’est retrouvée devant le fonctionnaire elle n’a pas pu retenir ss larmes. Cet épisode l’avait tellement boulversée que trois jours après elle a eu un infarctus. L’Etat a payé encore deux ans les prestations complémentaires… Après cela elle est morte.
    Les temps ont bien changés

  3. Posté par Jim Droz-dit-Busset le

    La situation une fois de plus excellemment analysee par Yvan Perrin est arrivee a un stade ou les vrais citoyens doivent absolument prendre tous les moyens necessaires afin de contrer ce cancer et comme nous sommes en etat de guerre , nos lois doivent etre modifiees en consequence ! La destitution d’une majorite des autorites choisissant la non-voyance et la soumission a ces barbares devront passer devant la cour martiale et tres tres severement punies , car la collaboration au crime de la population indigene doit etre sanctionnee sans aucune pitie !

  4. Posté par Carlo le

    Il faut neutraliser au plus vite toute cette racaille islamique radicalisée qui s’encroute en Suisse: prison et expulsion directe à la sortie! Amnesty international et les autres droits-de-l’hommistes muselés…

  5. Posté par romolo Tusino le

    Andiamo al bar allah si trova aal bar……..
    En Suisse c’est pire qu’en Italie.
    Grand Dieu !!!!!!

  6. Posté par Hervé le

    Oui mais eux c’est que l’ancienne volée… Ne vous inquiétez pas, la prochaine volée c’est des docteurs et des ingénieurs hautement qualifiés. J’y crois des politiciens le disent. Cela dit en passant, je ne vois pas une grosse différence, financièrement parlant, entre eux et la moitié des élus qui touchent des milliers de francs par an et qui n’apportent absolument rien à la société. Être plus éloquent que la population (et encore…), ce n’est pas une plus-value.

  7. Posté par Sertorius le

    Posté par UnOurs le 27 septembre 2017 à 12h05
    ‘Je vais vous dire pourquoi personne ne bouge face à ces insanités, toujours plus fréquentes et toujours plus révoltantes.
    Parce que la seule vraie solution, c’est une solution « à la birmane » et personne, chez nous, n’est encore prêt à déployer ce genre d’énergie.
    Avons-nous encore cette force vitale ?’

    Cela fait plus de vingt ans que je dit la même chose: il n’y a pas d’autre solution. Le temps qu’il faudra en poursuivant l’issu par législation et action judiciaire, les traitres parmi nos élus, ainsi que leurs troupes, qui avancent cette agena auront tous les affranchis étrangers qu’ils ont besoin pour forcer leur globalisme sans frontieres comme un fait accompli. Couper les tentacules ne suffit pas, il faut couper la tête ou ce trouve le cerveau du complot. Il faut un tribunal militaire avec un peloton d’éxécution: qu’importe ce que dit la Constitution sur ce sujèt.

  8. Posté par Peter K le

    Nous devons demolir ce systeme, l’abattre, nous sommes en guerre civile et de civilisation, il en va de notre survie! Assez d’initiatives et de blablas, aux armes!

  9. Posté par leone le

    @Bussy
    Je vois venir le jour pas si lointain où ma rente AVS ne suffira plus pour payer les impôts et les primes de caisse-maladie. Et cela à cause de cette invasion de profiteurs qui entrent dans notre pays pour glander et bénéficier de nos largesses.
    Je me suis rendu plusieurs fois à la polyclinique de l’Insel à Berne. Dans la salle d’attente je me demandais dans quel pays j’étais et on recevait ces gens avec des interprètes. Je devais me démerder par moi-même si d’aventure le médecin ne parlait qu’allemand, pas de traducteur pour le citoyen suisse qui a cotisé toute sa vie au système social. Il y a de quoi se demander si on ne s’est pas fait rouler dans la farine.

  10. Posté par Marylin le

    Merci Monsieur Perrin!
    Oui à  » No islam »
    Oui à  » No sharia »
    Oui à  » No halal »
    Oui à « No Billag »
    Sans islam en Europe, que la vie serait douce…

  11. Posté par UnOurs le

    Je vais vous dire pourquoi personne ne bouge face à ces insanités, toujours plus fréquentes et toujours plus révoltantes.
    Parce que la seule vraie solution, c’est une solution « à la birmane » et personne, chez nous, n’est encore prêt à déployer ce genre d’énergie.
    Avons-nous encore cette force vitale ?

  12. Posté par UnOurs le

    « Allocs ‘ o akhbar » !

  13. Posté par Bussy le

    Ce que nos autorités n’ont pas encore compris, c’est que les contribuables acceptent, en grimaçant certes, de payer des impôts parce qu’ils comprennent que c’est pour le bien commun, par exemple ceux qui n’ont pas d’enfants acceptant de payer des impôts pour l’instruction des enfants des autres ceux-ci allant payer leur retraite, etc.
    Où ça va se gâter, c’est que les gens vont se rendre compte de plus en plus qu’ils paient des impôts pour des gens qui n’apportent rien à la société, ou alors que des problèmes, qui revendiquent des traitements privilégiés à sens unique, qui parasitent le système et vident les caisses….
    Donc tôt ou tard, les contribuables vont avoir beaucoup de peine à payer leurs impôts, voire refuser de les payer ou s’arranger d’en payer le moins possible….

  14. Posté par pepiou le

    La naïveté de la plupart de nos dirigeants non seulement confine à la bêtise, mais de plus met le pays tout entier en danger. Avoir attendu aussi longtemps avant d’agir aussi mollement enlève le peu de crédit qu’il restait aux responsables des institutions sensées protéger la Suisse des ennemis de la liberté et de la démocratie. Lorsque l’on est incapable, par manque de volonté ou de moyens, d’agir face à une menace réelle fut elle religieuse ; alors il est grand temps de changer les hommes et les lois. Les individus envoyés pour nous nuire sont pour la plupart issus de pays affiliés à l’ONU et donc leurs lois religieuses ne les empêchent pas de siéger ; même à la commission des droits de l’homme ; donc faisons preuve de réciprocité et interdisons de même tout acte ou religion contraire à nos traditions. Si l’islam fût jusqu’à peu et encore maintenant, pillard et esclavagiste ; nous, peuple suisse, fûmes, poussé par la pauvreté, les soldats mercenaires les plus redoutés du continent. Redoutés, il est temps que nous le soyons à nouveau par la sévérité de nos lois et de notre volonté de bouter nos ennemis hors de notre patrie.

  15. Posté par oxygène le

    Il semble que sans appartenir à l’UE, la Suisse fonctionne exactement comme la France.

  16. Posté par leone le

    Vous avez raison M. Perrin, cette racaille phagocyte notre société et, non seulement nous laissons faire, mais nous finançons.
    Peut-on vraiment, comme vous le suggériez dans une précédente chronique, croire qu’avec : Cassis au CF les deux UDC vont se réveiller, museler Sommaruga la disciple de Merkel et prendre des mesures qui soient efficaces???

  17. Posté par Antoine le

    J’encourage d’utiliser tous les moyens légaux pour :
    – Condamner et EXPULSER toute cette racaille malfaisante (secte mortifère)
    – De ne plus payer d’impôts ou le moins possible (à étudier au cas par cas !)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.