Suisse: Le parlement refuse de couper dans la redevance

no billag

L'initiative dite «No Billag» a été rejetée lundi par l'Assemblée fédérale. Au peuple désormais de se prononcer.

L'issue de la votation populaire, qui pourrait intervenir dès le 4 mars, soulève de nombreuses craintes chez les partisans du service public. Le «oui» de justesse à la réforme de la redevance en juin 2015 a montré une certaine grogne au sein de la population. Selon plusieurs représentants de l'UDC, elle est due à l'arrogance et à la politisation de la «chaîne d'Etat».

(...)

 

Source et article complet

4 commentaires

  1. Posté par philippe le

    on en a assez de ce monopole gauchiste qui c’est arrogé le pouvoir total des informations Radio et TV , il faut que cela change. La redevance n’a plus lieu d’être avec les revenus de la pub .

  2. Posté par Blocus le

    C’est la totale:
    […] »Daniel Brélaz (Verts/VD) a mis en garde contre une mainmise de Christoph Blocher ou du Qatar, qui serait aussi politique.
    Pis, le paysage audiovisuel suisse, en tant que marché, serait à la merci des médias étrangers. Il ne faut pas s’attendre à ce que des chaînes comme TF1 se mettent à couvrir l’information suisse, a prévenu la ministre de la Communication, Doris Leuthard.
    Plusieurs orateurs ont évoqué une «berlusconisation» et un coup sérieux porté à la production cinématographique suisse. La diversité culturelle et linguistique est en jeu. »[ …]

  3. Posté par rikiki le

    Il y aura certainement une grosse surprise de la part des électeurs…

  4. Posté par Sergio le

    La chaine d’État fanfaronne. Elle est sûre d’être un colosse que rien ni personne ne pourra déloger de la position ultra dominante qu’est la sienne.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.