UE: l’intégration des Balkans, une menace pour la sécurité européenne?

BalkansCarte

 

UE: l'intégration des Balkans, une menace pour la sécurité européenne?

Lors de son discours annuel sur «l’état de l’Union européenne», le président de la Commission Jean-Claude Juncker a appelé à poursuivre l’élargissement de l’Union européenne dans les Balkans. Il s’agit notamment de l’Albanie, la Serbie, le Kosovo, le Monténégro et la Macédoine. Pourtant, il y a des députés qui sont opposés à cette idée car la sûreté des Etats en question suscite toujours des inquiétudes.

Fragiles et instables, les pays des Balkans sont confrontés à de nombreux problèmes épineux qui menacent également l’Europe et en cas d’adhésion, risquent de faire exploser l’UE.

 

Migration clandestine

 

Les Balkans, proches géographiquement de la Turquie, sont exposés directement aux flux de migrants illégaux. En dépit de la fermeture de la route des Balkans en 2016 des centaines de réfugiés arrivaient encore chaque jour en Europe centrale via les vieilles routes de la Macédoine et de la Serbie, ou depuis la Turquie via la Bulgarie et la Serbie, indique l’anthropologue culturelle et spécialiste des politiques frontalières Sabine Hess après avoir analysé la situation depuis le printemps 2016 jusqu’à l’automne de la même année.

Donc, la région est toujours utilisée comme une porte d’entrée de l’Union Européenne. On ne peut qu’imaginer le nombre des migrants se dirigeant vers la France et l’Allemagne en cas de libre circulation au sein de l’UE.

Trafic d'armes et de drogue

Selon l’étude réalisée par le Pôle interministériel contre la criminalité organisée en Europe du Sud-Est, les Balkans sont une principale filière du trafic d'armes vers la France. En effet, une série d’attentats en France ont été effectués avec des armes provenant des Balkans. Un tiers des trafiquants d'armes possèdent des passeports serbes. Néanmoins la majorité d'entre eux ne sont pas Serbes par nationalité mais des Albanais du Kosovo.

En 2016, l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (Frontex) a signalé les dangers de la contrebande d'armes en provenance des Balkans. Son rapport souligne que l'achat de «Kalachnikov» et d'obus s’est simplifié, d'autant que l'ampleur du trafic d'armes en provenance des Balkans a augmenté suite à la crise migratoire. Près de 25 millions d'habitants des Balkans occidentaux détiennent chez eux entre 3,6 et 6,2 millions d'armes à feu, a annoncé l'AFP en se référant à un rapport de 2014.

Outre la contrebande d’armes, la région est aussi un point de départ du trafic de drogue en Europe.

La route des Balkans empruntée pour le trafic de drogue est apparue dans les années 1970, alors que le nombre de camions traversant l’ex-Yougoslavie ne cessait de croître. En 1984, l’accueil des Jeux olympiques à Sarajevo a contribué l’ouverture de la Yougoslavie aux forces extérieures, tandis que le pays servait de cadre à un trafic grandissant d’hommes et de marchandises. Les narcotrafiquants les plus connus sont les Albanais et les Kosovars.

D’après l’historien spécialisé sur les questions de trafic de drogue et de blanchiment Michel Koutouzis, l’implication des Kosovars «dans le trafic de drogues tient à plusieurs raisons: ils ont été utilisés comme supplétifs par les mafias turques, puis ils ont commencé à s’investir dans le petit détail, mais aussi ils ont compris que les Balkans étaient devenus un lieu de consommation en tant que tel.»

La crise dans les Balkans stimule une partie du trafic de drogue. Selon l'Observatoire géopolitique des drogues, les tensions militaires au Kosovo ont simplement modifié l'utilisation de l'argent des trafics, qui soutenait auparavant l’économie de la province. Désormais, cet argent finance la guerre et les terroristes.

Est-ce que l’Europe qui fait actuellement face au terrorisme et à la crise migratoire est prête d’accueillir ces pays douteux? La réponse est bien évidente.

Ainsi, avant de parler de l’intégration des Balkans à l’UE il faut d’abord régler la situation dans la région pour réduire la menace liée à la migration illégale et au trafic d’armes et de drogue.

Maria Haros, blogueuse d'origine grecque, 21.9.2017

Références:

http://www.liberation.fr/planete/2017/09/13/ue-juncker-veut-accelerer-l-integration_1596173

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/drogues-dures-radiographie-d-un-trafic-croissant-5118567

http://www.confluences-mediterranee.com/IMG/pdf/3004.chassagne.pdf

https://leshommesdelantimafia.wordpress.com/tag/route-des-balkans/

http://www.bvoltaire.fr/attention-danger-faire-maintenir-paix-balkans-occidentaux/

 

2 commentaires

  1. Posté par Bussy le

    Fuite en avant de la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf, et c’est sûr que ces pays seront un plus pour l’UE, plus de trafics en tous genres, plus de fraudes en tous genres, plus de violence en tous genre, plus de musulmaneries en tous genres, plus de migrants ….. mais plus de débouchés des produits made in Germany, donc en avant toute !
    Le bon côté, c’est que ça poussera dehors les pays d’Europe Centrale, où on pourra aller se réfugier quand les pays de l’UE et la Suisse seront en pleine libanisation et guerres tribales !

  2. Posté par Sam Fisher le

    Vas-y Jean-Claude, fonce! Et enfonce toi, jusqu’au cou. Tout ce qui accélérera l’effondrement de l’UE et bon a prendre.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.