Pierre Maudet, le sacre attendra

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
couronne

Les contribuables genevois sont soulagés, financièrement du moins. Ils n'auront pas à sponsoriser le sacre de Pierre Maudet. L'homme n'a pas été retenu par l'Assemblée fédérale qui lui a préféré Ignazio Cassis. Au vu de la belle unanimité que son canton affichait derrière ses ambitions nationales, le candidat défait pouvait y croire. Tout le monde disait tant de bien de lui, on lui prêtait toutes les qualités, toutes les vertus; sympathique, beau, jeune, dynamique, pragmatique, humaniste, la liste est longue des qualificatifs élogieux. Présent partout, un avis sur tout, une solution pour tout, l'homme a sillonné notre pays en tous sens afin d'informer les populations qu'il faisait don de sa personne à la Suisse, chose qui n'allait pas manquer de soulever une vague d'enthousiasme dans les campagnes. Difficile d'évaluer l'impact Maudet en milieu rural mais pour ce qui est des médias, ils ont été très rapidement conquis. Il est vrai que le candidat jouissait dès avant sa candidature d'une vive sympathie médiatique. L'opération Papyrus a été saluée un peu partout comme la solution ultime au problème des sans-papiers. Il suffisait simplement de donner des papiers à ceux qui en étaient dépourvus. Il fallait y penser, Pierre Maudet y a pensé et l'a fait. Il est vrai que quelques pisse-vinaigres ont pu estimer que Papyrus devait surtout à l'incurie du même, incapable de lutter contre le travail au noir, mais ce ne sont que de viles médisances. Le courageux Conseiller d'Etat pouvait d'ailleurs compter sur l'appui de la Conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga, celle qui nous impose les migrants d'Angela Merkel. C'est dire s'il avait raison.

Ce n'est donc pas par hasard que la gauche a fait de Pierre Maudet son champion. Christian Levrat ne pouvait supporter l'idée que la droite soit enfin majoritaire au Conseil fédéral, reléguant de facto les deux représentants socialistes à leur vraie place. Le parti à la rose a ainsi appelé le PDC à soutenir le Genevois au motif qu'il n'était pas dans l'intérêt des démocrates-chrétiens d'avoir une majorité bourgeoise au gouvernement. Bel aveu de la gauche au sujet du candidat qu'elle reconnaissait comme l'un des siens. Une image valant mieux que mille mots, les observateurs auront remarqué la bobine de Rémy Pagani, très à gauche maire de Genève, à la tribune de l'Assemblée fédérale, l'homme étant venu soutenir Pierre Maudet. Serions-nous audacieux que nous oserions le qui se ressemble s'assemble.

Si la gauche vient d'enregistrer une lourde défaite ce matin, il en va bien sûr tout autrement de la Suisse qui fait une excellente affaire. Conscient qu'on ne saurait servir deux maîtres, Ignazio Cassis avait fait savoir dès le début qu'il renonçait à sa double-nationalité pour endosser le costume de Conseiller fédéral, ce qui n'avait pas manqué d'irriter fortement les bonnes âmes pour qui ce geste démontrait que le Tessinois vendait la sienne à l'UDC. Aucune confusion des genres n'est donc à redouter par rapport à un autre pays. Désormais formé de quatre membres bourgeois, d'une représentante à géométrie variable et de deux socialistes enfin minoritaires, le Conseil fédéral est maintenant en mesure de défendre efficacement les intérêts de notre pays, notamment face à une Union Européenne de plus en plus vorace. Simonetta Sommaruga ne pourra peut-être plus faire de la Suisse un protectorat allemand par son humiliante allégeance à Angela Merkel, ce qui nous permettrait de mettre un peu d'ordre en matière d'asile et de sauvegarder notre tradition libérale sur les armes. Il est bon de rêver.

En attendant de juger le nouvel élu sur ses actes, réjouissons-nous que le Parlement ait choisi la Suisse plutôt que Pierre Maudet. Sans doute nombreux sont les grands électeurs qui ont voulu rappeler à l'infortuné que nous ne sommes pas en France, qu'il ne suffit pas de participer au concours "ma binette partout" pour accéder à la magistrature suprême et qu'il est peut-être délicat de se proposer en modèle sécuritaire tout en tolérant ce qui se passe à la mosquée du Petit-Saconnex.

Bref, pour Pierre Maudet, ce n'était pas le jour. Les Genevois, par contre, doivent se réjouir. Ils vont pouvoir bénéficier de la sagesse du magistrat durant plusieurs années encore avant, sans doute, de l'envoyer à Berne pour y étudier les us et coutumes des lieux. Il aura ainsi une nouvelle occasion de proposer ses services au pays, après avoir côtoyé ces parlementaires qui lui ont dit non aujourd'hui, ces parlementaires dont il se gausse volontiers, incapables qu'ils sont de résoudre les problèmes dont il détient la solution. Pierre Maudet pourra ainsi constater qu'il n'a pas perdu par manque de compétences mais par excès d'arrogance.

Yvan Perrin, 20.9.2017

11 commentaires

  1. Posté par Andrea le

    D’ici à ce que Maudet soit CF, nous aurons fait cadeau de Genève à la Savoie

  2. Posté par Jacques le

    @ Roland Marquis
    Votre humour grinçant est un peu cruel, mais il dépeint malheureusement la triste réalité.

  3. Posté par Roland Marquis le

    Il est vrai que l’Assemblée fédérale préfère élire des candidats visionnaires, pleins d’idées et aptes à affronter la vraie réalité dans laquelle les mondialistes nous ont mis. Deux exemples? Ueli Maurer et Guy Parmelin. Ces politiciens hors pairs vont tenir et développer la Confédération de façon exemplaire et cela plaît aux centres-gauches qui, eux, peuvent se frotter les mains.

  4. Posté par Mady le

    Merci Monsieur Perrin pour votre excellent article et comme toujours je l’ai lu avec un réel plaisir. En plus, je suis ravie de l’élection de Monsieur Cassis au Conseil Fédéral.

  5. Posté par philippe le

    En général ceux qui échouent n’y iront jamais !

  6. Posté par G. Vuilliomenet le

    « Les Genevois, par contre, doivent se réjouir. Ils vont pouvoir bénéficier de la sagesse du magistrat durant plusieurs années encore avant, sans doute, de l’envoyer à Berne pour y étudier les us et coutumes des lieux.  »

    Ou pas! Tout dépendra du PLR et si ce parti ose enfin présenter des candidats patriotes et non de vils traîtres qui n’hésitent pas une seconde à bafouer les lois de ce pays, comme l’opération Papyrus par exemple.

  7. Posté par Tommy le

    Ignazio Cassis a aussi pour projet de libéraliser, sous contrôle, le commerce de la cocaïne.
    Qui serait peut- être vendue en pharmacie.
    Je n’en suis pas forcément content, mais quelle joie de faire chier les trafiquants du Nigéria!!!!
    50 balles chez le glandeur à sandales et 20 chez le pharmacien!
    Peut-on me rassurer? Ai- je bien compris le projet de notre nouveau conseiller fédéral?

  8. Posté par Marylin le

    Excellent article! J’ai le sourire jusqu’aux oreilles tellement que c’est jouissif à vous lire!!

  9. Posté par Jacques le

    Sacré Yvan Perrin ! Quel excellent article, votre plume acérée a beaucoup de talent. Ce brave Maudet se prenait pour le « Macron made in Switzerland », mais il n’était pas tout à fait sûr de son coup. Alors il a conservé son passeport français…

  10. Posté par Blocus le

    Bon, aux prochaines élections genevoises, il faudra éjecter le mégalo, le Jupiter suisse pour que sa chute soit définitive et qu’il s’écrase comme un météore.
    Pascal Couchepin l’avait surnommé: « un météore »

  11. Posté par bigjames le

    Très bien tout ça.
    On attend maintenant des actes du côté de nos deux UDC, puisqu’ils ont de l’appui et sont soi disant en position de force.
    J’attends pour voir.
    Mais Maudet hors jeu est la bonne nouvelle du jour.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.