« Étrangers déboutés, radicalisés ou criminels » : 4816 renvois attendent toujours

Moutons noirs affiche UDC

« Étrangers déboutés, radicalisés ou criminels, 4816 renvois attendent toujours ». Tel est le sujet traité en couverture et en pages 2-3 dans le Matin du 19 septembre 2017. Un dossier signé Cléa Favre.  

« Il faut régler ce problème »

[...] « Cela ne fait pas neuf mois que Maurice Ropraz, président du Conseil d’État fribourgeois, a repris la Direction de la sécurité et de la justice et il est déjà très remonté. Sa colère porte sur l’exécution des renvois qui se heurte à des difficultés qu’il qualifie d’insurmontables dans une lettre envoyée à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

Dans ce courrier adressé le 24 août à la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), Maurice Ropraz parle plus spécifiquement des ressortissants algériens ayant vu leur demande d’asile déboutée ou contrevenant à la Loi sur les étrangers. «Ceux-ci ne peuvent pas être contraints de quitter la Suisse, explique-t-il. Et ce même dans les cas où la sécurité publique exigerait absolument un éloignement de notre pays.»

En cause: un accord de réadmission avec l’Algérie signé en juin 2006 et entré en vigueur en novembre 2007, mais qui n’inclut pas les vols spéciaux. «La situation est grave. Elle entretient l’idée parmi la population que les cantons n’assument pas leur rôle dans la mise en œuvre des renvois, juge Maurice Ropraz. Surtout, des personnes radicalisées ou représentant un danger pour les citoyens disparaissent dans la nature. Au final, cela crée un système à deux vitesses entre les pays qui respectent les attentes de la Suisse et ceux qui refusent de collaborer.» [...]

[...] « L’Algérie n’est pas le seul pays avec qui la Suisse rencontre des complications. Interrogé sur cette question, le SEM cite également l’Ethiopie, l’Iran, le Maroc et la Mongolie. Toutes régions confondues, actuellement 4816 personnes sont en suspens au niveau du renvoi. Où se trouvent-elles alors? «En principe, dans les structures d’aide d’urgence», répond le SEM. » [...]

https://www.lematin.ch/suisse/renvoi-criminels-etrangers-pose-probleme/story/13989049

**************

Cenator : Ce genre d’article veut prouver, en jetant un os à ronger, que le journal parle réellement des problèmes qui préoccupent la population.

En réalité, nous ignorons totalement ce que ces 10 dernières années ont « coûté » à la Suisse en termes de :

- personnes arrivées en Suisse au nom de l’asile.

- personnes arrivées en Suisse par regroupement familial.

- personnes arrivées illégalement en Suisse.

- naissances survenues chez ces personnes.

- coûts réels engendrés par toutes ces personnes.

Et avant toute chose, le problème demeure, rien n’est résolu, nos frontières béantes et nos lois suicidaires continuent de participer à la destruction de notre pays par l’invasion migratoire et l’islamisation du pays.

3 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    Qu’est-ce qu’on attend pour les EXPULSER ? Faut-il attendre que les caisses soient vides ? leur  »bon vouloir » ? ou on attend 10 ans et on les naturalise … on cache le problème, la Suisse a une administration FAIBLE pour les migrants et très RÉPRESSIVE contre les autochtones …

  2. Posté par Vengeur le

    Et les 5000 déboutés de Zurich on les oublient déjà ?? ces merdias ne sont que de la fange malodorante.

  3. Posté par pepiou le

    Ils ne veulent pas se soumettre volontairement à une mesure d’expulsion et bien les travaux forcés à 2 milles mètres dans les alpes leur redonneront envie de retrouver leurs familles au pays.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.