Médias. Les Rohingas : comparez ce qu’en dit la RTS et la Réinformation. Edifiant!

Uli Windisch
Rédacteur en chef
Médias. EteignezlesTvAllumez les cerveaux

NDLR. D’un côté, écoutez « L’édito » du 16.9.2017 du journaliste militant bien-pensant J.-M. Béguin (c’est vite écouté 2′ 11) et ensuite lisez l’article d’un vrai connaisseur qui cherche à approcher la vérité! Cela en dit long sur la bien-pensance journalistique et la nécessité de la lutte contre le fameux monopole du Service dit public.

1. L'édito de Jean-Marc Béguin du samedi 16 septembre 2017 intitulé  :" où sont les gentils bouddhistes?"

 

2. L'article d'un connaisseur  du sujet  sur LesObservateurs.ch repris du site également de Réinformation  Polémia: " Rohingas : idéologieS et approche victimaire",  de Philippe Raggi :

le lien, ici

Le texte de

 

Rohingyas : idéologies et approche victimaire

Philippe Raggi, chercheur en géopolitique au sein du CF2R  (Centre français de recherche sur le renseignement).

♦ L’ennui avec une idéologie, quelle qu’elle soit, c’est que son approche de la réalité est rarement conforme aux faits. Lénine disait qu’il n’y avait que deux idéologies, l’idéologie bourgeoise ou l’idéologie socialiste (1). En cela, comme sur d’autres points d’ailleurs, il avait tort. Il y en a une troisième : l’idéologie de l’islam militant ou islamisme. Ainsi Jules Monnerot avait-il bien raison de dire que l’islam serait le communisme du XXe siècle (2). Cette affirmation se révèle et se constate tous les jours, l’actualité nous en donnant des éléments à flot constant. Pour l’illustrer, nous nous pencherons sur ce qui se passe en Asie du Sud-Est, précisément au Myanmar, ancienne Birmanie.

Le grand public a découvert ces dernières années, et plus encore ces derniers mois, une minorité dont elle ignorait jusqu’alors l’existence : les Rohingyas. Minorité ethnique et religieuse, elle est une de celles qui composent l’ensemble des habitants du Myanmar, avec la majorité birmane bouddhiste.

Malheureusement, ce public approche le conflit en question, par les informations qui lui sont données, de façon tronquée ; l’explication qui lui est donnée est monocausale. Rien n’est plus faux, surtout en matière de géopolitique.


Un tiers exclu

Les Rohingyas sont un sous-groupe du peuple bengalais situé sur le territoire de l’actuel Myanmar suite aux affres de la colonisation britannique. Les Britanniques ayant utilisé les Rohingyas dans la répression contre les Birmans, que ce soit lors de la conquête de ce qui allait devenir le Raj britannique ou au moment de l’indépendance birmane, cette minorité n’a jamais été considérée par la quasi-totalité des habitants de la Birmanie (puis du Myanmar) comme faisant légitimement partie des peuples constituant la « nation birmane ». Des groupes ethniques, le Myanmar en compte de nombreux – pas loin de 130 (3) – et pas toujours en sympathie avec le pouvoir de la capitale actuelle, Naypyidaw (4). En effet, que ce soit avec les Chans, les Chins, les Karens bien sûr, de nombreux conflits ont émaillé les rapports avec le pouvoir en place depuis l’indépendance en janvier 1948, notamment sous la junte militaire entre 1962 et 2011 et ce jusqu’à aujourd’hui.

Les Rohingyas ne parlent quasi exclusivement que le bengali, et ne sont ni intégrés et encore moins assimilés à leurs compatriotes bouddhistes. Depuis longtemps discriminés et persécutés dans le pays (ils n’ont pas le droit de sortir du Rakhine, n’ont pas de papiers d’identité), ils ne sont pas véritablement des citoyens mais ont le statut d’« associés » à la Birmanie ; bref, ils sont dans une situation bien plus difficile comparativement aux autres minorités ethniques ou religieuses, elles-mêmes souvent persécutées.

Géographiquement, les Rohingyas se regroupent à l’ouest du Myanmar, près de la frontière avec le Bengladesh, dans le nord de la province de l’Arakan (Etat de Rakhine), en un territoire ouvert sur le Golfe du Bengale. Ils constituent une des minorités dans ladite province, face aux Arakanais (bouddhistes) majoritains.

Minorité ethnique, les Rohingyas sont aussi une minorité religieuse en ceci qu’ils sont musulmans. C’est là qu’intervient l’approche idéologique du conflit (dont nous parlions au préambule), c’est là que les faits sont travestis, que s’ouvre le Story telling. Alors que l’on nous présente le conflit sous un angle exclusivement religieux (gentils musulmans contre méchants bouddhistes), nous pourrions dire, en utilisant un terme de juriste, que l’islam n’est en définitive pas le « fait générateur » du conflit. En effet, il y a d’autres fortes minorités musulmanes au Myanmar : il y a ceux d’origine indienne et ceux d’origine chinoise (Panthays). Or, que constate-t-on ? Que ces deux autres minorités musulmanes du Myanmar n’ont aucun souci d’intégration et qu’elles ne font pas l’objet de discrimination et de mépris de la part du pouvoir et/ou de la population du Myanmar, qu’il n’y a pas de conflit de la nature dont sont partie prenante les Rohingyas. Ainsi, présenter ce qui s’y passe sous l’angle d’une minorité musulmane opprimée du fait seul qu’elle professe l’islam ne tient pas la route. Par contre, ceux qui ont un intérêt particulier à ce que le conflit soit perçu de la sorte sont les idéologues : les islamistes et les mondialistes.

Les islamistes

Les premiers idéologues sont les islamistes, qu’ils soient locaux (Rohingyas, Bangalais), régionaux (du sud de la Thaïlande, de Malaisie, des Philippines et d’Indonésie) et aussi, bien sûr, ceux de la mouvance islamique pro-califat (Al-Qaida, Etat Islamique, Hizb-ut-Tahrir, etc.). Par la mise en avant de cette posture victimaire, « les » musulmans n’apparaissant plus médiatiquement avec le label « barbares terroristes », « oppresseurs » et « sanguinaires » mais comme des opprimés, un statut privilégié qui apitoie l’opinion et exonère de toute analyse (5), tant l’émotion tue la raison. De plus, en appeler à l’action des musulmans du monde contre les responsables au pouvoir à Naypyidaw, permet à ces idéologues, non seulement de permettre l’ouverture d’un nouveau foyer-creuset pour combattants jihadistes, mais encore de mobiliser les musulmans du monde (la Oumma) face à l’ennemi impie en une cause transnationale, globale.

Soulignons que dans ce conflit les armes ne sont pas que d’un seul côté. Les Rohingyas ne sont pas que des victimes, tuant et détruisant eux aussi ; et ce, avec autant de sauvagerie, de haine que les extrémistes birmans bouddhistes, civils ou militaires. Les Rohingyas ne sont pas épars et sans structures combattantes. Ils ont des groupes armés, mobiles et entraînés. Enfin, ce conflit n’est pas circonscrit aux seules limites du territoire birman de l’Arakan. Un certain nombre de combattants Rohingyas sont des jihadistes militants, en liaison étroite avec le Harakat al Jihad al Islami du Bengladesh voisin, ayant été entraînés par l’ISI (les Services pakistanais), souvent passés par les madrassas pakistanaises et ayant connu le théâtre afghan. Des liens ont été observés, par ailleurs, notamment entre les insurgés des trois provinces du Sud thaïlandais et les musulmans birmans des organisations Rohingya Solidarity Organization (RSO), Arakan Rohingya Islamic Front (ARIF) et de l’Arakan Rohingya National Organization (ARNO). Il est à noter, au passage, que la plupart de ces groupes islamistes armés ont leur siège au Bengladesh et qu’ils bénéficient de la bienveillance des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

Les mondialistes

Les autres idéologues sont les mondialistes. Ces derniers utilisent, eux, un autre ressort idéologique : les « droits de l’homme », ceci pour de simples mais colossaux intérêts financiers. Ces mondialistes appartiennent à deux groupes qui ne sont pas sans liens : des intérêts privés et des intérêts étatiques. Les premiers étant de grands groupes pétroliers (notamment britanniques et américains, tels Exxon, British Petroleum, mais aussi Shell, etc.). En effet, on constate que le groupe Total, présent au Myanmar depuis 1992, subit depuis deux décennies des attaques incessantes via des ONG anglo-saxonnes, des organisations « humanitaires » poussées et financées par les groupes pétroliers ; le but de ces actions aux paravents « droits de l’hommistes » étant d’évincer Total de sa licence d’exploitation des ressources en hydrocarbure (gaz et pétrole) au Myanmar et en particulier du champ gazier off-shore de Yadana (dont Total est opérateur à hauteur de 31,2%) (6), une éviction qui se ferait au profit de ses concurrents (7). Les autres mondialistes étant les Etats-Unis dans une action visant non pas Naypyidaw directement en tant que tel, mais bien plutôt la Chine, pilier du régime birman, en un jeu de billard à plusieurs bandes. Rappelons qu’un pipeline a été construit, reliant le Yunan (Kunming) aux rives du Golfe du Bengale (port de Kyaukphyu, dans la province de l’Arakan) ; un pipeline financé par les Chinois et qui compte beaucoup en tant que voie d’acheminement énergétique pour Pékin. Il est aisé de comprendre que des troubles dans la région, un conflit armé et un pipeline endommagé et/ou rendu inopérant, un pays (le Myanmar) mis au ban des nations pour ses exactions directes ou indirectes sur une partie de sa population, gêneraient la République Populaire de Chine.

* * *

Ces deux types d’idéologues, par-delà leurs motivations respectives, ne peuvent donc qu’applaudir si ce n’est pousser à la mise en avant de ce conflit (au détriment d’autres sur la planète), car, pour l’un, il mobilise au niveau mondial non seulement la Oumma, mais la tendance islamiste radicale et jihadiste en un nouvel abcès de fixation et de trouble régional ; et, pour l’autre, il permet d’avancer des intérêts économiques et de déstabiliser un rival de poids, ceci par le biais d’organisations relais aux intentions « humanistes » qu’ils financent et qu’ils manipulent (8).

Jusqu’alors louée par les capitales occidentales, Aung San Suu Kyi se voit reprocher aujourd’hui de ne rien dire sur ce conflit. Il faut dire que l’ancienne égérie des mondialistes – coqueluche des « droits de l’hommistes », enfant chérie de l’hyper-classe et lauréate du Prix Nobel de la Paix – qui avait été utilisée pour diminuer le pouvoir de la junte dans les années 1990-2010, étant birmane et bouddhiste, ne peut se désolidariser de la majorité de son peuple composé à 88% de bouddhistes. Par ailleurs, elle sait l’importance de Pékin et de l’aspect vital du pipeline chinois. Elle mesure également l’influence au sein de la population des bouddhistes nationalistes, qu’ils soient du Mouvement 969 du moine Ashin Wirathu ou de la Fondation philanthropique Buddha Dhamma dirigée par le moine Tilawka Biwuntha. Ainsi, Aung San ne défendra-t-elle jamais la cause des Rohingyas et son éclat d’icône de la démocratie bâtie dans les années 1990 sera vraisemblablement de plus en plus terni dans les médias mainstream. Il est donc fort à craindre que ces affrontements ne cessent, compte tenu du fait qu’ils sont nourris et souhaités tant en interne, par des extrémistes bouddhistes et militaires ainsi que des Rohingyas, qu’à l’extérieur du pays, par des idéologues islamistes et mondialistes.

Philippe Raggi
9/09/2017

Notes :

  1. Alain Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, éd. Calmann-Lévy, 1977.
  2. Jules Monnerot, Sociologie du communisme / Echec d’une tentative religieuse au XXe siècle, éd. Libres-Hallier, 1979.
  3. Officiellement, il y en a 135.
  4. L’ancienne capitale, Rangoun, demeurant néanmoins capitale économique.
  5. On lira avec intérêt le livre de François Thual, Les conflits identitaires, éd. Ellipses, 1995.
  6. Lire : http://www.total.com/fr/medias/actualite/communiques/myanmar-total-met-en-production-le-projet-gazier-badamyar?xtmc=exploration%20production%20myanmar&xtnp=1&xtcr=3
  7. Cf. l’étude faite par Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, sur le sujet de ces ONG en Birmanie : http://www.cf2r.org/fr/editorial-eric-denece.php
  8. Cette instrumentalisation d’idiots utiles en arrive à un tel point que l’on devrait requalifier certaines ONG en GONG, des Governemental ONG, comme le dirait Eric Denécé.

Correspondance Polémia – 12/09/2017

Image : 300.000 Rohingyas ont fui de Birmanie : l’ONU dénonce un nettoyage ethnique.

8 commentaires

  1. Posté par Héradote le

    Bizarre, comme il y a des conflits partout où il y a des musulmans. Ici, il ne s’agit pas d’arabes, ce qui prouve bien que c’est une question de religion. Encore une fois, c’est une séquelle laissée par l’empire britannique, champion de faiseur de conflits. Cette situation ressemble à l’Irlande du Nord, où les britanniques ont implanté de populations de protestants pour contrôler des catholiques, conflit encore existant maintenant. On remarque encore une fois que les pays musulmans ne veulent pas accueillir leurs coreligionnaires… Pourquoi ?

  2. Posté par Peter K le

    Les boudhistes ne veulent pas se laisser envahir par les muslims, ils ont 100 fois raisons, ils ont tout compris et savent qu’il n’y a que la maniere forte pour eradiquer cette secte nauséabonde!

  3. Posté par Yolande C.H. le

    Remplacez, dans le commentaire de J.M. Béguin, bouddhistes par musulmans , et enlevez l’adjectif musulman accolé à minorité, et vous aurez un bel aperçu du destin de l’Europe.

    Il a raison sur un point: quand le pouvoir n’est pas contrôlé par un état de droit (soit expurgé de législations religieuses et de leurs propagandistes), les dérapages sont fréquents.

  4. Posté par Blocus le

    Voir aussi: Reportage sur les Rohingyas, voyage autour d’un énorme iceberg de désinformation
    https://www.jihadwatch.org/2017/09/reporting-on-the-rohingya-the-tip-of-a-huge-iceberg-of-misinformation
    ************
    Nous avons un sentiment de déjà vu, c’est toujours le même topo, c’est seulement les emplacements géographiques qui changent pour trouver des pseudos victimes musulmanes et pouvoir proclamer :
    « Regardez, ce ne sont pas que les musulmans qui sont des assassins de masse»

  5. Posté par Blocus le

    Il s’agit simplement, comme toujours, d’instrumentaliser un conflit régional pour transformer les musulmans en victimes, alors, qu’en fait, la responsabilité du conflit se trouve dans le camp des musulmans.

    CE PARTI-PRIS DES MEDIAS, nous l’avons déjà vécu, jusqu’à la nausée, dans LE CONFLIT DE L’EX-YOUGOSLAVIE, ce qui donnait les gentils kosovars, les pauvres victimes bosniaques.

    Ces dogmes réducteurs et partiaux ont été si bien implantés dans l’esprit des Suisses naïfs, merci aux médias et à notre Calamity-Rey, que la Suisse a accueilli et entretenu des masses de réfugiés violents (bonjour aux milliards soutirés aux contribuables et à nos prisons remplies de Kosovars, … plus tout le reste), sans oublier l’amuse-gueule des Swiss Coys (ne riez pas, les millions c’est sans importance, les politiciens et certains militaires ont bien le droit de se faire plaisir).
    En l’espace de dix ans, la Suisse s’est retrouvée avec une communauté musulmane qui a enflé comme jamais. Notre Calamity-Rey nous avait promis qu’en reconnaissant le Kosovo, ils retourneront chez eux, … merci beaucoup Micheline, tu as eu fin nez, tout s’est passé exactement comme tes neurones socialistes l’avaient prévus.

    Pour + d’infos :
    Les musulmans du Bengale, connus sous le nom de peuple Rohingya, préparent leurs enfants à tuer les bouddhistes en Myanma.
    https://www.bitchute.com/video/lKLb5i6q3wgA/

    ************
    Aldo Sterone : Birmanie : une hystérie hypocrite pour nourrir le jihad
    https://www.youtube.com/watch?v=Rl6HAhSPPXw

    ***********************

    N’oubliez jamais: Les crimes haineux contre les musulmans sont les canulars
    L’Islamo-faux-bia a été égrené pour susciter la compassion du public et la peur sans fondement.
    http://www.frontpagemag.com/fpm/267867/never-forget-muslim-hate-crime-hoaxes-michelle-malkin

  6. Posté par Panache l'Écureuil le

    Excellent texte, qui remet les pendules à l’heure!
    * Les Rohingyas sont un sous-groupe du peuple bengalais situé sur le territoire de l’actuel Myanmar suite aux affres de la colonisation britannique. Les Britanniques ayant utilisé les Rohingyas dans la répression contre les Birmans, que ce soit lors de la conquête de ce qui allait devenir le Raj britannique…
    * On constate que le groupe Total, présent au Myanmar depuis 1992, subit depuis 2 décennies des attaques incessantes via des ONG anglo-saxonnes … le but de ces actions aux paravents « droits-de-l’hommistes » étant d’évincer Total… une éviction qui se ferait au profit de ses concurrents…

    Ceci confirme exactement ce que décrit le chercheur britannique Mark Curtis dans son livre  » Britain and its collusion with radical islam » (Serpent’s Tail, Londres). Cette collusion de l’establisment britannique avec les régimes islamistes les plus durs existe depuis les débuts de l’Empire britannique et n’a jamais cessé depuis.
    Quant aux soi-disants ONG anglo-saxonnes**, elles n’ont jamais été indépendantes, neutres et impartiales. Sous leur vernis faussement humanitaire, elles ont toujours véhiculé une profonde francophobie, incluant non seulement la France, mais tout ce qui est lié à la Francophonie: Suisse, Belgique, Québec, même pays africains francophones.
    ** Greenpeace en est l’exemple le plus parlant. Dans les années 1990, son directeur d’alors, un Anglo-Canadien, qualifiait la France de « our old enemy ».

  7. Posté par Bussy le

    Passage marrant quand le journaliste parle de bobos zen… il n’a apparemment pas de miroir dans sa salle de bain !
    Encore plus marrant quand il parle de religions mieux notées que d’autres, lui qui défend une fois de plus les musulmans, comme tous ses petits copains des médias traditionnels !
    Enfin, pourquoi les bien-pensants sont-ils obligés de toujours défendre ces mondialistes semeurs de troubles ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.