Un tiers des CRS aurait fait grève le 12 septembre… en posant un congé maladie

post_thumb_default

 

Alors que la première journée de mobilisation contre la réforme du code du travail était organisée ce 12 septembre partout en France, certains CRS entendaient bien, eux aussi, protester contre leurs conditions de travail et contre la modification du régime de prélèvements auquel ils sont soumis. Pour ce faire, ils ont massivement décidé... de se mettre en congé maladie.

Au total, ce sont pas moins de 500 CRS qui se seraient déclarés souffrants selon Europe 1, sur les 1 500 qui devaient être en poste pour assurer la sécurité des différentes manifestations organisées partout en France, et dont plusieurs ont d'ailleurs dégénéré en affrontements parfois violents contre les forces de l'ordre. «Aujourd'hui, 36 compagnies devaient travailler. Il y en a eu neuf indisponibles, soit à peu près 35% des collègues», a déclaré le délégué national CRS d'Alliance, Johann Cavallero, à Europe 1. Un chiffre que confirme également Le Point, citant ses propres sources.

De nombreux CRS ont donc profité de cette journée de manifestations pour protester à leur manière contre une «accumulation», selon Johann Cavallero. «Depuis les attentats de 2015, il y a un sur-emploi, il y a du matériel qui n'arrive pas, des véhicules qui ne sont pas renouvelés, la directive européenne en matière de repos n'est toujours pas appliquée aux CRS...», énumère-t-il. 

Mais c'est une mesure fiscale bien concrète qui semble avoir fait débordé le vase : le 21 juillet dernier, le ministère de l'Intérieur a annoncé que l'indemnité journalière d'absence temporaire, à laquelle les CRS ont droit depuis 1961 pour compenser leurs déplacements en mission parfois loin de leur domicile, serait désormais soumise à l'impôt. Parallèlement, les délais de versement ont été rallongés de deux semaines à deux mois – une décision que beaucoup jugent inacceptable au sein de la profession.

Cette vague d'arrêts maladie est un «coup de semonce», fait savoir le syndicat Alliance, qui exige une «écoute sérieuse» de la part de sa hiérarchie. L'organisation avertit d'ores et déjà que «des actions de grande envergure sur tout le territoire» seront organisées si les CRS n'obtiennent pas satisfaction. Alors que le mouvement de contestation sociale ne fait que commencer, et que de premiers débordements violents ont d'ores et déjà eu lieu dans plusieurs villes de France, le risque d'une contagion aux forces de l'ordre pèse lourd sur les épaules gouvernement.

Lire aussi : Locaux vétustes, invasion d'insectes : le concours photo qui dénonce le quotidien des policiers

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.