Traduttore, traditore

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
babel1

L'expression italienne signifiant qu'une traduction est une trahison semble avoir été écrite tout exprès pour Abu Ramadan, le fameux imam haineux qui vit depuis fort longtemps aux crochets de la société tout en appelant Allah à nous détruire. L'homme a accepté de se confier au Tages Anzeiger et au Bund.

Disons-le d'emblée, l'homme s'estime parfaitement intégré. Il a peut-être perçu CHF 600'000.— d'aide sociale mais voyez-vous, sa quête d'emploi est restée vaine. Les patrons sont méchants. D'où un premier constat; Abu Ramadan partage la vision de la gauche s'agissant de l'intégration, à savoir qu'il suffit de connaître l'adresse des services sociaux. Certes, sa maîtrise du français est imparfaite mais est-ce sa faute à lui si l'administration ne lui octroyait qu'une heure de français par semaine, et encore devait-il subir le fait que l'enseignant changeait fréquemment ? D'où un deuxième constat; manifestement l'imam ne devait pas fréquenter grand monde en dehors de sa communauté car si tel avait été le cas, il aurait acquis quelques rudiments de français ou d'allemand par immersion. Non, il ne baragouine que quelques mots et doit donc répondre pour l'essentiel en anglais.

S'agissant de son appel à Allah visant à obtenir la destruction des Juifs, Chrétiens, Hindous, Russes et Chiites, il explique que le traducteur est un menteur. Bon sang, mais c'est ça bien sûr ! Le traducteur est un menteur. Il en a mis du temps, Abu Ramadan, pour trouver ça. Il est vrai que ses notions d'allemand ou de français ne lui ont bien évidemment pas permis de voir de quelle façon ses propos avaient été traduits, et, partant, d'en contester le détournement avec la plus vive indignation. Les gens sont méchants. Finalement, la gauche a bien raison de se taire face à la haine de ce musulman, il a été mal traduit mais en fait, c'est le roi des types. Les esprits chagrins dont je suis imaginaient les camarades un peu pris aux entournures face à leur remuant protégé alors qu'il n'en est rien. En fait, la gauche avait compris avant tout le monde que le malentendu devait à la malveillance d'un interprète. Les gens sont méchants vous dis-je.

Pour ce qui est de ses allées et venues en Libye, son pays d'origine, voyages qui permettraient à quelque suspicieux de penser qu'il n'y est guère menacé, Abu Ramadan relativise. En effet, il ne s'est rendu qu'à Tripoli, pas plus loin, ajoutant que la situation politiquement instable lui vaut d'être à nouveau en péril. Mais oui, c'est évident, l'homme a profité d'une fenêtre d'opportunité pour baiser la terre de ses ancêtres mais le vent a tourné depuis. Son retour définitif serait bien évidemment problématique. Ces mots sont importants, étant les seuls répondant à quelque vérité dans les propos tenus par l'imam. Son retour serait problématique pour lui dans la mesure où la Libye n'est certainement pas aussi généreuse que la Suisse s'agissant des étrangers qui sucent le pays qui les accueille. Peut-être devrait-il même travailler, concept oublié depuis fort longtemps eu égard à l'hostilité des employeurs suisses comme nous l'avons vu. Dans ces conditions, on ne saurait exiger de lui qu'il cesse de nous enrichir culturellement. Il sait à ce sujet pouvoir compter sur ses amis gauchistes qui veilleront avec la plus grande bienveillance à lui éviter tout tracas administratif, avec une certaine retenue peut-être s'agissant d'une future naturalisation.

Au terme de l'entretien, après s'être bien foutu du monde, Abu Ramadan a serré la main du journaliste, épargnant tout contact corporel à sa consœur. Il est vrai que refuser de serrer la main d'une femme fait partie de ces accommodements raisonnables dont nous ne saurions nous offusquer. Ceci dit, on ne saurait en vouloir à ce triste sire de se comporter comme en terrain conquis. Au vu de la passivité de nos autorités face à l'islamisme, il ne fait qu'anticiper.

Yvan Perrin,30 31 août 2017

10 commentaires

  1. Posté par bigjames le

    Les citoyens contribuables de Nidau restent sans réaction.
    Pourquoi ne vont-ils pas en masse lancer des oeufs pourris contre la façade des service sociaux de leur ville ???
    Ils préfèrent certainement les nounours et bougies au prochain attentat.

  2. Posté par Julie Rochat le

    Merci Monsieur Perrin, j’adore vous lire, votre esprit d’analyse agrémenté d’une bonne dose d’humour nous fait du bien. Et maintenant je comprends mieux l’histoire de ce brave homme (le roi des types !!) qui a tout mais vraiment tout fait pour s’intégrer mais qui reste malheureusement un grand incompris…. Je suis quand même drôlement contente de savoir qu’une partie de mes sous durement gagnés sert à le faire vivre, lui et sa « petite » famille et à nous cracher à la gueule !

  3. Posté par Paul Emile le

    Vu qu’il ne parle ni français ni allemand, je me demande comment c’était les entretiens d’embauche. Difficile de convaincre un éventuel patron en baragouinant. Moins il apprend la langue, moins il trouve du boulot et peut du coup rester à l’aide sociale. Mais il dit être bien intégré.

  4. Posté par Dominique Schwander le

    Comme j’adore cette définition de l’intégration: »la vision de la gauche s’agissant de l’intégration, à savoir qu’il suffit de connaître l’adresse des services sociaux ».
    Ce musulman n’a fait aucun effort pour s’assimiler en Suisse parce que son Ersatz de religion soit l’islam-idéologie le lui interdit. Il s’est juste inclus en Suisse; l’inclusion, au contraire de l’assimilation, c’est rester soi-même tout en en bénéficiant et en profitant des avantages du pays d’accueil, dans son cas la Suisse sournoisement colonisée, depuis le début des années huitante (!) par des militants musulmans.

  5. Posté par Loulou le

    On ne parle pas de ses quatre fils (bien oui, tu ne t’assumes pas mais tu ponds quatre oeufs).
    Qui sont tellement bien intégrés…
    Je sens que ‘on va encore avoir des surprises. Sont-ils naturalisés? Subviennent-ils à leurs besoins ou suivent-ils l’exemple de leur parasite de géniteur? Dans le doute c’est toute la tribu qu’il faut virer. Ne vous y trompez pas: la pire peur de ce genre d’individu est d’être renvoyé dans le paradis musulman qui est le siens.

  6. Posté par Bussy le

    Ah bon, il a cherché du travail et aucun patron n’en a voulu, ça me brise le cœur, donc tout est de la faute à ces patrons, des mécréants en plus !
    Et oui, tous ceux de plus en plus nombreux comme lui ou un peu plus foncés qu’on voit se balader pendant les heures de travail sont tous discriminés à l’embauche…..
    Mais n’y-a-t-il aucun patron de gauche pour les employer ?
    Au fait, il cherchait du travail dans quel domaine ? Aiguiseur de couteaux ? Chauffeur de poids lourd ou de camionnette ?
    Et la consoeur journaliste, comme ses copines féministes, elle trouve normal que ce modèle d’intégration ne lui sert pas la main ?
    Quant aux autorités, ne les dérangeons pas, elles cherchent une base légale….

  7. Posté par Christian Hofer le

    Il y a un élément intéressant tout de même: en déclarant cela, Abu Ramadan avoue que l’enregistrement est bien celui de sa voix.

    Il suffit d’un arabe (prenons un chrétien pour changer) pour que son appel à la haine soit reconnu et que cet individu ait des problèmes.

    Qu’attend l’administration?

  8. Posté par Dani le

    ce que j’écrivais ailleurs il y a quelques jours au sujet de ce triste sire: Les Autorités n’en font pas assez? Mais elles ont réagi comme l’éclair. Elle nous ont tout de suite promis un No d’appel pour conseil anti-radicalisation. Dormez tranquille brave gens. Tout va bien. Nous ne risquons plus rien. Avec ça, les horribles terroristes, terrifiés, n’oseront plus sortir le nez de leur tanière. Du second degré, mais à peine. Retour à la case départ illico pour cet individu. Extrémiste comme il est, il ne risque absolument rien là-bas.

  9. Posté par leone le

    M. Perrin vous faite une description parfaite de la situation. Si c’était un cas isolé je n’aurais pas honte de mon pays, mais la physique qui décrit la position de l’iceberg dans l’eau s’applique: seuls les 10% sont visibles. La physique s’arrête ici car un iceberg finit par fondre et disparaître. Combien de temps faudra-t-il attendre pour que la nature élimine ce parasite? Très longtemps vu les soins que nous prenons à la maintenir en bonne santé.

  10. Posté par Pierrot le

    J’aime les commentaires de M. Perrin, bien formulés, mélangeant humour et
    pertinence.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.