Bienne: Des musulmans de la mosquée Ar’Rahman étaient partis faire le jihad. Nicolas Blancho a collaboré dans cette mosquée.

mosquée Bienne

Christian Hofer: On rappelle que les politiciens valaisans ont applaudi la condamnation de Monsieur Addor à la suite de la plainte du CCIS et que cette même organisation est présidée par... Nicolas Blancho.

**********

Ce n'est pas la première fois que la Mosquée Ar'Rahman se fait remarquer. A partir de cette mosquée, des jeunes hommes sont partis faire le djihad.

La Mosquée Ar'Rahman est située à la rue Seelandweg 9, à Bienne. C'est dans celle-ci que le Libyen Abu Ramadan, vivant à Nidau, a tenu des discours de haine.

Les responsables de la mosquée ont affiché clairement sur une pancarte leur refus des médias: "L'association Arrissala et ses membres ne veulent aucune présence médiatique dans leur lieu de prière."

Le panneau est vieux de plusieurs années car ce n'est pas la première fois que la mosquée Ar'Rahman fait les gros titres. Nicolas Blancho, le co-fondateur et président du Conseil central islamique de Suisse (CCIS) y a aussi collaboré.

Un Biennois, qui fréquentait la mosquée, a rejoint Al-Qaïda d'Irak au milieu des années 2000. Il est mort en 2006 en Irak.

Le jeune Biennois, qui a été arrêté quelques années après au Kenya en raison de soupçons de contacts avec les milieux islamistes en Somalie, fréquentait aussi la mosquée.

Un autre cas encore: le jeune Kurde, qui avait fréquenté la mosquée Ar'Rahman puis une école coranique radicale en Égypte, est revenu durement marqué psychologiquement.

Les autorités de la mosquée ont rarement pris position. En 2012, Khalid Ben Mohammed, qui était l'un des imams à l'époque du moins, s'était exprimé à Swissinfo. "Une ouverture ne sert à rien, on nous colle encore et toujours la même étiquette", a-t-il déclaré.

Quant au contenu des sermons d'Abu Ramadan à Bienne, un document sonore parle de lui-même: « O Allah, je te demande de détruire les ennemis de notre religion. Détruire les juifs, les chrétiens, les hindous et les Russes et les Chiites ".

Source Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch

Nos remerciements à notre lectrice

6 commentaires

  1. Posté par Dani le

    quand j’ai fait mon école de recrue, nous nous sommes tous rendus à l’arsenal et nous avons reçu un Fass57. Point barre. Aujourd’hui, on fait des analyses sans fin pour découvrir si le future soldat pourrait représenter un danger potentiel pour lui-même ou pour les autres. Si positif, on lui retire son fusil. Par la même logique, on devrait retirer leur coran à tous le musulmans

  2. Posté par Eric le

    Les idiots bien-pensant répèteront en boucle qu’il n’y a aucun problème …

  3. Posté par Pierre Hainard le

    Les autorités suisses sont coupables

  4. Posté par Loulou le

    Il faut fermer et désinfecter les lieux. Il y a 20 ans que la religion de paix et d’amour sème ses métastases dans cette ville.

  5. Posté par My Suisse le

    Ces pourris sont tous payés par Soros! C’est à vomir!

  6. Posté par Wouly le

    Un nid de rats je vous le dis !! Que font nos autorités ? On paie grassement un  »ennemi » on ne l’expulse pas … y aurait-il un traité (CF – Islam) de nos attaques contre des biens et des personnes en Suisse ? C’est à se poser des questions qui n’effleurent même pas les jounalopes … Tous des pourris !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.