Selon la Pologne, la Commission européenne la harcèle pour les intérêts français

post_thumb_default

 

Article publié originellement en anglais sur The News.pl.

Pologne – La Commission européenne mène une « politique de harcèlement » et « fait preuve de discrimination à l’égard de la Pologne », a déclaré le ministre polonais des Affaires étrangères Witold Waszczykowski, se référant à une série de plaintes à Bruxelles contre Varsovie.

Le ministère polonais des Affaires étrangères a ajouté: « Malheureusement, nous en concluons que, selon nous, la Commission européenne ne montre pas la volonté de mener un dialogue de nature juridique ». Il a accusé le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, de réponses « schématiques » aux arguments de Varsovie.

Le reproche le plus récent d’une série de critiques concernant la Pologne exprimées à Bruxelles porte sur la nouvelle loi de retraite, vue comme « illégale » et qui, à partir du 1er octobre, permettrait aux femmes de prendre leur retraite à 60 ans et aux hommes à 65 ans.

Bruxelles a déclaré que l’âge de départ à la retraite variant selon les sexes était une « discrimination fondée sur le sexe ».

Mais Waszczykowski a déclaré que l’accusation faisait partie de la « politique de harcèlement de l’UE, une politique de discrimination contre la Pologne ».

Bruxelles a également accusé la Pologne de l’exploitation forestière illégale dans la forêt protégée de Białowieża, de saborder l’état de droit et et de s’aopposer à un accord de l’UE pour distribuer les migrants dans les états membres.

Waszczykowski a déclaré que le « harcèlement » était motivé financièrement du au fait que la Pologne est « une grande économie » et que certains pays de l’Union européenne ne peuvent pas faire face à la forte position de marché de la Pologne.

Le ministre des Affaires étrangères polonais a encore déclaré que la France veut limiter l’accès à son marché parce que Paris se sent menacé par des constructeurs polonais, des entreprises de transport et des entrepreneurs, accusés de faire une concurrence vers le bas au travailleurs français.

Mais les Polonais offrent un travail de qualité à un prix compétitif et ne peuvent être battus, a déclaré Waszczykowski.

Bruxelles a adopté des lois visant à garantir que les travailleurs dits détachés – employés de l’Union européenne, tels que les camionneurs, et qui travaillent dans un autre État membre européen – reçoivent le salaire minimum du pays hôte.

L’UE a menacé de sanctions la Pologne, alors que certains dirigeants européens ont suggéré de réduire ou de geler la part de Varsovie dans le budget du bloc européen.

Mais Waszczykowski a déclaré que les fonds ne pouvaient pas être considérés comme des punitions pour mauvais comportement parce qu’ils étaient un droit.

Traduit de l’anglais par le Visegrád Post.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Jiff le

    @miranda

    Houlààà, vous-êtes hautement non-PC, ça mériterait au bas mot 10 ans de camp de redressement de la pensée unique ;-p)

    Si vous voulez avoir une idée assez réaliste de ce qui nous attend tous, sous cette forme ou une autre, jetez donc un nœnœil sur: http://www.breitbart.com/tech/2017/08/17/rebels-of-google-tampons-kept-in-mens-restrooms-because-some-men-menstruate/

    Ça troue le cul, non ? (si je puis dire;)

    Le souci, c’est que ce que vous énoncez n’est plus compris que par ceux qui sont encore à même de réfléchir, et carrément hérétique pour les bobos du kandubien (pléonasme voulu) et les FM, qui bien souvent sont les mêmes; alors, avec de plus en plus de dirigeants sans enfants, comment voudriez-vous que ça s’améliore ? (une piste sûre: ceinture pour les hommes poliotiques jusqu’à abandon des idioties; historiquement, ça a toujours merveilleusement fonctionné, mais encore faut-il qu’ils ne soient pas appariés avec des cruches, ce qui n’est pas gagné.)

  2. Posté par miranda le

    Est-ce pour libérer de l’emploi?
    Est-parce que les femmes enfantent et qu’elles travaillent deux fois plus à la maison, que leur tendre mari?
    Elles sont à la fois :
    – femme de ménage, (rares sont les hommes qui ont le goût d’entretenir une maison, de faire –les lessives, de s’occuper de tout ce qui est matériellement nécessaire aux besoins vitaux d’une famille)
    – maman au sens affectif du terme
    – mère infirmière nourricière,
    – mère éducatrice
    – et ont un travail à l’extérieur.

    Les jeunes générations pourraient éventuellement savoir partager tout ce qui fait la vie commune dans un foyer.

    Mais les générations masculines au-dessus de quarante ans, j’en doute, d’après ce que je vois.

    Maintenant la vie polonaise ne ressemble pas aux autres vies Européennes et s’ils prennent ces décisions c’est qu’ils ont des raisons mais qu’ils doivent les expliquer.

    L’Europe accepte les compromis en matière de religion ou de système de pensée.
    Elle doit aussi faire des concessions en matière de différence de mode de vie. La Pologne ce n’est pas la France, l’Allemagne ou l’Italie.

  3. Posté par Panache l'Écureuil le

    L’âge de la retraite à 60 ans pour les femmes et à 65 pour les hommes est effectivement une discrimination sexiste qui lèse la gent masculine. C’est le cas en Angleterre, et les féministes anglaises n’y ont jamais rien trouvé à redire. On se demande bien pourquoi!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.