Sadique sexuel et justice : « Pourquoi tu me fais ça? » – « Parce que ça me plaît »

Céline Amaudruz
Conseillère nationale UDC
stop au laxisme

"Pourquoi tu me fais ça?" – "Parce que ça me plaît"

Le gratuit 20minutes nous informe que le procès du sadique sexuel argovien Urs W. vient de s'ouvrir à Brugg. Arrêté en 2014, l'homme doit répondre de nombreux crimes, notamment contraintes sexuelles, viols et actes d'ordre sexuel sur une personne incapable de discernement ou de résistance. Dans les faits, le pervers a abusé de femmes en situation financière précaire à qui il proposait de l'argent avant de les droguer au moyen de Rohypnol ou de GHB, deux substances incapacitantes très appréciées. Le personnage donnait ensuite libre cours à ses délires les plus abjects, petites décharges électriques, pinces à linge, écarteur dans la bouche, coups, blocage des voies respiratoires, le tout sous l'œil attentif d'une caméra qui immortalisait l'artiste dans ses œuvres. Les vidéos rejoignaient ensuite une collection riche en films pédopornographiques et zoophiles.

Au vu de l'énoncé des charges, on aurait tendance à imaginer qu'il serait bon de savoir ce triste sire à jamais hors d'état de nuire mais Urs W. n'a hélas pas à se préoccuper d'un éventuel internement à vie. L'homme profitera d'une jurisprudence du Tribunal fédéral estimant que dans l'affaire Markus W., éminent, voire emblématique délinquant sexuel, l'internement à vie n'est pas justifié. Le TF a en effet précisé fin novembre 2015 que la violation de l'intégrité physique, psychique et sexuelle des victimes devait être "particulièrement grave" pour qu'un internement à vie se justifie, ce qui n'est pas le cas pour les Juges de Mon-Repos, l'usage de produits incapacitants réduisant la gravité de l'acte !

A l'époque, choquée par cette invraisemblable jurisprudence qui invite donc les violeurs à droguer leurs victimes avant de procéder, ceci afin de réduire la gravité de leur geste, j'avais déposé une initiative parlementaire (https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20150494) visant à inclure expressément le fait de s'en prendre à des personnes incapables de discernement ou de résistance dans les cas justifiant un internement à vie. Appuyée par ma Collègue UDC zurichoise Nathalie Rickli, cette initiative a été traitée par le Conseil national en plénum le 06 juin dernier pour être finalement rejetée par 101 voix contre 84 et 4 abstentions, la gauche manifestant une remarquable unanimité contre le texte.

Une nouvelle fois, la volonté populaire très clairement exprimée le 08 février 2004 ne se concrétisera pas dans les actes, juges et monde politique étant unis pour éviter à nos pires criminels de devoir méditer sur les conséquences de leurs actes derrière les barreaux jusqu'à leur dernier souffle. Une question; combien de victimes faudra-t-il encore pour que le bon sens atteigne enfin les esprits supérieurs ?

 

Genève, le 22 août 2017                               Céline Amaudruz, Conseillère nationale UDC

 

 

 

10 commentaires

  1. Posté par miranda le

    L’USAGE DE PRODUITS INCAPACITANTS réduiraient la gravité de l’acte?????

    On savait que les juges en général avaient quand même une certaine marge de manoeuvre,
    pour décider de la gravité d’un acte et de ses conséquences mais là nous découvrons une réelle capacité de se mettre à la place du VIOLEUR et de la VIOLEE..

    Un juge peut donc discerner comment se sent un VIOLEUR qui « calme ses patientes avec des produits  » pour mieux accomplir son forfait

    Et un juge peut se mettre à la place de la VIOLEE, de son ressenti quand elle se voit VIOLEE et dans l’incapacité de se mouvoir, devenant une pauvre petite esclave sexuelle.

    Certaines personnes ayant « goûté  » malgré elles à ces produits, disent qu’elles se sont vues observatrices « passives physiquement » de leur propre viol, mais que cela ne les empêchaient pas de se sentir profondément humiliées. Et de ressentir un dégoût pour ce corps qui n’a pas bougé qui ne s’est pas révolté, pendant des mois pour certaines et plus pour d’autres.

    Tout doit être dans le dosage, n’est-ce pas messieurs les Juges.N’est-ce pas?
    ONT-ILS CONSULTE DES SCIENTIFIQUES ET DES PSYCHOLOGUES POUR ETRE ECLAIRES SUR LE SUJET? On pourrait sérieusement en douter.

  2. Posté par Jiff le

    C’est assez peu étonnant, sachant que plusieurs réseaux sadiques et pédophiles sévissent parmi les « élites », ils ne vont cetainement pas aller cracher dans la soupe des autres.

  3. Posté par papillon le

    je pense que c’est mondial toutes ces histoires de sexes !!! et couvert depuis longtemps par une élite occupant divers postes pour étouffer les affaires https://www.youtube.com/watch?v=FxOec74NUG8

  4. Posté par Loulou le

    Et pour les alcooliques qui prennent la voiture bourrés, c’est combien de jours d’internement?

  5. Posté par benz le

    Quand la fille d’un de ces crétins de gauchistes tombera dans les main d’un malade dans ce genre ça changera vous verrez

  6. Posté par jean le

    vous enfoncez des portes ouvertes Madame Amaudruz….. à quant une vraie prise de position ?
    sur l’ilslam ?
    sur Schengen ?

    L’UDC ressemble de plus en plus aux autres : inutiles

  7. Posté par Paul-Emile le

    Propos tenus par Lisa Mazzone au nom de la commission : « L’internement ordinaire est réévalué régulièrement, et, tant qu’il n’est pas avéré que la libération ne représente pas un danger pour la collectivité, la personne est maintenue enfermée ». Ce qui n’a pas empêché Claude D. et Fabrice A.

  8. Posté par bigjames le

    Ou peut consulter la liste des 101 voix qui ont voté contre?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.