Belgique. Molenbeek : Selon des journalistes « le maire socialiste a été l’incubateur du jihadisme »

belgique

Les journalistes Christophe Lamfalussy (La Libre) et Jean-Pierre Martin (RTL) se sont plongés dans "cet étrange creuset du terrorisme" qu'est Molenbeek. Leur but : "comprendre l'explosion d'un islam radical au cœur de l'Europe". Il en ressort un livre, "Molenbeek-sur-Djihad", où les deux reporters dépeignent la commune, ses habitants, son histoire, sa situation sociale, ses dérives, les faiblesses de ses politiques... Christophe Lamfalussy et Jean-Pierre Martin sont les Invités du samedi de LaLibre.be.

 

Quels sont les éléments prégnants qui ont amené Molenbeek à devenir la "base arrière" du djihad ?

Jean-Pierre Martin (JPM) : Je dirais sa topographie puisque Molenbeek est une sorte de banlieue dans la ville, avec ses propres spécificités sociales. Dans certains quartiers, le taux de chômage est de plus de 50% pour les 20-25 ans. De nombreux trafics s'y développent. Cette commune a souffert d'un désintérêt pendant plusieurs décennies et des gens ont pu y vivre dans une sorte de clandestinité en toute impunité. Ils ont pu faire grandir l'un ou l'autre réseau à travers des relations familiales, claniques, d'amitié...

Était-ce prévisible qu’elle devienne un foyer du radicalisme islamique ?

JPM : Non mais d'après un "super flic" que nous avons interrogé, ceux qui disent n'avoir rien vu sont des menteurs. Tous les éléments connus depuis le début des années 2000 auraient dû légitimer une réaction beaucoup plus vive par rapport à l'islamisme, à l'absence de contrôle des mosquées, à la petite délinquance, à l'estompement des normes... Tout cela a créé le terreau du djihadisme.

Dans le livre, vous pointez le laxisme des politiques. Sont-ils responsables de la situation?

Christophe Lamfalussy (CL) : Le politique n'a pas vu ce qui se passait. La Belgique a manqué de connaissance de l'islam et de l'islamisme. C'est une tradition belge : on accueille depuis des décennies des réfugiés politiques. Mais parmi ces réfugiés venant de Tunisie, du Maroc ou d'Algérie, on a aussi accueilli des franges très radicales qui ont prospéré dans Bruxelles, et particulièrement à Molenbeek.

JPM : La politique a fait preuve de déni. François Schepmans, l'actuelle bourgmestre (MR) de Molenbeek utilise le mot. D'après elle, ce déni a longtemps été généralisé. Lorsqu'elle attirait l'attention de son parti sur cette problématique, on lui rétorquait "mais avec quoi tu viens ?". Ce n'était donc pas une préoccupation. Lorsqu'on a signé la convention avec le Maroc, il y a 50 ans, on n'a pas tenu compte de la culture, de la pratique religieuse de cette population qui arrivait et dont on ne connaissait rien.

Vous affirmez qu'une fois cette population installée, les politiques ont fait preuve de "clientélisme" à son égard.

JPM : Début 2000, le gouvernement fédéral - formé des libéraux et socialistes - a plus facilement accordé la nationalité, a régularisé. Le PS a pris conscience de l'importance de cette communauté, surtout dans Bruxelles.

CL : N'oublions pas que, dès les années 60', on confie l'islam belge à l'Arabie saoudite qui se sert de la Grande mosquée du Cinquantenaire comme d'une porte d'entrée. Son but : contrecarrer l'influence de l'Union soviétique sur les pays arabes laïcs. Or, de cette époque jusqu'aux années 2000, on ne parvient pas à installer un organisme de représentation de l'islam qui fonctionne. Cette longue période de flou a permis aux prédicateurs itinérants, venus de l'étranger, d'introduire un islam fondamentalisme, basé sur les valeurs du wahabisme, et donc sur le rejet de l'autre.

Philippe Moureaux a été beaucoup pointé du doigt. Que reprocher au socialiste, qui fut bourgmestre de 1992 à 2012 ?

JPM : Il a été le premier magistrat d'une commune qui est devenue un incubateur du djihadisme, d'après tous les témoignages recueillis. Il a cette particularité de s'être transformé. Les plus âgés se souviennent d'un homme flamboyant, tout puissant au PS, militant laïque. Puis il y a le deuxième Moureaux, celui qui n'occupe plus de poste de premier plan dans un gouvernement et qui se retire essentiellement sur sa commune. Il s'est alors pratiquement identifié à son électorat.

Il aurait nourri la population immigrée locale pour assurer sa place ?

CL : C'est ce qu'on a entendu. Il n'a en tout cas rien fait pour empêcher Molenbeek de devenir un lieu de repli identitaire, pour favoriser la mixité sociale. On lui reproche même d'avoir fait le calcul de tabler sur cet électorat belgo-marocain parce qu'il ne parvenait pas à séduire l'électorat traditionnel du PS.

Il a aussi beaucoup défendu les accommodements raisonnables.

JPM : Il continue à le faire. Il persiste dans cette politique et assume ce qu'il a mis en oeuvre. On sentait l'attraction qu'il avait pour sa population d'origine marocaine. Sur le plateau de France 2, il a tout de même esquissé des sortes de regrets d'avoir été trop loin. Il ne faut pas non plus oublier d'où il vient : il a eu une jeunesse dorée, avec un père ministre et une mère issue d'une des familles les plus riches de Belgique.

Votre livre révèle que de la littérature salafiste (un tafsir) a été retrouvée dans les planques des terroristes de Paris et Bruxelles. Que cela révèle-t-il de la personnalité de ces individus ?

CL : Lorsque Mohamed Belkaid est tué à Forest, on trouve à ses côtés un guéridon avec ce tafsir écrit par un prédicateur salafiste très couru. Ce salafisme provoque une détestation de la société belge par le fidèle. Cette doctrine ne mène pas forcément au terrorisme, mais elle crée un fossé dont peuvent se servir les gens de l'EI ou du Front Al-Nosra en Syrie ou en Irak. Le phénomène religieux est important dans la compréhension de ce qui s'est passé.

JPM : La religion est utilisée pour embrigader. Elle est permanente, tout au long du cheminement, de la rupture jusqu'au passage à l'acte.

L'islam n'est donc plus un prétexte ? Ces jeunes sont radicalisés religieusement, c'est cela ?

CL : A partir de la Belgique, oui, souvent. Des centaines de sites salafistes expliquent aux jeunes comment faire. Mais certains discours tenus dans les mosquées agissent aussi comme une rupture. Des discours religieux prononcés à la Grande mosquée du Cinquantenaire nous font tomber de notre chaise. On déconseille par exemple aux fidèles de regarder la télévision quand une présentatrice apparaît...

Vous décrivez les réseaux entre tous les jeunes djihadistes bruxellois. Y a-t-il un risque que les petits frères, les cousins, les amis des terroristes tués ou arrêtés poursuivent la lutte ?

CL : On remarque effectivement une transmission clanique ou familiale du djihadisme. Fatima Aberkan a envoyé ses propres enfants en Syrie. Oussama Atar a, quant à lui, influencé ses cousins, les frères El Bakraoui, qui ont commis les attentats de Bruxelles. Tant que ce virus ne sera pas éliminé dans certaines familles, dans certaines têtes, il va prospérer. C'est pour cela que nous prônons un islam belge, pacifié, déconnecté de toutes les secousses du Moyen-Orient. Un autre problème est constitué par les écoles coraniques, où l'on inculque des valeurs qui ne sont pas en correspondance avec les valeurs belges, comme l'égalité homme-femme.

Dans le livre, vous n'hésitez pas à donner votre point de vue, sans forcément l'étayer par des études ou enquêtes. Vous écrivez par exemple : "A Molenbeek, le fondamentalisme s'est progressivement imposé à la majorité des croyants musulmans". Cela peut déranger, non ?

JPM : Cela repose sur notre ressenti après avoir arpenté les rues, les mosquées, avoir rencontré les gens. Le wahabisme a percolé. Il faut voir le nombre de filles en niqab à la chaussée de Gand un jour de marché. On ne connaissait pas cela par le passé. Cette revendication identitaire vient de cette conception rétrograde d'une partie du monde musulman qui ne voit le monde qu'à travers le licite (halal) et l'illicite (haram). Cela nous a fait peur...

CL : En même temps, on trouve que Molenbeek a un sens de l'accueil. C'est un vrai quartier avec ces gens qui se parlent, qui se rencontrent dans la rue. On retrouve l'atmosphère chaleureuse d'un pays du sud.

Entretien : @Jonas Legge & @Dorian de Meeûs

Source

Nos remerciements à Λlex Λ 

A lire également Molenbeek-sur-Djihad

4 commentaires

  1. Posté par Panache l'Écureuil le

    Qui sème l’islam récolte djihadisme, lois chariatiques, et tout ce qui s’ensuit.

  2. Posté par Anne Lauwaert le

    Quand la journaliste Hind Fraihi a écrit tout ça dans son livre « Undercover dans le Petit Maroc » IL Y A 10 ANS – on lui a ri au nez
    Il y a eu des reportages entre autres « questions à la une » et nombre de journalistes et livres et le reportage de Sophie Peters « femmes de la rue » – etc. etc. 13 à la douzaine! qui ont dénoncé la situation depuis DES ANNéES !!!

  3. Posté par Claude le

    Encore un gôche-socialo-pro-musulman qui a tout fait pour IGNORER ce qui se passait et allait se passer dans SA communauté de Molenbeek. Gouverner = prévoir. Il doit être aveugle-sourd-muet un grand classique !!

  4. Posté par cloclo le

    tous le monde le savez mais personne n’a rien dit, c’est ça la politique

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.