Le nouveau chef de l’Etat islamique serait un Français d’origine tunisienne de 35 ans

post_thumb_default

 

Après la mort annoncée comme «hautement probable» par les autorités russes d'Abou Bakr al-Baghdadi, calife proclamé de l'Etat islamique (EI), il semblerait que l'organisation terroriste se soit trouvée un nouveau chef dans la personne de Jalaluddin al-Tunisi, selon Al Arabiya

De son vrai nom Mohamed Ben Salem al-Ayouni, ce Français de 35 ans serait originaire de la région de Sousse, en Tunisie, d'après la chaîne saoudienne. Après avoir immigré en France dans les années 1990, il aurait obtenu la nationalité française, avant de retourner en Tunisie lors du printemps arabe qui a mis fin à la présidence de Zine el-Abidine Ben Ali. Il aurait ensuite gagné la Syrie en 2014, après avoir prêté allégeance à l'Etat islamique. Proche d'Abou Bakr al-Baghdadi, il aurait rapidement pris la tête d'un bataillon.

Washington ne peut confirmer le décès d'Abou Bakr al-Baghdadi

Mi-juin, Moscou avait annoncé la mort probable d'Abou Bakr al-Baghdadi dans les environs de Raqqa, alors que l'Etat islamique subissait de lourds revers. Par la suite, la chaîne de télévision irakienne Al Sumaria, mettant en avant une source présentée comme proche de l'organisation terroriste dans la province de Ninive en Irak, avait fait état d'une annonce par Daesh de ce décès. Celui-ci avait également été annoncé par le controversé Observatoire syrien des droits de l'Homme, situé au Royaume-Uni.

Le Pentagone dit ne pas pouvoir confirmer la mort du leader de l'Etat islamique, mort qui avait déjà été annoncée à plusieurs reprises par le passé.

Environ 600 Français, dont plus d'un tiers de femmes, se battraient dans les rangs de Daesh. Les forces spéciales françaises auraient d'ailleurs, dans le cadre de la bataille de Mossoul, conclu un accord avec les forces armées irakiennes dans le but d'éliminer ces ressortissants français encombrants, pour empêcher leur retour sur le territoire national.

Lire aussi : Capturée à Mossoul, une djihadiste française appelle Paris à l'aide

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Dominique Schwander le

    Ceux qui lui ont accordé la nationalité française doivent être condamnés sans tarder-

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Il faut espérer qu’il continue toujours à toucher ses allocations, ce « francais »…
    Qui sont les responsable pour cette distribution de la nationalité francais à tout va et en particulier au tout venant de l’Afrique?
    Est-ce que le moment n’est pas venu maintenant d’arrêter cette folie, d’inverser le processus, et d’emmener devant les tribunaux de l’histoire ces grands traîtres à la Nation?

  3. Posté par Maurice le

    Tiens, il y a beaucoup de Tunisiens dans les rangs des terroristes islamistes, et il y en a beaucoup en Suisse aussi…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.