Koeppel R. Die Weltwoche, Edito 29.6.2017 : Islamistes à Zurich; l’Afrique à Bâle; Jean Ziegler, délit d’initié; réforme de l’AVS; diplomates suisses.

Weltwoche-Edition_29.6.17

Éditorial

Le Coran de Wolff

Islamistes à Zurich; l'Afrique à Bâle; Jean Ziegler, délit d'initié; réforme de l'AVS; diplomates suisses.

De Roger Köppel

 

Le conseiller municipal Richard Wolff, Liste alternative, se refuse à interdire «Lis!», la campagne de distribution du Coran, dans les rues et sur les places de Zurich, contrairement à la recommandation de la Direction de la sécurité de Mario Fehr (PS). Wolff est d'avis qu'une interdiction de distribution du Coran serait contraire aux «droits fondamentaux». Je suppose qu'il fait référence à la liberté d'expression. Wolff se trompe. Les gens derrière «Lis!» ne s'intéressent pas à la libre opinion. Il en va manifestement pour eux de la propagation d'une idéologie radicale, prête à user de violence, qui, si on l'a prend au sérieux, milite pour la liquidation du droit à la liberté d'expression.

Les activistes de «Lis!» sont des sympathisants de l’organisation État islamique et s'occupent de personnes qui partent d'Allemagne et de Suisse pour aller faire le djihad. Wolff devrait faire cesser la distribution du Coran en argumentant que la Ville de Zurich ne doit pas laisser agir des ennemis de la société ouverte sur la voie publique. Cela ne violerait pas les principes de l'État de droit. L'État libéral doit traiter ce qui est semblable de manière identique et ce qui est dissemblable de manière différente: quiconque abuse de la liberté d'expression pour saper l'ordre qui garantit le droit à l'expression des opinions ne peut pas se prévaloir des droits fondamentaux de l'ordre qu'il veut supprimer.

Afrique: On parle partout de ce continent, comme à la grande conférence sur l'Afrique d'Angela Merkel à Berlin ou à la 7e Conférence européenne des études africaines à Bâle, qui débute le 29 juin, avec 1500 participants qui présenteront 1046 communications dans le cadre de 204 tables rondes thématiques. Qu'est-ce que cela change à la grande migration des populations du Sud? Rien. Sentiments de culpabilité et moralisme caractérisent les débats. Pourquoi nous n'avons pas la force de laisser l'Afrique se débrouiller? Ce n'est pas du cynisme, mais ce serait la seule solution raisonnable après des décennies d'aide au développement terriblement inefficace. Il y a cinquante ans, des pays comme le Congo ou le Ghana étaient plus riches que la Corée du Sud. Et oui, l'aide au développement corrompt: les Africains seraient stupides de développer des industries et des produits compétitifs, compte tenu des flux financiers dont ils bénéficient. Orientée par nos soins, leur créativité cible les mannes financières abondantes du Nord. Chaque bateau de migrants avec des Africains à son bord en Méditerranée incarne tragiquement l'échec de l'aide au développement. La conférence de Bâle fournira néanmoins toute une foule d'arguments justifiant de dilapider encore plus d'argent. Les bonnes âmes n'arrêteront que lorsque le dernier Africain aura émigré en Europe.

Jean Ziegler, membre de nombreux conseils d'administration et jadis soi-disant spécialiste de la restructuration d'entreprise avec sa propre société de conseil, doit rembourser 1,4 million de francs. L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a publié dans un communiqué de presse des cas graves en matière de délit d’initié. Le nom de Ziegler n'y est pas mentionné, mais les faits montrent clairement qu'il s'agit de l'éminent bénéficiaire de plusieurs millions. Ziegler était un «pompier» très bien considéré dans diverses entreprises en difficulté. Dans le cas du groupe Erb, il n'a pas agi en sauveteur, mais comme un exécuteur testamentaire qui a accompagné en soins palliatifs – si ce n'est, précipité – la grande entreprise chancelante de Winterthour vers la faillite. Ziegler a siégé quelque temps au conseil d'administration du gratuit .ch qui n’a pas marché. Il a également restructuré avec aussi peu de succès le groupe milliardaire OC Oerlikon, jadis très renommé, tout comme Charles Vögele. Qu'est-ce qui caractérise un bon aigrefin? Le fait que l'on ne le remarque pas.

L'assainissement du système de protection sociale est une question importante. Le Conseil fédéral et le Parlement ont tout juste réussi à imposer leur maillage volontairement complexe au Palais fédéral. Le 24 septembre, nous voterons sur la «Prévoyance vieillesse 2020». Je soupçonne les réformes des retraites d'être volontairement incompréhensibles pour que moins de gens les saisissent et puissent prendre position. Deux arguments simples plaident contre le texte soumis au vote du ministre des affaires sociales, Berset (PS). Premièrement, l'assainissement de l'AVS n'en est pas un, mais une extension. Les comptes de l'AVS sont dans le rouge depuis 2015. Néanmoins Berset veut imposer au système de prévoyance déficitaire 1,2 milliard de dépenses supplémentaires pour certains retraités. C'est à peu près comme si le conseil d'administration d'une société en faillite versait un gros dividende à ses actionnaires. De la folie. Deuxièmement, la réforme de l'AVS enchevêtre inextricablement l'AVS et le deuxième pilier. Le PS puise dans la prévoyance professionnelle pour gonfler l'AVS. C'est une erreur. À rejeter.

Il y a une question actuelle qui me préoccupe depuis longtemps. Comment se fait-il que des diplomates suisses aient négocié de si mauvais accords «bilatéraux» à Bruxelles au profit de l'Union européenne? Pourquoi ont-ils donné leur consentement – voire proposé – d'agréger au premier paquet d'accords avec l'UE une «clause guillotine» défavorable à la Suisse? Pourquoi passent-ils leur temps à quémander à genoux? Alors que la Suisse est le deuxième client de l'UE. Alors que les Suisse conduisent individuellement plus de voitures allemandes que les Allemands. Alors que le déficit de la balance commerciale dans le secteur des services s'élève pour la Suisse à des dizaines de milliards francs, ce qui signifie que l'UE peut exporter des services en Suisse à hauteur de ce montant. Pourquoi la diplomatie suisse n'est-elle pas à la hauteur de sa tâche? Voici quelques raisons possibles: les diplomates suisses veulent entrer dans l'UE. Les diplomates suisses veulent être aimés et ne pas heurter. Les diplomates suisses ne veulent pas mettre en péril leur carrière au sein du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) par des négociations inconfortables.

Roger Koeppel, 29 juin 2017

6 commentaires

  1. Posté par aldo le

    NIET POUR L’ELECTION DU CONSEIL FEDERAL AVEC LES MEDIAS DU MENSONGE ET DE LA PROPAGANDE PERMANENTE !
    @ Marie-France le 29 juin 2017 à 16h16 L’élection du Conseil fédéral est une grave ineptie parce qu’il y a un préalable qui n’est de loin pas encore fonctionnel. C’est de mettre dehors tous les traîtres qui pourrissent les médias avec la propagande au services des bobos socialo-islamo-fascistes. Ce noyautage scandaleux des médias, (NO-BILLAG SVP), ne pourrait que nous proposer une élection au Conseil fédéral exactement de la même manières de celle de Macron. Là aussi la propagande et ses soutiens les potes de Macron: Atalli, Cohn-Bendit, Bergé etc. aboutit à une dictature. Quand la fange d’une société désintégrée nous vend au plus offrant et au plus déconnant, et nous noie sous l’immigration de masse, on sait qu’elle s’intéresse à la politique, uniquement dans le but de réintroduire l’esclavagisme sous toute ses formes et pas seulement sexuel… et les islamistes qui président les droits de l’homme le pratique depuis des siècles sans que nul ne s’y oppose violemment. Ils achètent tout et corrompent tout.

  2. Posté par JeanDa le

    Monsieur Koeppel, QUAND allez-vous sauver le paysage médiatique romand en publiant une édition en français de la Weltwoche (ou du moins d’une partie de ses articles) ? Vous pourriez même le faire sur Internet moyennant abonnement. Je serai fier d’être un des premiers souscripteurs !

  3. Posté par Marie-France le

    @Vengeur :
    Pourquoi l’UDC est si molle au sein du Conseil Fédéral ?? pourquoi ses deux représentants sont quasi inexistant dans les prises de positions de ce dernier sur des points très sensibles??
    Ils ont été « choisis » pour cela…Les « costauds » UDC,qui marchent en dehors des clous et freinent notre soumission à l’UE, »on » n’en veut pas; l’expérience a déjà était faite ..
    On comprend pourquoi ,l’élection des CF par le peuple n’est pas pour demain !

  4. Posté par leone le

    M. Koeppel pose la question: « Pourquoi la diplomatie suisse n’est-elle pas à la hauteur de sa tâche? » Une partie de la réponse peut être formulée en deux mots: Didier Burkhalter.
    Comment voulez-vous que la diplomatie soit à la hauteur quand le grand chef ne l’est pas? C’était déjà le cas, même pire, sous Calmy-Rey. Ces « chefs » du DFAE qui se mettent à genoux dès qu’ils entrent en fonction cela suffit!

  5. Posté par Pierre Bé le

    Cher Monsieur Köppel,
    C’est souvent intéressant de vous lire, et votre paragraphe sur Jean Ziegler m’a en plus fait rire. Merci!
    Mais sur la prévoyance 2020, vous vous trompez lourdement avec l’UDC qui défend encore un 2è pilier qu’il faudrait peu à peu abolir.
    Ce dernier a été proposé au début des années 70 avec le soutien décisif du PS pour soi-disant répondre au problème démographique réel de la diminution du rapport actifs / retraités. Les rendements de ces caisses de pension, comme des loyers, des intérêts sur obligations ou des plus-values boursières, étaient censés sur-compenser la dépréciation du capital causée par une inflation de quelques pourcent par an.
    Mais qui donc génère ces rendements? La population active et elle seule! Ce système est donc aussi sensible au rapport actifs/retraités.
    La différence avec l’AVS qui fonctionne par une répartition immédiate politiquement contrôlable entre suisses actifs et retraités, c’est que l’internationalisation du capital permet encore au 2è pilier de ponctionner des populations actives étrangères, avec des frais de gestion par tête au moins cinq fois plus élevés que l’AVS.
    On entend souvent des plaintes contre la voracité des fonds de pension américains,mais quid des helvétiques?
    La hausse de l’espérance de vie, ainsi que l’entrée de plus en plus tardive dans la vie active, n’ont pas de solution miracle: il faudra relever en proportion l’âge de la retraite, en tenant compte de la pénibilité de certains métiers et en s’assurant que les entreprises aient intérêt à garder ou engager des seniors plutôt qu’à s’en débarrasser comme aujourd’hui le 2è pilier les encourage par des primes 2.5 x plus chères dès 55 ans que jusqu’à 34), ce qui reporte la facture sur l’aide sociale.
    S’il veut gagner des voix, votre parti UDC devrait sérieusement réfléchir à ces questions au lieu de lancer des attaques infondées contre ce timide mais positif paquet « prévoyance 2020″.

  6. Posté par Vengeur le

    Pourquoi l’UDC est si molle au sein du Conseil Fédéral ?? pourquoi ses deux représentants sont quasi inexistant dans les prises de positions de ce dernier sur des points très sensibles ?? ce parti ferait bien de se reprendre car le support de ses membres s’affaiblit de manière substantielle et devient problématique pour de futur votations. Pensez-y !!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.