Italie : « Nous dépensons 20 millions d’€ juste pour compter les migrants »

1494915337-migranti-ilgiornale

On continue sans relâche à les appeler réfugiés ou migrants. On continue dans l’erreur en homologuant leurs demandes d’asile avec protection etc.. comme s’il s’agissait de véritables réfugiés au sens propre du mot.

La réalité est cependant bien différente : Même si hier, nous avons célébré la journée mondiale des réfugiés, en Italie, ils ne représentent que 5%. Les autres sont des migrants économiques pour lesquels la dépense courante pourrait atteindre les 4,6 milliards. Le nombre d’arrivée a augmenté de 26% par rapport aux 6 premiers mois de l’année 2016 et ce nombre est en train de croître de manière exponentielle comme le montre le rapport statistique quotidien d’après l’instrument du ministère de l’intérieur qui relate les données relatives aux débarquements. Mais cet instrument qui tient compte directement des communications officielles de chaque préfecture ne semble pas suffire pour quantifier exactement le nombre d’immigrés.

Le gouvernement a donc décidé de prendre les choses en main de manière plus complexe, plus précise et de classifier ces arrivées en plusieurs catégories. Voilà comment les coûts liés à la comptabilisation des services de l’immigration vont dépasser les 20 millions d’euros.

Un chiffre qui donne des vertiges quand on sait qu’il ne concerne pas la gestion du tableau de bord et l’hébergement des centres d’accueil. En effet, ces charges reviennent aux 103 préfectures directement et non à l’Etat. Pendant 3 ans, ils dépenseront donc 1,8 millions d’euros HT (2,2 millions avec la TVA à 22%) pour la gestion du projet SISAMI (Système Informatif des Services d’Asile, de la Migration et de l’Intégration). Nous sommes donc face à une sorte de « cerveau » qui captera, comptera et analysera toutes les données des migrants, clandestins exclus bien sûr…

A cette dépense, il faut ajouter l’extension de 4 mois d’un service dédié à la gestion du développement du logiciel à hauteur de 372 000 euros (TVA comprise). Ce service a déjà couté entre 2014 et 2016 environ 3,7 millions d’euros sans la TVA (4,5 avec). Cependant, la part la plus importante dans ces dépenses liés aux migrations revient à l’association nation commune des italiens (L’ANCI) qui, a travers sa propre fondation CITTALIA récupère 17,7 autres millions d’euros en provenance directe du ministère de l’intérieur. En somme, en plus des couts de la gestion directe de l’accueil des réfugiés, sous la coupe des préfectures et chefs-lieux de province, ce sont d’autres fonds alloués pour quasiment des services similaires. Ce qui reflète bien une sorte de système de photocopies où les acteurs jouent presque les mêmes rôles quand un seul serveur informatique suffirait… Voila comment nous aide la technologie moderne..

(…)

Il Giornale

(Merci à Lachouette et à Antoine pour la traduction)

3 commentaires

  1. Posté par miranda le

    ce qui est grave, très grave, c’est qu’on va à nouveau mettre en marche LE REGROUPEMENT FAMILIAL.
    Il a plusieurs années,je travaillais dans un endroit d’accueil pour les immigrés. Qu’ai-je constaté? Que pratiquement tous avaient laissé au pays un minimum de 6 à 10 enfants. Un de ceux que j’ai bien connu, même si c’est une famille honnête et respectueuse de la France avait réussi sur 5 ans à faire venir 20 personnes de sa famille. Heureusement ce sont des gens qui se sont facilement adaptés parce que de mentalité « chrétienne » et bien éduqués par leur famille.

    Mais quand il s’agira de millions de musulmans, contaminés par LE SALAFISME, QU’EN PENSEZ-VOUS?

    Alors, militez pour que s’arrête LE REGROUPEMENT FAMILIAL.Pour ceux qui vont être autorisés à rester en Europe, il y a sûrement assez de jeunes musulmanes émancipées à épouser. (Si ça ne les intéresse pas, qu’ils retournent au pays).

  2. Posté par colt seavers le

    ET LEUR FAIRE FAIRE DEMI TOUR SA COUTERAI BIEN MOINS CHER , si on en prend 10 ils rapporte la bonne nouvelle et il arrive par millions …et l Italie se fait engloutir par une marée humaine …..

  3. Posté par sophie le

    Quelle folie!!! on les empêche d’accoster, on les remorque à leur point de départ et point barre. Toute cette simagrée est intolérable. Ils veulent venir en Europe ils font une demande de visa auprès des ambassades, si ils l’obtiennent ils viennent autrement il reste chez eux.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.