L’UDC contre la libre circulation

CroixSuisseNON_LibreCirculationPuzle

Cenator : Les journalistes au service de l’idéologie de gauche et de l’establishment savent que les électeurs détestent les partis à scandales. C’est pourquoi il est pratiquement impossible de lire un article, d’entendre un mot, concernant l’UDC, sans que son nom soit immédiatement associé à quelque chose de négatif, un scandale fabriqué de toutes pièces, des tensions internes déchirantes, etc.

Malgré tout, le projet de ce parti de stopper l’invasion avance et nos espoirs reposent sur lui : c’est le dernier bastion qui pourrait encore sauver notre pays.

Voici la dernière publication de 24 heures (22.06.2017), intitulée :

L’UDC peine à s’unir pour contrer la libre circulation

http://www.24heures.ch/suisse/udc-peine-sunir-contrer-libre-circulation/story/20661392

[…] « Mercredi passé, trois citoyens présentaient aux médias leur propre initiative. Son nom: ZAFI, pour «Zuerst Arbeit für Inländer» (D’abord du travail pour les indigènes). Le texte veut ancrer un modèle de préférence à l’embauche et exige lui aussi la dénonciation de la libre circulation. Bien que les initiants parlent d’un mouvement apolitique, leur pedigree ne laisse planer que peu de doutes. Richard Koller – à l’origine du texte – est secrétaire de l’UDC lucernoise, Werner Riesen est député UDC au Grand Conseil vaudois, quant à Willi Vollenweider, il a récemment quitté l’UDC. A ce trio s’ajoutait la présence, dans la salle, de la conseillère nationale Yvette Estermann (UDC/LU) qui soutient ce texte «à titre personnel».

De par leurs accointances, les initiants ont-ils conscience de mettre l’UDC dans l’embarras? «Je constate surtout que l’UDC et l’ASIN font traîner les choses, rétorque Willi Vollenweider. Pour des raisons stratégiques, ils veulent avoir une initiative pour les élections de 2019. Mais c’est maintenant qu’il faut agir!»

Face à cette fronde, le président de l’UDC, Albert Rösti, botte en touche et nous renvoie vers le président du parti lucernois. «Notre section n’a rien à voir avec cette affaire, explique alors Franz Grüter. C’est notre secrétaire, qui – à titre personnel – a pris cette décision. Je ne vois pas de problème à ce qu’un citoyen use de ses droits. Le seul bémol est que Richard Koller a désormais deux casquettes. Nous devrons veiller à ce qu’il n’y ait pas de conflit d’intérêts. Si c’est le cas, il devra faire un choix.»

Caillou dans la chaussure

Ailleurs dans le parti, cette initiative parallèle est perçue comme un caillou dans la chaussure. «Les initiants auraient pu profiter de notre assemblée pour avancer leur proposition», explique Céline Amaudruz qui regrette le calendrier et la méthode. Si la vice-présidente de l’UDC ne remet pas en cause le droit de chacun à faire valoir ses droits démocratiques, elle craint que la démarche soit contre-productive et épuise les forces du parti. «Je comprends cette colère qui gronde chez les déçus du 9 février, ajoute Jean-Luc Addor (UDC/VS). La volonté du peuple a été bafouée. Mais nous n’arriverons pas à la faire respecter en nous dispersant. Il faut se rassembler. Ce texte crée de la friture sur la ligne.»

Cette action traduit-elle un décalage entre la base et les élites du parti? «Lorsque l’UDC a décidé de ne pas lancer de référendum contre la loi, il a fallu l’expliquer à nos électeurs, reconnaît Céline Amaudruz. Mais le parti ne reste pas les bras croisés. Des propositions seront faites lors de l’assemblée.» Et Jean-Luc Addor de prévenir. «A ceux qui pensent que nous avons capitulé ou que nous sommes dans la passivité, je réponds que nous sommes dans la contre-offensive. Le verrou à faire sauter, c’est celui de la libre circulation. Et sur ce point, l’UDC prépare une initiative. Quant à la préférence indigène, elle est déjà inscrite dans la Constitution. Nous devons nous battre pour vraiment l’appliquer.» (24 heures)

5 commentaires

  1. Posté par LAMBERT le

    UDC au combat ! Nouveauté : je viens de recevoir la première newsletter – qui sera trimestrielle – du consul de Suisse à Lyon qui se félicite de la nouvelle loi instituée par le Parlement (article 121a de la Constitution) en accord avec les accords bilatéraux avec l’UE sur la libre circulation des personnes. Vote populaire bafoué. Démocratie en grand danger. Enfumage par le gouvernement. Gouvernements suisse et français dans la même ligne : en marche à fond pour l’UE et l’Islam. Écoeurée et dégoûtée par ces deux pays dont j’ai la nationalité !

  2. Posté par LAMBERT le

    L’UNION FAIT LA FORCE.

  3. Posté par S. Dumont le

    Effectivement tout ce que dit l’UDC est critiqué par les politiques et leurs toutous de médias…..
    Pour ma part, cette initiative est très bien pensée alors bravo aux initiants!
    Cette initiative exige que si le taux de chômage et des demandeurs d’emploi dépassent 3,2 %, la priorité d’engagement doit être donnée aux Suisses et aux étrangers déjà installés en Suisse ce qui est pour ma part assez logique!!
    Mais attention aux réactions de la gauche et de l’UE!!
    Voici le lien pour la signer:
    https://www.admin.ch/ch/f/pore/vi/ut/i_476.fr.pdf

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.