L’ascension de Sebastian Kurz, un “Macron” autrichien ?

post_thumb_default

 

Autriche, Vienne – En pleine crise gouvernementale, le parti conservateur autrichien ÖVP a choisi un nouveau dirigeant : l’actuel ministre des affaires étrangères, Sebastian Kurz, âgé de 30 ans.

Le parti conservateur ÖVP, membre de la coalition gouvernementale autrichienne du chancelier Christian Kern, a choisi un nouveau chef de parti en la personne du jeune et brillant Sebastian Kurz.

Mais pour prendre la tête du parti de droite autrichienne, l’actuel ministre des affaires étrangères a fixé ses conditions : il veut les mains-libres pour agir. La presse autrichienne s’inquiète de la “dictature” à venir du jeune Kurz et évoque les années 30.

Après Macron en France, Kurz en Autriche ?

À un an des élections législatives, le gouvernement semble prêt à exploser, la coalition le formant ne tenant plus, comme le note le quotidien national Der Standard, et comme le reconnait également le chancelier social-démocrate Christian Kern.

Dans ce contexte, le tout nouveau président du parti conservateur appelle à des élections anticipées pour cet automne.

Jouant habilement sur les politiques centristes, voire clientéliste à l’égard de l’immigration, et sachant parfois se montrer ferme sur des sujets relatifs à l’immigration et à l’Islam, prenant de court le parti national-libéral FPÖ, Sebastian Kurz semble miser sur une stratégie “à la Macron”.

Toutefois, le FPÖ reste en tête des sondages, et le système politique autrichien fonctionnant à la proportionnelle, celui-ci pourrait bien entrer en force au gouvernement. “Les conséquences seraient importantes,” a souligné lapidairement le chancelier Kern.

Pour certains commentateurs, et comme le remarque le Deutsche Welle, Kurz pourrait ouvrir la voie à une une coalition des droites sous sa chancellerie, qu’il compte bien gagner en réformant à sa guise l’ÖVP en vue d’une campagne éclair pour des élections anticipées de cet automne. Le gouvernement pourrait alors se former avec une coalition ÖVP-FPÖ. Les deux partis ensemble ne sont actuellement qu’à trois sièges d’une majorité, Kurz est populaire et le FPÖ est en tête des sondages.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Alain Coligny le

    Non, Kurz gouvernera avec le SPO. L’oligarchie bruxelloise n’acceptera jamais un gouvernement avec des ministres FPO. Souvenons-nous de 2000 et le Cabinet Schlüssel I; Le président Klestil (OVP) avait refusé de nommer deux députés du FPO au gouvernement fédéral .L’abruti de Chirac avait réclamé le boycott du gouvernement autrichien.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.