Fake news à la radio alémanique SRF – plainte en majorité acceptée

fake1

Communiqué de presse de l'UDC :

 

Le comité interpartis contre la loi sur l'énergie et l'UDC ont déposé le 5 mai une plainte auprès du médiateur SSR contre une émission unilatérale et partisane de la radio suisse alémanique DRS. Dans l'émission "Heute Morgen" du 2 mai 2017, de fausses déclarations ont été faites dans la perspective de la prochaine votation populaire sur la loi sur l'énergie. Les citoyennes et les citoyens ont ainsi été trompés sur le coût effectif dudit tournant énergétique. La radio alémanique SRF prétendait que le coût du tournant énergétique ne pouvait pas être chiffré, mais que l'affirmation des adversaires de la loi, selon lesquels la stratégie énergétique coûterait 3200 francs par an et par ménage, était certainement fausse. Ce chiffre repose pourtant sur les estimations et les propositions du Conseil fédéral. Le médiateur SSR vient d'accepter en majorité la plainte de l'UDC.

En réponse au médiateur, la radio SRF relève elle-même dans son rapport final du 12 mai que l'affirmation, selon laquelle le Parlement avait déjà enterré le système incitatif en matière climatique et énergétique (SICE), était fausse: "Seul le Conseil national a refusé l'entrée en matière sur ce projet. Le Conseil des Etats ne l'a pas encore examiné. Il est donc faux de citer le Parlement en entier. La rédactrice a fait un raccourci erroné, car elle a combiné un fait avec une estimation sans l'expliquer."

Dans son appréciation de l'émission SRF, le médiateur arrive à la conclusion que ni l'allégation de la SRF selon laquelle le tournant énergétique coûterait directement environ 40 francs par an et par ménage, ni la déclaration de cette même radio selon laquelle le SICE aurait déjà été refusé par le Parlement n'était correcte, si bien que ces informations ne satisfont pas à l'exigence de précision journalistique imposée avant une votation populaire.

L'UDC prend acte avec satisfaction de l'appréciation du médiateur. Elle décidera dans les jours à venir si elle veut encore déposer plainte auprès de l’Autorité indépendante d’examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP).

Il est proprement inacceptable qu'une radio d'Etat financée par des redevances obligatoires tente d'influencer les citoyennes et les citoyens avant une votation populaire par des informations partiellement fausses. Le fait est incontestable: la loi sur l'énergie, qui sera soumise dimanche prochain au verdict du peuple, jette les bases d'un système qui imposera des charges supplémentaires d'environ 3200 francs par an à une famille de quatre personnes. Cette loi exige en effet en son article 3 que la consommation totale d'énergie par habitant doit baisser de 43%, ce qui est énorme. Dangereuse et financièrement insupportable pour la classe moyenne, l'économie planifiée qui résulte de cette loi doit être refusée le 21 mai prochain par un non clair et net dans l'urne.

4 commentaires

  1. Posté par farjon thierry le

    Raison de plus pour que je ne payes JAMAIS la redevance! Et je ne la payerai JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS!!!

  2. Posté par Claude le

    Magnifique ! On paie Billag pour se faire enfumer et entuber par une radio d’état ! La condamnation ne pourra pas corriger, à posteriori, cette propagande. Il ne reste plus beaucoup de journalistes honnêtes dans mon pays !

  3. Posté par aldo le

    On est placé face à des gens particulièrement pervers, directement issu des cuisines politiques qui utilisent la profession de journaliste à titre accessoire. Il serait bien de vérifier s’ils ne touchent pas des rémunérations directement de ces partis et agissent comme lobbystes sous l’étiquette de journaliste. Ces genres de trucages ont proliféré durant toutes les présidentielles françaises. Il est temps d’y mettre un terme définitif.

    Comme dans les procès civils, les parties qui entendent s’opposer au déroulement d’une action doivent le faire de bonne foi et s’abstenir de tomber dans le cas du plaideur téméraire dans un esprit purement chicanier. Si vous arrêtez un chantier avec ce genre de comportement vous pouvez être appelé à des pénalités qui vous imposeront les énormes pertes quotidiennes des différents corps de métier immobilisés pour rien. Ce qui peut aller très loin. Donc je ne vois pas pourquoi des partis politiques qui induisent leurs espions lobbyistes dans les médias à utiliser la mauvaise foi, ne seraient pas, par analogie, traités de la même manière.

    Par exemple à payer tous les frais d’une votation annulée pour ce genre de cause. C’est ce qui devrait aussi être fait en Valais pour les élections du Conseil d’État entachées d’irrégularités orchestrées sous la responsabilité de partis qui ont fait appel à leurs sympathisants européo-balkaniques, puisque ce n’est pas parce qu’on utilise la tricherie comme moyen difficilement analysable que la tricherie doit être une action finalement qualifiable de bénéficiaire.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.