La stratégie énergétique 2050, un cheval de Troie UE 2.0

Yves Nidegger
Avocat, Conseiller national UDC, Genève
troie-cheval

La stratégie énergétique 2050 est pleine d’incertitudes mais une chose est certaine : une fois le nucléaire tué par la politique et les barrages tués par l’importation massive d’électricité allemande subventionnée, la faible productivité actuelle de nos énergies renouvelables suisses va – à court terme – augmenter drastiquement la dépendance de la Suisse au réseau européen au point de ne plus pouvoir se passer d’un accès au marché UE de l’électricité.

Tel est l’enjeu de politique extérieure de la votation du 21 mai 2017. Car la Commission européenne a été très claire en 2010 : pas de nouveaux accords sectoriels en dehors d’un traité d’intégration institutionnelle comprenant reprise automatique des évolutions du droit européen et soumission de la Suisse à la jurisprudence de la Cour européenne de justice. En clair, pas d’intégration, pas d’électricité.
Le Conseil fédéral le sait bien, lui qui marche sur des œufs en ce moment sur le sujet de l’accord institutionnel en cours de négociation en adoptant la ligne de communication d’Alan Greenspan lorsqu’il était président de la Réserve fédérale US : «Si vous m’avez compris, c’est que je me suis probablement mal exprimé».

A suivre les plus récentes communications du Conseil fédéral, en effet, la «redéfinition de notre accès au marché unique» que représenterait un accord institutionnel aurait simultanément «toutes les chances d’être adoptée cet automne» et « aucune chance devant le peuple». Feignant d’oublier que la Suisse ne veut pas du marché unique européen, ni redéfini ni autrement, elle l’a dit en 1992, elle l’a répété en 2014, plébiscitant à chaque occasion un rapport bilatéral et non multilatéral avec nos voisins.

Accord avec l'UE qui cache son nom
Gageons que jusqu’au soir du vote du 21 mai 2017 sur la stratégie énergétique, le Conseil fédéral continuera à bercer chacun dans le confort de ses propres convictions en déclarant tout et son contraire sur le sujet de politique extérieure le plus important du moment. Puis, il tombera le masque en annonçant en cas de oui que les feux sont au vert pour un accès au marché européen de l’électricité sans lequel il faudrait bientôt se doucher à froid. Et que l’accord d’intégration européenne nécessaire à cet accès est fort heureusement, selon lui, dans la boite. Et le peuple avec.

S’il fallait choisir une raison majeure de voter non le 21 mai, ce pourrait être celle-là.

.

Yves Nidegger / source

3 commentaires

  1. Posté par benz le

    Si ça continue comme ça la suisse n’existera bientôt plus. Elle a déjà perdu sa souveraineté monétaire politique migratoire et maintenant migratoire ????? On va finir comme les greques et les frouzes

  2. Posté par aldo le

    Belle démonstration des sournois et des traitres au pouvoir.

  3. Posté par S. Dumont le

    Effectivement, les enjeux de cette initiative sont essentiels aux soumis du CF, car son acceptation définira le cadre institutionnel – chantage – des relations avec l’UE et je remercie Monsieur Nidegger d’en parler.
    En plus, dans la brochure rouge, plusieurs articles se réfèrent « aux prescriptions de l’Union européenne » sans pour autant nous donner de précisions.
    Du côté financier, cette initiative est un chèque en blanc!
    Cependant, il ne faut pas sous-estimer les contre-vérités pour parvenir à son acceptation…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.