Initiative populaire pour la restriction de la libre immigration (initiative sur la restriction)

libre-circulation
Bien que le peuple et les cantons se soient clairement prononcés le 9 février 2014 contre une immigration incontrôlée, la majorité du Parlement refuse de respecter et d'appliquer la décision du peuple et la Constitution fédérale. Le Conseil fédéral a également approuvé cette violation de la Constitution. Quant au Tribunal fédéral, il a décidé, en opposition avec les principes valable jusqu'ici, de placer d'une manière générale le droit international public au-dessus du droit constitutionnel. Tous ces choix ont été faits alors que depuis l'introduction de la libre circulation en 2007 environ 800 000 personnes en chiffre net ont immigré en Suisse, soit l'équivalent de la population du canton de Vaud.Ces procédés inacceptables ont contraint l'UDC Suisse d'agir. L'assemblée des délégués du 14 janvier 2017 a chargé le Bureau de la Direction du parti de présenter jusqu'au 24 juin des idées de solutions dans le but de "stopper l'immigration démesurée. Le faux principe de l'actuelle libre circulation des personnes doit être éliminé et l'immigration doit à nouveau être gérée de manière autonome. Il s'agira d'examiner s'il suffit à cet effet de résilier l'accord de libre circulation des personnes ou s'il faut prendre des mesures supplémentaires."

Sous la présidence de l'ancien conseiller national Caspar Baader, un groupe de travail commun de l'UDC et de l'ASIN a donc développé des variantes esquissant le sens que devrait prendre une initiative populaire pour restreindre la libre immigration (initiative sur la restriction). Ces idées ont été approuvées aussi bien par le Comité de l'ASIN que par le Bureau de la Direction de l'UDC.Ces variantes sont les suivantes:Variante 1: résiliation de l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE

La Constitution fédérale est complétée comme suit:Art. 121b cst. (nouveau); évent. uniquement une disposition transitoire: Art. 197 chiffre 12 cst. (nouveau)

L'accord de libre circulation des personnes du 21 juin 1999 entre la Suisse et l'Union européenne ainsi que les Etats membres de celle-ci doit être résilié dans le six mois suivant l'acceptation de cette disposition par le peuple et les cantons.

La variante 1 se concentre exclusivement sur la résiliation de l'accord de libre circulation des personnes entre la Suisse et l'UE. Ce traité est le principal moteur de l'immigration de masse que subit la Suisse.

Variante 2: interdiction du principe nuisible de la libre circulation des personnes combinée avec la résiliation de l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE

La Constitution fédérale est complétée comme suit:

Art. 121b cst. (nouveau)

1Il est interdit de conclure des traités de droit international et de prendre d'autres engagements de droit international qui garantissent la libre circulation des personnes à des ressortissants d'Etats étrangers.

2Des traités de droit international existants et d'autres engagements de droit international ne peuvent pas être adaptés ou étendus en contradiction avec l'alinéa 1.

3La libre circulation des personnes au sens de l'alinéa 1 consiste notamment à donner à un nombre indéfini de personnes le droit de séjourner ou d'exercer une activité lucrative ou de produire des prestations de service sur le territoire national de la Suisse et de leur accorder les mêmes conditions de vie, d'occupation et de travail qu'aux nationaux.

Art. 197 chiffre 12 cst. (nouveau)

1L'accord de libre circulation des personnes du 21 juin 1999 entre la Suisse et l'Union européenne ainsi que les Etats membres doit être résilié dans le six mois suivant l'acceptation de cette disposition par le peuple et les cantons.

Cette variante 2 exige non seulement la résiliation de l'accord de libre circulation des personnes, mais interdit en plus le principe nuisible et absurde de la libre circulation des personnes. On empêche ainsi le gouvernement et le Parlement de chercher par des voies détournées à accorder tout de même aux étrangers le droit d'immigrer librement en Suisse, renonçant ainsi à gérer de manière autonome l'immigration.

Variante 3: interdiction du principe nuisible de la libre circulation des personnes et priorité de cette disposition constitutionnelle

La Constitution fédérale est complétée comme suit:

Art. 121b BV (nouveau)

1Il ne peut exister de libre circulation des personnes entre la Suisse, d'une part, l'Union européenne et ses Etats membres, d'autre part.

2La disposition de l'alinéa 1 est prioritaire par rapport à tous les traités de droit international et d'autres engagements de droit international existants et futurs qui sont en opposition avec elle.

La variante 3 interdit toute libre circulation des personnes entre la Suisse et l'UE et fixe la priorité de la Constitution fédérale par rapport au droit et aux traités internationaux. Il n'est pas précisé si cet objectif doit être atteint par une résiliation extraordinaire de l'accord de libre circulation des personnes ou par une autre voie.

Ces propositions seront examinées et la marche à suivre sera fixée lors de l'assemblée générale de l'ASIN du 6 mai et de l'assemblée des délégués de l'UDC Suisse du 24 juin 2017. Par la suite, le groupe de travail commun formulera définitivement les variantes, si bien que l'ASIN et l'UDC pourront lancer une initiative populaire commune. Cela pourrait se faire durant la deuxième moitié de l'année 2017.

Informations supplémentaires:
UDC Suisse – Gabriel Lüchinger, secrétaire général: 079 108 89 55

6 commentaires

  1. Posté par Vengeur le

    Source 20minutes;
    « Une partie de l’aide sociale finit à l’étranger
    Des étrangers à l’aide sociale envoient de l’argent vers leur pays. Les sommes en jeu pourraient se monter à des milliards de francs »

    Et après l’UDC est d’extrême droite ?? c’est quoi la gauche ?? scandaleux…tout simplement scandaleux…avec la bénédiction de toute la gauche et le centre (PDC,PLR et le reste)

  2. Posté par farjon thierry le

    Un ours:
    Le valais peut être verrouillé en moins de 2 heures! ABE

  3. Posté par farjon thierry le

    Le traité de Schengen a une anguille sous la roche: le but de ce traité, est de « remplacer » le peuple européen pour
    1 pousser les salaires a la baisse.
    2 supprimer les nations.
    3 relancer l’économie par l’esclavage.
    il ne faut pas se laisser faire par cette oligarchie continuer a nuire aux nations et peuple autochtone.
    Résillier le traité de Schengen est le seule solution pour maîtriser cette immigration massive voulue par cette oligarchie.

  4. Posté par Burnand le

    On s’est moqués des citoyens. Les gens entrent en suisse pour y rester comme avant. RIEN N’A CHANGE. Une honte.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.