Citoyens en armes. Cette fois c’est le Conseil des ministres de l’UE qui approuve les restrictions

Frank Leutenegger
Journaliste, retraité RTS,  www.swissguns.ch
SwissGunsBelleImgae

Une étape de plus: le Conseil des ministres de l'UE adopte la révision de la Directive 91/477/CEE

 

Ce mardi 25 avril, le Conseil des ministres de l'Union européenne a adopté la révision de la Directive 91/477/CEE. Un pas de plus est donc franchi, avec le cortège de décisions maintenant bien connues:

  • magasins au maximum de 20 coups pour les armes de poing, 10 coups pour les armes longues semi-automatiques,
  • traçabilité,
  • renforcement des règles pour l'acquisition et la détention, interdiction des armes longues jugées trop courtes,
  • échange d'informations entre Etats.

 

La première réaction en Suisse vient de la FST (Fédération sportive suisse de tir) : "Le 14 Mars, la directive 91/477 / CEE relative au contrôle de l'acquisition et la possession d'armes a été adoptée. Maintenant, ce cela ne fait plus de doute: Le Conseil des ministres a confirmé la directive le 25 Avril. La Suisse devrait accepter le renforcement de la loi sur les armes de l'UE. L'Association suisse de tir Sport ira au référendum , quitte à accepter une sortie de Schengen".

 

Nous irons au référendum. Et nous le gagnerons si notre organisation de défense, proTELL, est forte. Et pour cela, il faut participer à l'assemblée générale extraordinaire du 17 juin prochain !

 

Communiqué du Conseil des ministres

http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2017/04/25-control-acquisition-possession-weapons/

Communiqué de la FST, Swissshooting

http://www.swissshooting.ch/desktopdefault.aspx/tabid-453/744_read-12199/744_page-2/

Directive - dernière mouture

http://data.consilium.europa.eu/doc/document/PE-62-2016-INIT/fr/pdf

Dernier Editorial de SwissGuns, F. Leutenegger, 27.4.2017

6 commentaires

  1. Posté par fischmeister le

    Vous les Suisse vous êtes aux avants postes , pour la défense des libertés individuelles et collectives par vos référendum , je suis épaté par votre citoyenneté , si seulement en France nous avions comme vous la possibilité de nous faire entendre des politiques par référendum.Bien à vous amis tireurs suisses.Un français qui attend le retour de la vraie démocratie .

  2. Posté par Blaise le

    Pas question de changer la lois actuelle. Elle est suffisamment restrictive, et la directive n’ est que du vent, de la communication inutile pour certains politicards en mal de publicité. En décortiquant cette directive, pas un mot, pas une virgules, rien, mais vraiment rien ne touche les armes vendues aux marché noir. La seule chose que l’ ont peut AFFIRMER, c’ est que ce sont les gens honnêtes, et qui déclarent leurs armes qui vont payer le prix fort de cette traîtrise.Pour preuves, les dernières fusillades à Bâle ont été faites par des ressortissants qui légalement n’ avaient pas le droit de posséder des armes sur notre territoire, et de plus celles-ci n’ étaient pas légale. Pour la procuration d’ armes de tous calibre allant du pistolet au lance roquette, des journaliste français on fait la démonstration qu’ en quelque jours, ils avaient pu trouver, acheter et importer le tout en France sans aucun problème. En fin de compte,CETTE DIRECTIVE NE TOUCHE ABSOLUMENT PAS LES CRIMINELS!!! Par contre, dans un soucis de lécher les bottes de l’ U.E, Sommaruga ne manquera pas, avec sa clique, de vouloir utiliser une puissance étrangère pour détruire les libertés de son propre peuple!

  3. Posté par Héradote le

    Cette fois, nous sommes au pied du mur. Encore une fois, une liberté majeure, sans parler d’une partie importante de notre identité est en danger de disparaître, suite à un énième diktat de l’Europe.
    Encore une fois, on va nous dire que, en cas de refus, on va tout perdre, devenir pauvre, être mis à ban de l’Europe, devenir un pays parias.

    Il est temps de mettre fin à cette mécanique destructrice de notre identité. Si on accepte cela, que sera la prochaine ? Suppression du droit d’initiative, qui a tant fâché l’Europe ? Interdiction des Landsgemeinde ? Quota obligatoire de réfugiés ? Et quoi encore ?

    Disons NON une fois pour toute, et soyons prêts à assumer les conséquences. Un sortie de Shengen ? Elle ne sera pas forcément appliquée, car nous avons des moyens de rétorsion, le passage des alpes est tout autant important pour l’Allemagne qu’au temps de Morgarten.
    De même, il serait utile de faire un bilan global des bilatérales, la Suisse ne marchait pas si mal avant. Pourquoi nous lancer dans une croissance sans limite ? Est-ce vraiment cela notre futur ? Nous avons du avaler d’innombrables couleuvres quand on a négocié les bilatérales, chaque pays pouvant appliquer son véto nous a fait son petit chantage. On pourra donc revenir sur bien des concessions.
    Courage, osons dire NON et assumons les conséquences.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.