Cathos tradis – Yves Daoudal votera Fillon – Bernard Antony votera Le Pen

Michel Garroté
Politologue, blogueur
MLP-8

Fillon-2

   
Michel Garroté  --  On peut, bien-entendu, considérer que le vote des catholiques traditionalistes n'influera pas la présidentielle française. Ce vote reflète, toutefois, les opinions, au demeurant diverses, d'une communauté très active sur Internet, dans des colloques et conférences, dans la publication d'articles, d'analyses et de livres. Fait intéressant et révélateur, Yves Daoudal et Bernard Antony se connaissent depuis très longtemps et agissent dans la même "mouvance électorale". J'écris "fait intéressant et révélateur", car Yves Daoudal votera Fillon tandis que Bernard Antony votera Le Pen : en clair, dans la même "communauté de foi et de pensée", deux chroniqueurs voteront différemment et ils s'en expliquent tous les deux.
-
Daoudal s'en explique sur son blog, car certes, il vote Fillon, mais à contrecoeur (lien vers source en bas de page) : "Si on m’avait dit qu’un jour je voterais Fillon, j’aurais rigolé. Mais là on ne rigole plus. Même si l’élection présidentielle est incroyablement surévaluée. En fait elle n’a pas grande importance, et l’élection législative non plus, puisque en gros les trois quarts des lois votées en France sont des transcriptions de textes de l’Union européenne. Ce qu’on appelle élection présidentielle est l’élection du gouverneur français de l’UE. On lui laisse les questions 'sociétales', mais il ne reste plus grand-chose à inventer de ce côté-là. L’enjeu est toutefois de tenter d’éviter le pire déshonneur pour la France. Car l'élu, qu'on le veuille ou non, représentera la France.
-
Daoudal : La pire honte serait d’avoir comme représentant de la France la serpillière de l’euromondialisme Emmanuel Macron, paillasson de la finance, de l’immigration, de l’invasion islamique et de la culture de mort : la totale. Dans un monde où il y a Trump et Poutine. Puisqu’il y aura manifestement au second tour Marine Le Pen et un autre candidat, et que cet autre candidat, quel qu'il soit, sera vraisemblablement élu, il faut tout faire pour que cet autre candidat ne soit pas Macron, ou, pire encore, Mélenchon. Donc voter et faire voter Fillon. Sans rire, d’autant que ce n’est vraiment pas drôle", précise Daoudal.
-
De son côté, Bernard Antony votera Marine Le Pen, mais il pointe les erreurs du FN (lien vers source en bas de page) : "Je pense, et je m’en réjouis, que Marine Le Pen sera ce dimanche soir qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle où, comme je l’ai écrit depuis longtemps, je voterai pour elle, même si, en raison des aspects décevants de son programme sur le respect de la vie innocente et sur sa ligne encore trop étatiste, ce ne sera que le choix du « moindre mal ».
-
Antony : Je ne me hasarde pas à pronostiquer qui, de Macron, Mélenchon ou Fillon sera son adversaire. Mais j’ai écrit suffisamment combien je considère que Macron ou Mélenchon seraient les élus du pire. Que ce soit Macron ou Mélenchon qui devrait être présent et élu au second tour, ce serait évidemment le choix du pire par l’électorat. Si c’est Fillon qui, finalement, était désigné au premier tour et pourrait alors l’emporter au second, ce serait en quelque sorte l’élu du « moindre pire ». « Du moindre pire », car je n’attends rien de bon de son entourage plus maçonnique et plus gauchi que celui de Marine Le Pen.
-
Antony : Je sais bien que Fillon a reçu aussi l’appui de « Sens Commun ». Mais c’est un véritable gag de la désinformation médiatique que d’être arrivé à positionner Sens commun comme si c’était une ligue d’extrême-droite ! Il faut aussi toute l’ignominie d’un François Bayrou pour avoir émis une aussi abominable ineptie. Car Sens Commun n’a même pas la position de remise en cause de la loi Veil qu’implique une adhésion aux commandements du Décalogue, ou tout simplement humaine à la loi naturelle et au respect de la vie.
-
Antony : On mesure ainsi le triste gauchissement général des valeurs et des positions politiques qui n’a cessé tout au long de la V° République. Mais la constatation que l’on peut faire aussi de cette période, c’est qu’en France donc, en 2017, il y a encore plus ou moins 20 % d’électeurs à voter pour des candidats (Mélenchon et les deux trotskards) de la continuité marxiste-léniniste. Ceci cent ans après la révolution d’octobre, avec un bilan sans précédent dans l’histoire, de pour le moins cent millions de morts massacrés par les régimes communistes d’hier et d’aujourd’hui.
-
Antony : Sous le fallacieux prétexte qu’une grande partie de son électorat, notamment ouvrier, est venu du communisme, on a proscrit tout anti-communisme au Front National. Soi-disant pour ne pas chagriner cet électorat. Absurde ! Alors qu’en dispensant un minimum de formation sur ce qu’a été « le communisme, horizon indépassable de l’esclavagisme moderne », on n’aurait fait que le conforter dans ses choix.
-
Antony : Mais demeurant dans l’ignorance de ce que fut l’empire léniniste de la Tchéka et du Goulag, beaucoup, trouvant après tout les suaves paroles de Mélenchon aussi prometteuses que celles de Marine, retournent sans difficulté à leurs premiers errements. Et on peut aussi mesurer combien est faux le discours sur la disparition des valeurs et positionnements de droite et de gauche, que transcenderait le populisme. On a déjà connu cela. Ça n’a jamais été durable. Selon moi, ce n’est qu’en amenant aux véritables valeurs de la véritable droite de conviction un ancien électorat de gauche que l’on peut le fidéliser", précise Antony.
-
Introduction & Adaptation de Michel Garroté pour https://lesobservateurs.ch/
-
Sources :
-
http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2017/04/19/dimanche-5934638.html
-
http://www.bernard-antony.com/2017/04/election-de-ce-dimanche-premiere-lecon.html
-

4 commentaires

  1. Posté par Sancenay le

    @Claire et à UnOurs
    « le choix de Daoudal » fut déjà en son temps de voter pour Sarkozy dont le quinquennat coûta si cher à la France. Cela représenta déjà au mieux la vaine théorie du « vote utile  » qui nous a valu aussi en son temps les misères giscardienne puis chiraquienne.Que de temps de perdu pour enrayer les maux qui désormais mettent l’existence même de la France en danger.
    Le fait que Madame le Pen, qui, certes a commis bien des fautes, ait du mal à être élue au second tour ne doit pas occulter l’étape suivante des législatives qui, elle, a de fortes chance d’être remportée par le FN qui aura donc la possibilité de peser encore davantage sur le cours des choses et ouvrir davantage encore le chemin de l’indispensable renouvellement de la classe politique.
    Car que fera un Fillon empêtré qu’il est dans son club de prébendiers sans foi ni loi qui n’avait d’autre idée jusqu’alors que de le poignarder dans le dos ?
    Quelques soient les mérites et/ ou l’habileté de Fillon à résister à la curée révolutionnaire, qu’il vient de subir, il a fait preuve tout au long de sa carrière de bien trop d’attentisme, et parfois de légèreté, pour répondre avec hardiesse et justice aux besoins de notre Patrie.
    Il faudra donc à tout le moins, s’il se qualifie au second tour , voire s’il gagne au second, ce qui n’est pas impossible, qu’il soit mis sous pression, mais sous la bonne, pression, cette fois-ci.
    « Combattez, combattez, et Dieu donnera la victoire »

  2. Posté par Claire le

    Tout à fait d’accord avec UnOurs. En tout cas, tout sauf un candidat de gauche trotskiste (Hamon, Mélenchon et ne parlons même pas de Poutou et Arthaud, comment ces gens-là ont-ils pu avoir 500 signatures d’élus?), ou de gauche hollandaise comme Macron. Si l’un d’entre eux est élu, c’est la fin de la France.
    Avec M Le Pen, on peut craindre la même chose qu’avec Trump aux USA: l’extrême-gauche fascisante dans la rue et le blocage des fonctionnaires bien-pensants.
    Avec Fillon, on sera entre deux eaux, mais ce sera toujours moins pire que l’un des sus-nommés.
    Il est tout de même inquiétant qu’autant de gens en France votent encore pour des candidats marxistes/trotskistes dont le discours a 100 ans, ou se laissent berner par un produit marketing relooké comme Macron.

  3. Posté par UnOurs le

    Le problème, c’est que face à Marine Le Pen (dont je souhaiterais évidemment l’élection) même un cheval serait élu. Et que ce soit Macron ou Mélanchon qui accèdent de cette façon à l’Elysée, ce serait avec eux la fin quasi ontologique de la France, avec pour seule alternative l’insurrection armée.

    Dans cette optique, je comprends le choix de Daoudal.

    Le moins pire des scénarios serait que Fillon devienne président et que le FN triomphe ensuite aux législatives, de façon à engager toute la droite dans un virage « droitier » sans retour.

  4. Posté par Sancenay le

    Dans la mesure où la triste réalité a ramené Marine Le Pen à la case départ du diagnostic et des remèdes dument prescrits par son père en temps utile et suivis fidèlement par Marion, on ne voit pas d’autre choix plus pertinent que de voter pour elle.
    Voter Fillon, c’est prendre le risque de se ramasser les mêmes incapables, voire pour beaucoup tordus ( genre Estrosi, NKM, Bertrand, Raffarin,Chatel and co) qui nous ont conduits au triste état dont nous souffrons, et de s’y enliser définitivement.
    Alors, quels ques soient les mérites et/ ou l’habileté de Fillon à donner le change, du balai pour cette clique pourrie.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.