La pression migratoire sur l’Europe et la Suisse ne faiblit pas

invasion-europe-carte
La pression migratoire sur l'Europe et la Suisse ne faiblit pas, a averti jeudi le secrétaire d'Etat aux migrations, Mario Gattiker. Les demandes d'asile en Suisse sont toutefois en baisse depuis janvier.

"L'Italie a déjà enregistré une hausse de 60% des arrivées par rapport à la même période de l'an dernier", relève Mario Gattiker.

"On n'en voit pas encore les effets en Suisse (...) mais il n'est pas à exclure qu'une partie de ces personnes arrivera dans notre pays par la porte du Tessin", explique le secrétaire d'Etat aux migrations à plusieurs journaux romands.

Demandes d'asile en baisse

Mario Gattiker précise toutefois que la hausse des requérants d'asile n'atteindra pas 60% en Suisse. Selon lui, l'attractivité de la Suisse, qui applique de manière "rigoureuse" les accords de Dublin, "a diminué avec le traitement de manière accélérée des demandes d'asile peu fondées".

Pour l'instant, les demandes d'asile sont même en baisse par rapport au premier trimestre 2016. En février, le Secrétariat d'Etat aux migrations avait enregistré 1507 demandes d'asile, soit 5% de moins qu'en janvier. Comparé à la même période en 2016, les nouvelles requêtes ont reculé de 44%.

 

 

24'000 arrivées de Libye en Italie depuis janvier

Pour le secrétaire d'Etat aux migrations, la Libye joue un "rôle central" dans la situation actuelle. "Il y a entre un demi-million et un million de personnes qui y sont exploitées par les groupes criminels ou terroristes qui organisent un trafic humain à travers la Méditerranée", déplore Mario Gattiker, qui regrette les milliers de morts sur l'itinéraire reliant la Libye à l'Italie.Plus de 24'000 migrants sont arrivés de Libye en Italie pendant les trois premiers mois de l'année, selon le Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU, contre 18'000 sur la même période en 2016. L'année dernière, 181'000 migrants, un record, étaient parvenus en Europe via les côtes italiennes.

Le chargé de la migration internationale ne sera pas remplacé

L'ambassadeur extraordinaire chargé de la migration internationale, Eduard Gnesa, part à la retraite, mais ne sera pas remplacé, s'inquiète Le Temps dans son édition de jeudi. La décision de la Confédération surprend, vu l'importance des dossiers qui lui sont confiés.Ses tâches seront réparties entre le Département fédéral de justice et police et le Département fédéral des affaires étrangères. Les parlementaires joints par le quotidien saluent cette collaboration, mais regrettent l'absence d'une personnalité à ce poste-clé. Gerhard Pfister, président du PDC, parle même d'"erreur".

 

7 commentaires

  1. Posté par Palador le

    Tant qu’il y a des « indignés » qui vont les chercher en masse par bateaux dans les eaux territoriales libyennes avertis à l’avance par les passeurs eux-mêmes, le flux ininterrompu va continuer. Trajectoire immuable: Afrique-Libye-Lampedusa.

  2. Posté par Patrick Lévy le

    J’ai encore dû pondre un doublon; je continue à recommencer, inlassablement, l’Europe, la Confédération Helvétique comprise, doit, rapidement, agir contre l’immigration, pas demain, aujourd’hui. Patrick Lévy.

  3. Posté par sophie edouard le

    Mais dieu qu’ils sont bêtes… Les demandes d’asile faiblissent car ils savent pertinemment que comme il y a cette convention Dublin ils seront renvoyés dans le premier pays d’Europe. Si ils entre illégalement, toutes nos associations et sociaux vont les prendre en charge, de plus ils n’ont plus de papiers, sont devenus subitement amnésiques et ne se souviennent plus par quel pays ils sont arrivés ni de quel pays ils sont originaires et pour couronner le tout tous mineurs…. Une fois entré ils ne repartiront plus voilà la réalité, alors qu’on arrête de nous bassiner avec leurs statistiques pourries!! toutes les années elle diminue sois-disant, on devrait même arriver à du négatif actuellement avec leurs calcules savants, la réalité c’est que chaque jour il y a de plus en plus d’africains, d’érythréens, des gens d’afrique du nord dans nos rues. Quand on rencontre un autochtone c’est une personne âgée, les autres bossent pour entretenir tout ce bordel !!

  4. Posté par conrad hausmann le

    Je reviens des Pays.-Bas , il y a bien des Africains etc. mais au max. quatre fois moins qu’ à Genève. Avec une opération d’abrutis comme papyrus, il pourrait y avoir 20.000 de ces allogènes à naturaliser afin qu’ils touchent de l’aides sociales sous toutes les formes…

  5. Posté par miranda le

    @ monde tombé sur la tête
    Nous devrions être en état de résistance, mais comme des millions de gens n’ont pas encore compris, l’INVASION PROGRESSE A PAS DE GEANTS.

    Mais nous pensons que si les citoyens européens prennent la mesure du tragique de la situation, ceux qui sont à l’origine de CE DESASTRE, devront rendre des comptes devant un tribunal pénal.

    Car il s’agit d’un GENOCIDE SOFT ORGANISE

    ON NE PEUT AGIR DE LA SORTE QUE LORSQU’ON EPROUVE UN MEPRIS PROFOND POUR LE PEUPLE QUE L’ON EST CENSE GOUVERNER..

    .

  6. Posté par Bussy le

    Avec la méthode australienne, zéro mort et zéro trafic humain…. qui sont les responsables de ce gâchis ?

  7. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Pourquoi faiblirait-il?
    Toute l’afrique est desormais au courant que les cons d’européens arrosent les arrivants d’argent et de cadeaux, leurs fournissent des logements, subviennent à tous leurs besoin, les chouchautent et leurs octroient des droits sans aucun devoir, et lorsqu’ils leur crachent dessus et même s’ils commettent des crimes contre eux, ces européens s’excusent et battent leur coulpe… et tendent l’autre joue…
    En plus, ces imbeciles qui travaillent si dur pour entretenir les envahisseurs, les considèrent encore comme des chances!
    Il faut être fou pour rester chez soi!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.