20 % de demandeurs d’asile en plus

post_thumb_default

 

Comme on dit : ça se bouscule au portillon. Selon les chiffres rendus publics par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), la France, « terre d’accueil » de toute la misère du monde, aurait connu plus de 20 % d’augmentation en matière de demandes d’asile en 2016.

Ainsi, comme on peut le lire dans Le Figaro, ces chiffres confirment les évolutions annoncées dès le 28 décembre.

Selon le quotidien, aux quelque 86 000 demandeurs enregistrés par l’Pfpra en 2016 s’ajoutent aujourd’hui les « migrants » qui déposent un dossier de demande en préfecture (ceux-là, les « dublinés » comme les surnomment les technocrates, devraient être, en principe, transférés dans le premier pays européen par lequel ils sont entrés sur le territoire). Résultat de la « bousculade » : 97 300 demandes d’asile ont été déposées en France en 2016 soit près, voire plus, de 100 000 demandeurs d’asile. Des chiffres qui ne concernent que l’« immigration légale ».

Après une année 2015 marquée par une hausse exceptionnelle des demandes d’asile, liée à l’arrivée de « réfugiés » provenant de Méditerranée, la progression des demandes s’est poursuivie en 2016 avec une forte augmentation du taux d’acceptation – plus de 30 % des « réfugiés » qui ont déposé un dossier, soit 26 351 personnes, se sont vu octroyer ce statut protecteur. A noter que, malgré la crise syrienne, ce ne sont pas les Syriens qui sont les plus nombreux à déposer une première demande d’asile en France, mais les Soudanais, les Afghans, mais aussi les Albanais et les… Haïtiens. Quatre pays d’Afrique figurent parmi les dix nationalités les plus représentées.

Autre conséquence : l’augmentation des titres de séjour délivrés à des étrangers. Fin 2016, le nombre d’étrangers accueillis en France en situation régulière et possédant une carte de séjour s’élevait à plus de 2,8 millions. Une augmentation et des chiffres qui restent « dans des proportions totalement acceptables pour notre pays », estimait il y a peu l’ex-ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux.

Une submersion migratoire, une immigration massive à laquelle Marine Le Pen est la seule à vouloir mettre un coup d’arrêt en désirant suspendre immédiatement les accords de Schengen, en rétablissant les contrôles aux frontières et en expulsant les fichés « S » étrangers, sans oublier de déchoir de leur nationalité les binationaux « convaincus de liens avec le djihadisme ».

Cet article 20 % de demandeurs d’asile en plus est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.