Le discours de Benoît XVI candidat à la présidentielle française

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Benoît-XVI-1

Benoît-XVI-2

   
Chers fidèles électrices, chers fidèles électeurs,

Les valeurs d’une société s’affichent clairement pendant les campagnes électorales. Les partis cherchent alors à offrir aux gens tout ce qu’ils imaginent que ceux-ci désirent et considèrent comme une priorité. A regarder les programmes électoraux des partis aujourd’hui, deux points essentiels sautent aux yeux, qui représentent en quelque sorte les peurs et les espérances de notre société.
-
D’un côté, il y a l’économie, c’est-à-dire la préoccupation pour les biens matériels. De l’autre, il y a la lutte contre la criminalité, c’est-à-dire la peur devant la puissance de la violence quand celle-ci détruit les biens.
-
Le mal, la violence sont devenus si forts qu’ils figurent désormais en tête de nos préoccupations et de nos peurs, si forts qu’engager la lutte contre la violence nous apparaît la priorité absolue. Il en est ainsi parce que les biens ne sont plus protégés, parce que le bien est absent.
-
Si la question du bien est laissée  à la discrétion de chacun, et si les valeurs morales, si Dieu lui-même est conçu comme quelque chose de relatif, que chacun peut se figurer comme il l’entend, dont on peut même se moquer, et bien, là où la force du bien s’épuise, les biens sont extrêmement menacés. Parce que, du fond des cœurs désormais vides jaillissent l’envie, et de l’envie, la violence.
-
L’Etat pourra construire autant de prisons qu’il veut, assumer autant de forces de l’ordre qu’il peut, celles-ci ne suffiront pas, parce que le bien a été relégué comme quelque chose se relatif, laissé à la discrétion de chacun.
-
C’est justement cette situation, une société qui ne pense qu’aux biens, et qui a déclaré le bien, Dieu, comme négligeable, qui devrait nous faire réfléchir et nous aider à nous remettre à la recherche de la source du bien, à chercher Dieu, le Dieu vivant. Ce n’est qu’en sa Présence que nous apprenons le bien. Et Dieu est présent uniquement quand il n’est pas une idée vague, mais qu’il vient à notre rencontre concrètement.
-
Signé : Benoît XVI, candidat à la présidentielle [voir précisions ci-dessous]
-

Notice de Michel Garroté à propos du discours de Benoît XVI :

-

il s'agit en réalité de propos tenus par le Cardinal Ratzinger, devenu plus tard Benoît XVI, dans une homélie (cf. lien ci-dessous) datant de 1998....
-
Homélie du Cardinal Ratzinger, le 2 août 1998, à Pentling, en Allemagne :
-
http://www.evangelium-vitae.org/actualite/3135/pendant-la-campagne-%C3%A9lectorale.htm
-

2 commentaires

  1. Posté par Dominique Schwander le

    Contrairement au pape Francisco, le pape allemand Benoit fut lui un leader clairvoyant. Dans son discours du 12 septembre 2006 « Foi, raison et université. Souvenirs et réflexions » à l’Université de Ratisbonne en Allemagne (Universität Regensburg) il traita des rapports entre la religion et la violence, et fit une condamnation claire et motivée de la violence exercée au nom de la religion. Il a répété entre autre ce qu’a dit, à la fin du XIV ème siècle, l’empereur Byzantin Manuel II Palaiologos: « Montre-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Tu ne trouveras que des choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l’épée la foi qu’il prêchait. » 

  2. Posté par Claire le

    Il n’y a qu’un seul pape: Benoît XVI, qui tient le juste milieu entre discours chrétien et lucidité par rapport à nos sociétés décadentes et islamisées.
    François est un usurpateur et un antipape marxiste et mondialiste.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.