Une éminente médecin britannique préconise d’autoriser l’avortement en fonction du sexe

wendy savage

Le professeur d’obstétrique Wendy Savage a déclaré que les femmes devaient être informées du sexe de leur fœtus lorsqu’elles subissent une échographie. La rétention d’information « par crainte d’avortements en fonction du sexe » est « scandaleuse » selon elle. Agée de 81 ans, Wendy Savage est gynécologue obstétricien à la retraite et membre du comité d’éthique de l’association médicale britannique. Elle a pris la parole à titre personnel.

Il s’agit du « droit de savoir » des femmes, et de leur « droit de décider ». «Si une femme ne veut pas avoir un fœtus qui est d’un sexe ou de l'autre, la forcer ne sera bon ni pour l'enfant potentiel, ni pour la santé mentale de la mère », a-t-elle soutenu.

Wendy Savage a tenu ces propos alors que le Parlement vient de décriminaliser l’avortement dans ce pays (cf. L’avortement décriminalisé au Royaume-Uni). Sa prise de position intervient également alors que le Nuffield Council on Bioethics a expirmé ses craintes sur les dérives du dépistage prénatal non invasif (cf. Royaume-Uni et DPNI: le Conseil sur la Bioéthique craint des dérives) sur les avortements sélectifs.

Actuellement au Royaume-Uni, certains hôpitaux refusent de révéler le sexe du fœtus aux femmes lors de l’échographie à environ 20 semaines de grossesse[1]. Selon ces hôpitaux, le manque de personnel est en cause, ainsi que la fiabilité de l’information.

[1] Au Royaume-Uni, l’avortement est possible jusqu’à la 24ème semaine de grossesse.

2 commentaires

  1. Posté par Panache l'Écureuil le

    L’Angleterre a toujours été championne dans ce genre d’expériences sur l’humain. Il suffit de penser au roman de Mary Shelley: « Frankenstein ou le Prométhée moderne » (1818).
    Pour ce qui est des abeilles mentionnées par Jardashian, Philippe de Villiers donnait déjà l’alarme dans son livre « Quand les abeilles meurent, les jours de l’homme sont comptés »
    #Albin Michel; 176p; 13,70 € .

  2. Posté par Jim Jardashian le

    Le droit de tuer, quoi.
    L’avortement ne devrait être permis qu’aux femmes qui sont véritablement en détresse (pour des raisons médicales, psychologiques, voire économiques), mais ne devrait en aucun cas être fonction du sexe du foetus ou d’autres considérations de ce type.
    Notre monde aime la mort: les pesti-cides qui tuent des millions de d’animaux, en particulier, les précieuses abeilles; l’euthanasie; les guerres qui n’en finissent pas; les suicides de paysans et d’autres personnes mises aux marges de, ou épuisées (« burn out », dépression, etc.) par, nos sociétés; la boucherie industrielle; la chasse touristique; la destruction de plus en plus accélérée des espèces provoquée par nos industries; les accidents de la route qui font des dizaines de milliers de morts annuels de par le monde; et j’en passe.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.