France : une prof des quartiers nord de Marseille sort du silence « Pendant le ramadan, sur une classe de 15, il n’y a que 2 élèves en cours »

lequeux-jeunesse-francaise-24

(…) Caroline prof dans Marseille nord : Elle est professeure des écoles spécialisées dans un collège de refondation de l’éducation prioritaire (Rep+) des quartiers nord de Marseille. Ses élèves de quatrième et de troisième sont des adolescents en échec scolaire et présentés comme « en grande difficulté ». Cette passionnée démontre qu’on peut les accrocher, les hisser, les éduquer (…)

Comment ça se passe ?

Tous les matins, c’est l’aventure, je ne sais pas ce qui va arriver. Je programme mon cours mais, face à des comportements ingérables, à des lacunes scolaires abyssales, je dois improviser et m’adapter à l’hétérogénéité du groupe (…)

Comment y parvenez-vous ?

J’essaie de trouver un biais pour entrer en contact avec eux : la fermeté, la gentillesse, l’attention. S’il n’y a pas un lien affectif, une mise en confiance, je ne les accroche pas (…)

Quelle est l’ambiance en classe ?

Les élèves se cherchent toute la journée, se moquent, s’insultent : “Il m’a regardé, il m’a dit : ‘Ta mère !’ ” Et ça part. Une gamine n’arrêtait pas d’ennuyer un gamin, plus renfermé. Elle lui répétait en rigolant : “T’es pas beau…” Il ne répondait pas. Et, soudain, il s’est levé et lui a mis une gifle.

Comment avez-vous réagi ?

Je n’insulte jamais, mais je dis avec force : “Ici, c’est pas la cité, c’est moi qui commande. Tu vas m’obéir sinon je te mets dehors.” Quand le gamin répond : “Essayez, je m’en fous”, je rétorque d’une voix blanche : “Attention, tu vas perdre.” Parfois, je prends leur sac et je le jette dans le couloir parce qu’ils ne veulent pas sortir. Alors ça devient : “Touchez pas à mon sac, c’est pas vous qui l’avez payé ! – Tu vas voir, je vais faire une note à ta mère ! Dis-lui de venir, je vais lui expliquer ton comportement !” C’est une lutte permanente. Un combat aussi pour qu’ils viennent en cours. Je leur répète que pour s’en sortir dans la vie, il est nécessaire d’avoir une formation, un métier, de l’argent (…)

Et vous, vous avez envie de sortir ces enfants de là.

Il faut voir ce qu’ils vivent ! Tout enfant qui grandit dans ces cités devient forcément un délinquant ; les parents ne leur parlent pas et les mettent dans la rue avec les grands frères qui dealent toute la journée. Leur seul espoir d’en sortir, c’est par l’école. Dans notre collège, en bordure des cités, il y a 500 gamins. Certains sont suivis par la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), ont un casier judiciaire et manquent l’école car ils sont chez les flics pour deal, agression, vol (…)

Regardent-ils des vidéos de Daech ?

Je ne sais pas. En revanche, ils jurent sur la tête d’Allah, sur le Coran. Pendant le ramadan, sur une classe de 15, il n’y a que 2 élèves en cours. Certaines filles sont voilées et retirent leur foulard à l’entrée du collège. Avec eux, la religion est un sujet inabordable. Si ça vient sur le tapis, je fais semblant d’éluder. Ils se vantent d’être musulmans, se sentent du bled, pas français… Même si, sur leur fiche individuelle, ils ont tous écrit : nationalité française (…)

Les fléaux des cités s’exportent jusque dans l’école… Comment lutter ?

Depuis cette année, les profs signalent ceux qui peuvent être fichés S. Mais si ces ados sont très identifiés à l’islam, ils ne sont pas radicalisés. Ce qui m’inquiète le plus se situe au plan de la société : ces délinquants gangrènent maintenant le reste de la ville. Ils sont de plus en plus violents et nombreux et il n’y a ni sanction ni aide. La police n’a pas les moyens d’absorber 40 dossiers par jour. Les procédures sont longues à mettre en place et la réponse judiciaire à un vol est un simple rappel à la loi. L’idéal serait non pas de les enfermer mais de les sanctionner par des travaux d’intérêt public, comme nettoyer les rues. Pour les éduquer, il faut leur mettre des limites, ainsi qu’aux parents : ces enfants ne se sont pas inventés délinquants en sixième. Dès le CP, certains ne vont pas à l’école ! Moi, à mon niveau, je les punis en leur donnant une heure de cours supplémentaire ou en les privant de récréation…

C’est un problème culturel ?

Dans nos classes, on a deux Blancs. Les autres sont d’origine africaine, gitane, maghrébine. Une petite Gitane, qui est d’ailleurs persuadée que la “Gitanie” existe, est violente. On a fait venir le papa qui l’a apostrophée devant nous : “Quand tu auras 16 ans, tu arrêteras l’école et on te trouvera un mari !” Elle ne sortira pas de son milieu (…)

Source : http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Marseille-une-prof-des-quartiers-nord-sort-du-silence-1213484

Via CivilWarInEurope

4 commentaires

  1. Posté par Léo C le

    De toutes façons ils sont formatés dès la naissance. Leurs seules issues ? Un CAP de délinquant ou un master de crapule de haute volée.
    Ils n’envisagent en rien de faire partie du projet collectif d’appartenir à une collectivité, à une nation. Le grand banditisme ou le djihadisme pour seule réponse.

    Irrécupérables.
    On les laisse déferler et on leur octroie la nationalité française par droit du sol sur laquelle ils dégueulent. Après envoi d’un simple papier lorsqu’ils sont candidats, qui n’est rien qu’un autre moyen de profiter du système.
    Le fils de mon plus vieil ami qui vit à Londres a obtenu la nationalité britannique après une cérémonie et une prestation de serment; tout comme son père pour la nationalité canadienne.
    Les vagues successives d’immigrants du début du siècle dernier avaient un peu plus de respect pour ce privilège.

  2. Posté par Alain H. le

    De par l’expérience des pieds noir en Algérie, on peut dire sans se tromper que ces gens ignorent tout culturellement du rapport égalitaire… Dans leur esprit, soit ils dominent, soit ils sont dominés… Et quand ils se sentent plus faibles, ils s’allient entre eux pour devenir plus forts…
    Sion n’est pas caapble de les appréhender avec leur propre culture, à ce moment là, ils n’ont rien à faire en France… Ils vont gangréner notre pays…
    Pour anecdote, en 1980; alors que j’interrogeais un homme d’affaires algérien quant aux problèmes supplémentaire que nous posait cette vague migratoire, comparativement à toutes les autres qui s’étaient intégrées, il me répondra : « Mais on ne vous a pas envoyé les meilleurs… »… Ce n’est peut être pas le fond du problème, mais il décrit en bonne partie les racines du problème. On nous a envoyé des gens sans éducation, sans culture, sans morale… Difficile, en les concentrant en plus en communautés, d’en faire un jour de vrais français…
    Il est donc plus que temps de les renvoyer dans leur pays d’origine… La paix sociale de notre pays est à ce prix.

  3. Posté par Lenoir le

    Déjà, quand un Pays est endetté, on évite de faire rentrer de la future
    misère, donc la majorité ne devrait pas être en France mais dans un Pays riche et Musulman !!!

  4. Posté par Bussy le

    Déjà quand je lis « écoles spécialisées dans un collège de refondation de l’éducation prioritaire », je me dis que ça craint…. que le tiers monde a débarqué !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.