Violation de la Constitution: 3 plaintes pénales ont été déposées

Piccand
Beaucoup d’entre nous ont été choqués par la violation de la Constitution en décembre. Rien de ce qui a été voté en février 2014 ne sera appliqué, strictement rien. L’immigration de ressortissants UE en Suisse va continuer comme avant, il n’y aura ni contingents ni retour de la souveraineté migratoire de la Suisse. C’est un coup d’État.
De Schaffhouse à Genève, en passant par Coire et Lugano, beaucoup se sont demandé s’il n’allait rien se passer. Et bien pas tout à fait. 3 plaintes pénales ont été déposées ce jour auprès du Ministère public de la Confédération.
Ces plaintes visent tous ceux qui ont refusé d’appliquer les articles constitutionnels que le peuple a votés le 9 février 2014. Il existe dans le titre XIII de notre Code pénal des dispositions qui ont pour but de protéger notre démocratie et le fonctionnement normal de nos institutions. Une plainte vise les parlementaires, l’autre le Conseil fédéral et la troisième concerne la trahison diplomatique.
Comme il s’agit d’une procédure pénale il n’est pas possible de détailler ici le contenu de ces plaintes, comme tout un chacun les personnes visées ont droit à la présomption d’innocence, elles doivent être considérées comme innocentes du point de vue pénal tant qu’un juge ne s’est pas prononcé. Ce qui vaut pour tous vaut également pour le personnel politique. Le public se gardera donc de tirer des conclusions hâtives.
La procédure va se dérouler comme suit. Les 3 plaintes, à vrai dire dénonciations, pénales sont étayées et motivées sur plus de 50 pages. Le Ministère public de la Confédération qui est l’autorité en charge de poursuivre les atteintes contre l’Etat, la démocratie et le fonctionnement normal de nos institutions va devoir se prononcer et décider d’ouvrir ou non une enquête, puis engager ou non des poursuites. La particularité ici est que le Ministère public jouit d’un pouvoir considérable et qu’il peut décider unilatéralement de ne pas entrer en matière, sans même avoir à expliquer et motiver sa décision. Son pouvoir est exorbitant.
La seconde particularité est qu’à teneur de la jurisprudence actuelle du Tribunal fédéral le recours ne serait pas ouvert contre une décision de refus du Ministère public, c’est-à-dire comme l’on dit en droit, qu’il pourrait tout aussi bien « botter en touche ».
A ce stade il est trop tôt pour dire ce qu’il va se passer, l’affaire est maintenant entre les mains de la justice. Toutefois, vu le contexte politique et l’importance pour nos institutions et notre démocratie, je n’accepterai pas une décision de refus du Ministère public sans aucune explication fondée et juridiquement justifiée. Dans un cas comme dans un autre, vu l’intérêt général et politique, mes plaintes seront rendues publiques une fois que la justice se sera prononcée.
Je ne manquerai pas de vous informer sur les suites qui seront données.
Bien à vous.
Michel Piccand
Le 16 mars 2017.
Livre de Monsieur Michel Piccand: Suisse, Années 2015... Un Peuple Qui Disparaît

9 commentaires

  1. Posté par Amarillys Taylor le

    Enfin, enfin une saine réaction à ce coup d’Etat contre le peuple Suisse. A ma connaissance c’est la première fois que tant les chambres comme le conseil Fédéral se prononcent de manière aussi cinique contre une décision du peuple. NOTRE DÉMOCRATIE DIRECTE EST EN GRAND DANGER et nous nous devons d’appuyer ceux qui ont le courage de s’élever contre cette tricherie.

  2. Posté par Dominique Schwander le

    Un grand merci à Michel Picard.
    Alticor a raison.
    Les 500.000 CHF n’ont pas été versés à la Fondation Clinton, mais directement à la Clinton et/ou son obsédé. A ce moment il était impossible parce que défendu par le contrat de la secrétaire d’état de verser à cette fondation de l’argent en provenant de l’étranger.

  3. Posté par Claude le

    J’adhère totalement à votre proposition, merci à vous de l’avoir proposée, je vous suis à 200% !

  4. Posté par Philippe Audergon le

    L’idee d’alticor merite notre attention. Un avis de droit peut-être afin de legitimer une telle action?

  5. Posté par rikiki le

    @Alticor, je suis partant car ces conseillers fédéraux se foutent éperdument du peuple. Ce n’est pas avec leur attitude que l’on amènera les suisses aux urnes. Dans ce cas, salut la démocratie.

  6. Posté par JeanDa le

    Alticor, je pense vous suivre dans cette voie.

  7. Posté par benz le

    3 plaintes c’est pas assez je trouve faudrait qu’on se mette a plusieurs centaines de milliers pour mettre la pression au conseil fédéral et au parlement donc plus précisèment a philippe muller et christian levrette

  8. Posté par alticor le

    J’aimerai vous exposer une idée qui me trotte dans la tête depuis quelques temps qui consisterai a verser le montant de l’impôt fédéral Direct sur un compte bloqué jusque a nouvel avis tant que les décisions populaire bafouée ne sont pas appliquée, dont le remboursement des 500’000.- versé sous de prétextes fallacieux à la fondations Clinton,je cherche un conseil juridique avisé sur la faisabilité ou non d’une tel démarche et je l’espère d’une action collective qui pèserai assez lourd pour les faire transpirer a Berne…..

    A bon entendeur……

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.